Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Richard

"Confiteor" ... la chronique d'Attila

Confiteor de Jaume CABRE

Qu’aurais-je donc à confesser qui ne puisse souffrir vos regards de lecteurs avertis ?

Qu’Adria perdu dans une brume ne me quitte pas,

Que la femme lapidée, fautive d’avoir été violée, me hante,

Que l’image d’une petite fille aux genoux charcutés, abattue sur une paillasse dans un recoin d’Auschwitz m’obsède jusqu’à la nausée,

Que j’entends le Vial jouer du Barber quand les larmes me montent aux yeux,

Que je m’attends, à tout instant à ce que les figurines de cow-boys s’animent dans les chambres des petits garçons, et qu’elles les exhortent à vivre,

Non, décidément, la seule chose dont je puisse rougir c’est de ne pas avoir lu Cabré plus tôt.

Confiteor.

Laissez là tous les charlatans modernes, les faiseurs d’histoires à la petite semaine, les auto fictifs, les obsédés du nombril, les « écrivants du dimanche qui dure toute la semaine »

Mettez de côté vos craintes, faites vous confiance, aimez cet homme qui vous veut du bien et qui croit en vous, lecteurs !

Rendez à cet écrivain merveilleux, cet humaniste, le respect qu’il vous porte,

Lisez-le et le monde sera à jamais différent,

Vous regarderez les tomes de votre bibliothèque autrement,

Vous aurez sûrement, comme moi, beaucoup à confesser,

De ces livres qui vous aguichent comme des filles de joie, bandeau résille rouge « pétasse », 4ème de couverture maquillée comme une voiture volée, promesse vulgaire de plaisir au rabais, vite consommé, vite oublié

Et vous saurez que vous venez de rencontrer un de ces livres avec qui on vit, et qui nous font vivre mieux,

Ceux dont les personnages s’incarnent dans nos mémoires comme des êtres de chair,

De ces œuvres qui sont écrites comme d’autres sont peintes,

Avec la profondeur donnée par les avis successifs appliqués jour après jour, année après année,

Certains tableaux nous hypnotisent, ces livres-là nous happent et font de nous des prisonniers volontaires et heureux,

Etourdis, abasourdis, enivrés, lessivés, mais tellement plus riches de ces pages virtuoses.

Jaume CABRE : je vous aime ; Confiteor…..

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Oh quelle belle façon de parler de ce roman qui est un chef d'oeuvre !<br /> A peine refermé, après une lecture longue et concentrée, je n'ai qu'une envie... le relire !
Répondre
S
Mais quel billet Attila !!!!<br /> Je crains que Confiteor me fasse plus de mal que de bien, mais je le lirai quand même.<br /> Participation au non challenge validé<br /> Merci beaucoup (et merci à Richard qui t'héberge)
Répondre
S
Ma chère Attila, j'ai lu ce livre grâce à toi, d'ailleurs je ne vais lire désormais que ce que tu conseilleras, car tu es une des lectrices les plus intelligentes, averties et iconoclastes que je connaisse...ça y est, je l'ai fini, je suis profondément bouleversée, et je n'écrirai pas de billet: c'est tout bonnement impossible de transcrire ce que je ressens.Les mots, c'est Jaume Cabré qui les a écrits... Bises ma belle.
Répondre
Z
Attila, si tu t'y mets toi aussi !!! encore un que je vais acheter puisqu'il n'est pas (encore) àla bibliothèque
Répondre
A
oui c'est un livre qui mérite d'être gardé dans sa bibliothèque pour le relire ou le prêter ...
A
Un livre qui nous aide à vivre mieux. Un argument qui porte.
Répondre
A
tu me diras ce que tu en penses après ta lecture ...
S
Tiens, je me demande pourquoi on a des affinités de lectrices, toi et moi? Tu sais ce que j'en pense, inutile d'en rajouter...<br /> Parfois, j'ai encore des réminiscences de Vanina, et du voyageur...ils viennent me visiter, au détour d'heures plus creuses...<br /> Je suis en train de lire Les nouvelles de Pétersbourg de Gogol, je pense que tu aimerais...ça me donne envie de découvrir Les âmes mortes.<br /> Merci pour ta chronique Attila, elle vibre de ta passion exigeante et sans concessions pour la littérature, et ça ME fait un bien fou!
Répondre
A
merci Sophie. Que veux tu, nous nous comprenons et c'est également assez rare aussi que de rencontrer des lecteurs (rices) qui deviennent instantanément (ou presque) des ami(e)s sur support virtuel mais pourtant bien réels ... tu sais, ceux à qui on pense en lisant un bouquin en se disant : i faut ABSOLUMENT qu'il ou elle lise ce livre là !! ces livres deviennent des liens, une mémoire particulière entre deux ami(e)s, le terreau de leur échanges ... et parfois sur ce terreau poussent, effectivement, des statues .... <br /> pour ce qui est de Gogol, j'ai eu une grande période &quot;Russe&quot; mais je confesse ( ben quoi ? une piqûre de rappel, ça ne fait pas de mal, non ?) que je n'ai lu que l'Idiot de Gogol ... et franchement : je ne m'en souviens plus .... j'ai honte ... le livre &quot;russe&quot; qui m'a le plus fascinée et qui reste gravé en moin c'est &quot;Souvenirs de la maison des morts&quot;. Mais je vais regarder si &quot;les âmes mortes&quot; ne traînent pas dans ma bibli quelque part ... merci ma giraffe préférée !
K
Superbe billet!<br /> Mais finalement j'ai bien fait d'arrêter (déjà fascinée par l'histoire) car je sentais que ça deviendrait dur!<br /> Mais je confirme qu'on a là un véritable grand écrivian!
Répondre
A
dur oui mais jamais rien dans le pathos dégoulinant de bons sentiments. c'est dur car c'est la réalité nue et sans phare et donc c'est percutant à l'extrême ...mais vraiment je t'assure que c'est un roman qui compte dans une vie de lecteur, et ils ne sont pas si nombreux, n'est ce pas ?