Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Richard

Attila vous parle de "Voyages et Fleurs" de Mercé Rodoreda

"La puanteur était si forte, que sur l'herbe,

Vous crûtes vous évanouir"

La Charogne – Charles Baudelaire

Puisqu'il faut bien se résoudre à regarder les choses en face, allons chercher au fond de nos placards, derrière les vieilles boîtes à chapeaux, dans un coin sombre de la cave, la petite valise.

Celle qui recueillera les seuls trésors à sauver le jour où le crépuscule s'attardera.

Croyez moi, il ne sera plus temps quand l'atmosphère deviendra irrespirable de faire des choix,

Ceux qui auraient du être faits bien mieux, et bien plus tôt.

Ceux que rien, désormais, ne peut plus ramener à la surface du possible.

Ce jour là, il ne vous restera que le temps de saisir par la poignée ce trésor d'où rejaillira peut être, pour les sombres années à venir, la seule lumière qui entretiendra la flamme du souvenir, à défaut de celle de l'espoir.

Celui d'un monde révolu, d'un jardin disparu, d'un ombre douce devenue trou noir, atroce béance, néant.

Ma petite valise « d'outre-vie » (comme d'autres ont un « outre-mer » ou un « outre-noir ») se remplit au fil du temps, au rythme des années fastes et des mois plus creux.

Elle ne contient que des livres, évidemment.

Chacun d'eux est un monde en lui même, une parcelle de cette pierre philosophale capable de tout traduire pour les siècles à venir.

Alors quand au détour d'une librairie je rencontre un livre comme « Voyages et Fleurs », le doute n'est pas permis, c'est pour ce livre là que je lis depuis toujours.

A la fin d'une vie extraordinaire d'engagement, de choix, et de souffrance, comme le siècle dernier en a connu beaucoup, celle qu'il est convenu d'appeler « la Grande Dame des lettres catalanes », disait « je suis fatiguée, fatiguée jusqu'à l'âme, par les attentats, les révolutions, les guerres civiles, les fours crématoires, la bombe atomique, les tortures, les séquestrations, les camps de concentrations, les exécutions, les assassinats …... Et ce qui est curieux, c'est que cette descente aux enfers exerce sur moi, parfois, une espèce de fascination » (extrait de Bernard de la postface par Bernard Lesfargues).

C'est cette même fascination quasi morbide pour ces poèmes en prose, dénués d'espoir, qui électrise mon imaginaire de lecteur.

Je suis le voyageur arpentant les chemins qui relient les villages glauques, peuplés de « petites filles perdues », de « femmes abandonnées », de « rats bien élevés », de « morts », de « pendus », etc ….

Partout poésie désolée, beauté absurde de « la charogne », or jaune qui corrompt tout et souille le cœur des hommes jusqu'à pousser les fossoyeurs à arracher les dents en or des morts ….

Parfois, au détour d'un chemin, une fleur.

Mais n'allez pas croire que dans cette sombre vallée les fleurs puissent générer quelque espoir.

Elles sont « désespérées », « mortes », « transplantées », tristesse », « sauterelle », « orgueil », « délire », « malade », « jalouses », « blessées » , etc ….

Il ne vous étonnera pas de savoir que, ma fleur préférée est « la fleur goutte de fiel » : « lorsqu'elle le veut, elle sort de derrière la feuille la plus inattendue et elle attaque. Plaf ! Une belle goutte de fiel. Et de nouveau elle se cache. Beaucoup disent qu'elle ne se cache pas, qu'elle perd son sang et qu'elle meurt. La goutte de fiel est inoffensive. Elle ne tache ni la peau ni les vêtements. Toutefois, si on la prend dans l’œil, on est perdu. C'est comme un coup de fouet. Et, pour le restant de vos jours, vous n'y voyez pas à plus d'un mètre de votre nez ».

« ...) l'histoire est entièrement vraie puisque je l'ai imaginée d'un bout à l'autre »

Boris VIAN

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Gabrielle Cornuault 16/05/2013 19:00

Bonsoir,
Simplement pour vous remercier de votre commentaire élogieux au sujet de mes illustrations, de ce bel article, et vous invitez si le cœur vous en dit à jeter un œil au reste de mon travail, sur mon site.
Bonne soirée!

Attila 17/05/2013 14:17

Bonjour,
merci bcp de votre visite sur le blog de Richard et de votre message. Je suis ravie que les illustrations regagnent du terrain dans le domaine de l'édition. Celles que vous avez réalisées pour ce livre sont vraiment magnifiques et horribles ! J'aime bcp celle qui illustre la fleur moustique, on voit réellement l'effroi dans les yeux des têtes "rempotées" !!!! et les rats !!!! superbes. Quand aux mamies qui tricotent : elles ressemblent trait pour trait à la mienne (il y a trop longtemps ... ). Je suis allée sur votre site et j'aime bcp vos illustrations, gravures et aquarelles dans les carnets. Je sais que vous êtres une jeune illustratice et je suis bluffée par votre talent et la façon dont vous épousez l'imaginaire de Rodoreda. je vous souhaite une belle carrière (mais je n'ai aucun doute) Cordialement.

Sophie 30/04/2013 14:22

Qu'est-ce que tu veux que je te dise? Tu vas encore me répondre que je suis trop "bienveillante"...tant pis, je prends la liberté de te dire que ton article est superbe. Et ce qui me plaît chez toi (entre autre) , c'est que tu me fais découvrir des univers inconnus...non, je ne connais pas cette "grande dame", mais elle t'a manifestement envahie au point que l'on croit entendre sa voix.

attila 30/04/2013 19:01

merci Sophie ! mais je te le dis quand même (tiens tiens, ça me rappelle une chanson ......) tu es trop bienveillante à mon égard. Mercé RODOREDA est une grande dame et en plus une vraie jardinière amoureuse des fleurs ! et j'ai oublié de préciser que ce livre comprend des illustrations horriblement magnifiques ! à bientôt Sophie