Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Richard

Une rencontre avec Éric Dupont

Moment magique, hier soir ! J’ai assisté à une causerie avec Éric Dupont, l’auteur du magnifique roman «La fiancée américaine», à la librairie Carcajou de Rosemère.

Un pur plaisir que d’écouter ce romancier, un conteur passionnant enchaînant des histoires aussi invraisemblables qu’intéressantes et des anecdotes qui ont influencé l’écriture de son dernier roman.

Éric Dupont est né en Gaspésie au début des années 1970. Son enfance est marqué par de multiples déménagements: changement de maisons, de villes, de parents, au gré des nombreuses «épouses» de son père.

À 16 ans, ayant le goût du voyage ... ou de la fuite, il se retrouve dans une famille autrichienne dans le cadre d’un échange culturel. Famille avec laquelle, il garde contact. (Vous pourrez le constater à la fin de cette chronique !).

Rentré au Canada, il poursuit ses études en littérature comparée, à l’université d’Ottawa et à l’Université de Montréal. Il termine sa maîtrise dans une université berlinoise et se retrouve enfin à Toronto pour terminer son doctorat. Se sentant une «vocation» d’enseignant, il décide d’y compléter un certificat d’enseignement. Il enseignera plus de six ans dans des écoles privées et publiques.De retour à Montréal en 2003, Éric Dupont enseigne la traduction à l’université McGill.

Avant la publication de son dernier roman «La fiancée américaine», il a écrit trois romans publiés aux éditions Marchand de feuilles: «Voleurs de sucre», «La logeuse» et «Bestiaire».

«La fiancée américaine» est son quatrième roman et à lui seul, il mérite un «making of» des plus complets.

À l’origine, le roman est né de l’histoire que son père lui a racontée, l’histoire d’une jeune fille ayant quitté son village pour se rendre à New York, s’y faire avorter et revenir chez elle dans la même journée. Image troublante d’un Québec du milieu des années 50, du temps de la grande noirceur. Le drame de cette jeune fille a inspiré Éric Dupont mais les nombreuses anecdotes relatées par sa mère sur la vie quotidienne à Rivière-du-Loup ont enrichi grandement ce récit.

Et alors, on y retrouve l’ensemble des événements et personnages qui peuplent ce roman foisonnant:

  • le grand-père de l’auteur qui exerçait le métier de croque-mort, de chauffeur d’ambulance et ... d’homme fort, invité à «forcer» devant l’Archevêque de Rimouski;
  • le couvent des soeurs;
  • l’église et la peinture du chemin de croix;
  • et des souvenirs d’enfance ... et la peur d’oublier.

De plus, les différents séjours de l’auteur à Berlin, à Rome, ses rencontres avec des personnes ayant vécu la Deuxième guerre mondiale de l’intérieur, ses années d’enseignement à Toronto et surtout, son amour pour l’opéra viendront marquer cette magnifique saga familiale.

Le roman est construit selon la structure de l’opéra de Pucini, la Tosca. Une première partie plus festive, teintée du réalisme magique de la littérature sud-américaine. Une deuxième partie, plus aride, plus complexe et aussi très enrichissante, un échange épistolaire entre deux frères que tout éloigne. Et finalement, une troisième partie à la John Irving, pleine de rebondissements avec une finale digne des meilleurs polars !

Et tout cela donne un style «Éric Dupont», une écriture festive, un roman complexe et populaire, accessible. Un excellent roman !

Deux ans d’écriture et mille pages plus tard, il remet son manuscrit à son éditrice ! Ouf !

Un gros travail d’édition commence alors: resserrement de l’intrigue, fusion de personnages, coupure et remodelage de la structure et des chapitres. Éric Dupont se remet au travail pendant six semaines à 18 heures de travail par jour. Le roman est publié à l’automne 2012, un magnifique pavé de plus de 550 pages qui trône encore dans les palmarès de ventes au Québec.

Amis et lecteurs européens, bonne nouvelle ! «La fiancée américaine» suivra la voie de Cheval Lamontagne et fera le voyage au-dessus de l’Atlantique. IL sera bientôt disponible en France. D’ici quelque temps, vous pourrez lire ce récit, qui selon mon humble avis, est l’un des meilleurs romans québécois des dernières années.

Une dernière anecdote qui m’a fait grand plaisir !

À la fin de la causerie, comme beaucoup de spectateurs, je me suis avancé pour faire dédicacer mon exemplaire. En voyant mon nom sur le livre, Éric Dupont s’est rappelé avoir lu ma chronique sur «La fiancée américaine», publiée sur mon blogue «Polar, noir et blanc». Je lui ai donc dit que j’étais bien content que son éditrice lui ait envoyé ma chronique... Il m’a alors révélé que ce n’était pas l’éditrice mais quelqu’un de sa famille d’accueil en Autriche qui lui avait fait parvenir ma chronique en lui disant que quelqu’un sur Internet, parlait en bien de son roman!

J’avoue, pas du tout humblement, que j’ai ressenti un peu de fierté en l’entendant me raconter le voyage ... effectué par ma chronique.

Alors, lecteurs québécois et lecteurs européens (dans quelque temps) ne boudez pas votre plaisir et lancez-vous dans cette saga familiale extraordinaire où les Madeleine se succèdent sur plus d’un siècle.

Bonne lecture !

La fiancée américaine

Éric Dupont

Éditions Marchand de feuilles

2012

557 pages

Commenter cet article

Yves Pelletier 15/09/2013 13:34

La Fiancée américaine revisitée par les gens de Rivière-du-Loup

Le dimanche 22 septembre prochain, à 14 heures, venez assister à un événement culturel original ! Dans l’église St-François-Xavier, l’auteur Éric Dupont sera présent pour amorcer son récit et être relayé ensuite par une vingtaine de Louperivois qui prêteront leur voix à La fiancée américaine. Des pièces musicales mentionnées dans le roman entrecouperont les lectures et seront interprétées par de jeunes artistes de la région. Le Musée du Bas-Saint-Laurent présentera également une collection de photographies anciennes, reflet de l'époque.

Les recettes de cette création multidisciplinaire seront versées au projet de reconversion de l’église et du presbytère. Informations par courriel : lafian.sfx @outlook.com ou par téléphone : 418-862-8187

Richard 15/09/2013 19:05

Une activité super intéressante ! Quelle belle idée !
Dommage que ce soit si loin.
En attendant, nous rencontrerons Éric Dupont, cette semaine à la librairie Monet de Montréal.
Merci pour l'information.
Me permettez-vous de la transférez sur mon site FaceBook ?
Au plaisir !

Yves Pelletier 15/09/2013 13:33

La Fiancée américaine revisitée par les gens de Rivière-du-Loup

Le dimanche 22 septembre prochain, à 14 heures, venez assister à un événement culturel original ! Dans l’église St-François-Xavier, l’auteur Éric Dupont sera présent pour amorcer son récit et être relayé ensuite par une vingtaine de Louperivois qui prêteront leur voix à La fiancée américaine. Des pièces musicales mentionnées dans le roman entrecouperont les lectures et seront interprétées par de jeunes artistes de la région. Le Musée du Bas-Saint-Laurent présentera également une collection de photographies anciennes, reflet de l'époque.

Les recettes de cette création multidisciplinaire seront versées au projet de reconversion de l’église et du presbytère. Informations par courriel : lafian.sfx @outlook.com ou par téléphone : 418-862-8187

Lynne 11/05/2013 15:11

Bonjour Richard,

S'il vient sur le Rive-Sud, c'est certain que j'irai l'entendre.

J'ai eu le bonheur de lire son magnifique livre en début d'année et les personnages me hantent encore... c'est tout dire! À tous ceux qui ne répugnent pas à lire de (très) petits caractères (seul et unique bémol), offrez-vous ce bonheur de lecture!

Au plaisir de te saluer bientôt.....

Richard 11/05/2013 15:45

Bonjour Lynne,
Et si il va sur la Rive-Sud, je crois bien que je retournerais l'entendre raconter la genèse de La fiancée américaine...
Je suis, moi aussi, encore charmé par ses personnages qui ont le don de nous habiter comme des membres de notre famille.
Et moi, tu sais, je n'ai qu'un seul reproche a faire à son roman ... L'utilisation de mon dessert préféré pour ... !!!
Merci pour ta visite et pour ton commentaire !
A très bientôt !

Lystig 11/05/2013 12:57

test pour laisser un comm

Richard 11/05/2013 13:23

Test réussi ! Bienvenue !!!

Sophie 10/05/2013 19:55

Bonjour Richard, un auteur qui a l'humilité d'accepter de mettre au pilon 500 pages mérite toute notre attention...Tu nous avais en effet déjà parlé de ce livre (et Pierre Foglia, aussi!), et nul doute que je l'achèterai dès sa sortie en France. Quant à cette anecdote de la chronique voyageuse...elle a quelque chose de romanesque...ce qui tombe plutôt bien!

Richard 11/05/2013 12:23

Bonjour Sophie,
J'ai très hâte de voir comment "La fiancée américaine" sera apprécié en France. Je pense vraiment que ce roman possède une portée universelle. Et son auteur est fascinant à écouter raconter son roman ...
J'écrirai sûrement un mot pour souligner sa sortie en France !
Bonne fin de semaine !