Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Richard

Abymes-tome1.jpgLa bande dessinée, un art mineur ? Après la lecture de ce premier tome de la série «Abymes», la réponse est claire pour moi! Concilier images et mots, en parfaite complémentarité pour le plaisir du lecteur, cela relève d’un art majeur, celui d’offrir toutes les émotions et la sensibilité de la peinture et de la poésie. Les mots nous charment; les images nous font rêver. Le texte nous raconte une histoire; l’image nous l’illustre et nous amène plus loin. Tout comme les autres genres littéraires, la bande dessinée nous raconte une histoire, nous divertit, nous informe et peut même nous touche par sa poésie. En plus, elle nous permet de revisiter nos classiques, de revoir avec bonheur, ce qui nous a charmés, ce que l’on a aimé, les auteurs qui nous ont marqués. «Abymes» est un exemple extraordinaire de cette polyvalence.

 

Valérie Mangin a imaginé cette série de trois albums pour illustrer et faire vivre au lecteur, les plaisirs de la mise en abyme. Trois albums, trois sujets, trois personnages, trois illustrateurs différents.

 

Le premier auteur présenté est Honoré de Balzac. Le deuxième sera le cinéaste Henri-Georges Clouzot. Enfin, Valérie Mangin se mettra elle-même en scène dans son troisième album.

 

Mai 1831, Paris vit au rythme du feuilleton écrit par Honoré de Balzac. En ce matin du 29 mai, tout bascule ! Dans le journal du matin, le père de la Comédie humaine, voit sa vie étalée au grand jour. À la place de la «Peau de chagrin», il retrouve sa propre histoire avec un personnage qui lui ressemble étrangement et qui se nomme Honoré Balzac, sans la particule. De jour en jour, et très précisément, le tout-Paris, se gausse des méfaits, des colères et des infidélités de l’auguste écrivain.

 

Qui peut bien écrire ce feuilleton ? Qui est assez proche de lui pour décrire dans les moindres détails ce qui se passe dans la vie de ce «cher» et «aimable» Honoré? Commence alors une enquête aux drôles de rebondissements. Honoré de Balzac recherche l’auteur de cette mise en abyme mettant en vedette son alter ego ... plus «ego» que «alter» ! Tout s’écroule autour de lui: les relations avec sa femme Louise qui découvre ses frasques sexuelles; sa complicité perdue avec son éditeur et les soupçons de toutes les personnes de son entourage. Sa vie tourne au cauchemar.

 

Tous les matins, le feuilletoniste mystérieux dévoile des aspects peu édifiants de la vie de l’auteur ! Avec tous les détails !

 

Malgré quelques contorsions imposées à la vérité, vous serez amusés par ce récit et la finale vous surprendra. L’histoire est très intéressante; on pourrait même la qualifier de polar historique. On en voudrait encore ! Assurément !

 

Les illustrations de Griffo sont magnifiques. La représentation du Paris du XlXe siècle est superbement rendue; les illustrations sont belles, évocatrices et chacune attire le regard. L’atmosphère traduite par le dessin et le choix des couleurs amplifient la valeur historique et littéraire de l’album, un complément agréable et esthétique à l’histoire de Valérie Mangin. Le dessin de Griffo ajoute à la profondeur des personnages; on y croit, on se laisse prendre et on admire !

 

Inutile de vous dire que je vous recommande grandement cet album pour les multiples plaisirs de lecture qu’il procure ! À lire et à relire en attendant le deuxième tome de cette série.

 

En ce qui me concerne, je me ferai un plaisir de continuer ma découverte de l’univers de la bande dessinée en recherchant le dernier album de Griffo, «L’oracle della luna» de Frédéric Lenoir (Voir la bande annonce à la fin de cette chronique).

 

Je vous souhaite une bonne lecture. Et une belle découverte !

 

 

Abymes

Première partie

Texte: Valérie Mangin

Illustration: Griffo

Aire Libre Dupuis

2013

56 pagesRue des Libraires

 


Achetez ce livre en ligne 

sur Rue des Libraires

 


Une entrevue avec Valérie Mangin. Voir ici !

 

 


 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lucas duplan clinkle 23/09/2014 15:00

Une mère porteuse est, souvent, une femme qui porte un embryon, c'est à partir de l'ovule fécondé d'une autre femme, à terme pour un couple biologiquement incapables d'avoir des enfants. Ainsi, elle porte et donne naissance à un enfant qui n'est-elle pas la mère biologique de.

Aden 26/02/2013 12:49

En règle générale, je ne suis pas particulièrement friand de BD, mais votre chronique m'a donné envie de découvrir ce titre. Son côté polar historique est particulièrement séduisant.

Au plaisir de vous lire
Aden

Richard 26/02/2013 12:55



Bonne découverte !!


Et merci de votre commentaire !



Lystig 25/02/2013 23:31

la BD est un art !
c'est même le neuvième art !

Richard 26/02/2013 12:55



Tout à fait !!!



Emeraude 25/02/2013 21:17

La bande-dessinée est une forme de littérature qui pour moi, a autant de légitimité que n'importe quel livre ! Voire même parfois plus, justement parce que certaines sont capables de vous emporter
alors que le texte est très peu présent...
La bande-dessinée, c'est un art.
Et j'ai très envie de lire celle-ci !! Je l'avais noté il y a longtemps, tu confirmes qu'il faut que je me jette dessus au plus vite !

Richard 25/02/2013 21:27



Nous sommes entièrement en accord !


Depuis quelques années, je découvre ce monde passionnant et je m'y perds avec plaisir !


J'aime lire l'histoire ... et lire les illustrations !


Donne-moi des nouvelles de ta lecture !



Elyse 25/02/2013 00:07

Évidemment, tu m'avais déjà contaminée… Je suis allée le chercher le 20 février et j'ai aussi hâte de voir la suite :-)

Richard 25/02/2013 01:05



Tu as toujours été une p'tite vite !!


Je t'avertis dès la sortie du prochain !!


Bonne semaine



Mimi des Plaisirs 24/02/2013 22:54

En général, je ne trouve pas très réussis les albums qui prennent comme sujets ou thèmes des "classiques" ou des vies de grands auteurs: déceptions,trahisons et autres ratés au bout du compte
...
Mais tu as l'air si enthousiaste que je jetterai un coup d'oeil sur celui-ci, ne serait-ce que pour le graphisme...en gardant l'esprit affuté.J'ai fréquenté Balzac un certain temps!...
Bonne semaine!

Richard 24/02/2013 23:03



Bonjour Mimi,


J'avoue que pour cet album, l'intérêt réside dans le processus de la mise en abyme. Comme l'auteure le dit dans son entrevue, cette histoire n'est que fiction mais ... le plaisir s'y trouve quand
même !!


Bonne lecture !



sophie 24/02/2013 22:09

Vendue! si je puis dire...
Bonne soirée Richard.

Richard 24/02/2013 23:02



Merci Sophie !


Content de t'avoir convainu ...


Bonne soirée et bonne semaine !