Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Richard

Incident à Twenty-mile«Incident à Twenty-Mile» est le premier roman à la sauce western que je lis depuis fort longtemps. Et quel plaisir j’ai eu à lire ce polar, ce thriller des sables qui m’a rappelé certains souvenirs de mon enfance: Roy Roger, Gene Autry, «Have gun, will travel» et «The rifleman». Et aussi, un peu plus tard, mais dans un genre bien différent, les westerns spaghetti de Sergio Leone.

«Incident à Twenty-Mile» contient tous les ingrédients de ces séries des années 60 qui ont laissé un petit goût de sable dans la bouche des jeunes téléspectateurs: l’étranger qui veut être gentil avec tout le monde mais qui cache un passé trouble, le méchant très méchant avec ses deux compères plus ou moins intelligents, le bar avec son propriétaire véreux et ses filles de joie, le magasin général et sa belle vendeuse, le barbier qui offre l’unique bain chaud de la semaine ... et le curé ... pas toujours catholique.

Mettez tout cela entre les mains du génial Trevanian et vous aurez un roman haletant, un récit qui se développe comme un cadeau de Noël qu’on aurait emballé de plusieurs couches de papier, une montée de tension bien dosée, des personnages caricaturaux mais tellement crédibles dans leur contexte. Et voilà, un grand roman d’un grand auteur !

Twenty-Mile est une petite ville qui ne vit que pour une nuit par semaine, quand la horde de mineurs descend le samedi pour y passer la nuit. Twenty-Mile, vous dites ? Ah oui, c’est son nom. On lui a donné ce nom car cette petite bourgade était situé à 20 milles de quelque chose ... Pas très édifiant !!!

«Il ne se passe absolument rien à Twenty-Mile. Et là, je te parle des jours où y se passe quelque chose»

Une journée, arrive de nulle part, un jeune homme ... trainant son maigre sac et un vieux fusil qui semble inutilisable. Il est gentil, un brin  manipulateur, quelque peu menteur, mais il semble inoffensif. Il fait le tour de tous les habitants pour offrir ses services en échange de quelques sous et d’un peu de nourriture.

Faisons un petit détour à la prison d’État de Laramie où nous rencontrons le prisonnier le plus dangereux, Lieder, grand lecteur devant l’Éternel et qui s’investit d’une Mission divine en lisant tout ce qui lui tombe sous la main (forcée un peu quand même !). Puis, un jour, ce dangereux prisonnier réussit, grâce à un subterfuge ignoble, à s’évader de la prison avec ses deux acolytes, Mon-petit-Bobby et Minus.

Et c’est à ce moment que commence cette descente aux enfers aux allures d’un long voyage à dos d’âne. D’un côté, un jeune homme bien qui cherche à s’intégrer dans une communauté particulière et un dangereux criminel qui, de crimes en crimes, s’approche de cette ville, pour la terroriser, la faire souffrir et en prendre le contrôle, au nom d’une mission ... qu’il qualifie de divine !

Ce roman de Trevanian, marqué par la manipulation et la violence, prend des airs de huis clos, où chacun des habitants est confronté à ses propres peurs, ses propres démons. Sont-ils tous des pleutres, des lâches enrobés dans leur couardise, prêts à tout pour sauver leur peau contre l’envahisseur ? N’ont-ils aucune conscience de la force qu’ils pourraient développer en se liguant, en se solidarisant ? Y a-t-il quelqu’un dans ce bled qui aura la force de caractère et de se lever debout devant la menace ?

Trevanian nous trace un portrait saisissant de l’âme humaine. Le comportement des habitants de la ville choque parfois le lecteur impatient, qui voudrait, tout de suite, prendre les armes, dans le confort de son salon. Mais il gâcherait tout son plaisir en précipitant une fin attendue, dans une pétarade démesurée et jouissive; l’auteur connait l’âme humaine et surtout, sait comment donner du plaisir à son lecteur.

Le style de Trevanian est direct, concis et efficace. Les descriptions vont au coeur des choses, des paysages et de l’esprit humain. Sans détours, ni trop de fioritures, il transporte le lecteur au plus profond de l’humain, avec une langue riche et précise. La beauté de la phrase est dans l’action, celle du texte, dans un récit qui emprisonne doucement celui qui le lit. Et en plus, l’auteur réussit le tour de force d’adapter le langage de chaque protagoniste, de donner à chacun sa propre couleur, son propre rythme et son imaginaire particulier. Je vous l’avoue, j’adorais lire les longues répliques du méchant Lieder, qui, du haut de ses connaissances bibliques et livresques, jouait impunément avec une gamme d’émotions souvent contradictoires et tentait de convaincre ceux qui allaient vivre ou mourir, du bienfait des gestes qu’il poserait.

Et voici quelques extraits ... pour savourer le style de Trevanian:

«Pendant ce temps-là, moi, j’ai été plus affairé qu’un unijambiste en plein concours de bottage de cul !»

Voici une description sur la construction de l’Amérique par l’immigration: «Quand vous arriviez, vous vous faisiez exploiter par ceux qui étaient arrivés avant vous. Puis, si vous étiez malin et travailleur - et chanceux, fait pas oublier chanceux ! - vous pouviez devenir des exploiteurs à votre tour. C’était la Grande Promesse de l’Amérique !»

«La manie blasphématoire de Lieder d’inventer des citations des Écritures et de les attribuer à «Paul aux Mohicans», ou «Paul aux Floridiens» ...»

Je vous souhaite une très bonne lecture et vous recommande ce roman ... pour le plaisir de découvrir un roman intelligent, bien écrit. Et de découvrir une parodie de western, pas si loin de la vérité.

Et en prime, vu que vous avez été gentils ... je vous mets le lien vers la chronique de mon amie Morgane sur ce même livre :

http://carnetsnoirs.wordpress.com/2011/12/06/reglement-de-compte-a-twenty-mile/
 

 

Et pour ceux qui ne connaissent pas le phénomène Trevanian, voici un endroit qui vous en apprendra un peu plus sur cet écrivain bien spécial:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Trevanian

 

Bonne lecture !

 

Incident à Twenty-Mile
Trevanian
Gallmeister
2011
350 pages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Theoma 21/12/2011 09:26

ben... je vois pas comment je peux résister à un billet pareil !

Richard 21/12/2011 12:08



Tu m,en donneras des nouvelles...


Merci pour ta visite !


Joyeuses Fêtes !



Marie 20/12/2011 11:46

Ca y est le livre est commandé et sera au pied du sapin ! ;-)

Richard 20/12/2011 13:20



Bonne lecture et surtout, passe de joyeuses Fêtes !!


Amitiés



Emeraude 19/12/2011 18:22

Trevanian était un génie !!! Il va y avoir d'autres traductions, j'ai hâte !! En attendant, on peut trouver d'occasion "l'été de katia", je ne l'ai pas encore acheté, je ne sais pas pourquoi !! :-)

Richard 20/12/2011 13:19



Quelques fois, on trouve son plaisir dans l'attente !!!


Je ne pense pas le trouver de ce côté-ci de l'Atlantique ...


Bonne lecture, Émeraude


Amitiés



jeanne desaubry 19/12/2011 10:01

Heureuse, Richard, de voir que tu as aimé ce roman picaresque, certes, mais aussi, comme tu le dis si bien, plein d'une émotion humaine très forte.
On en a parlé à 813, il y a eu une chronique aussi sur mon site. Olivier Gallmeister est un éditeur au gout très sur.
Je suis en train de lire "Satori" un hommage de Don Winslow à Trevanian.
Amitiés de France où le froid est enfin arrivé (-2°C ce matin)

Richard 19/12/2011 12:54



Merci chère amie Jeanne,


Tes visites sur mon blogue et tes commentaires me font toujours un grand plaisir !


Je cours voir ce "Satori" qui excite ma curiosité.


Amitiés


 



Oncle Paul 18/12/2011 17:19

Bonjour Richard
Cela fait bien longtemps que je n'ai pas lu non plus des westerns. Les derniers étaient signés Ray Hogan. Mais dans ta chronique j'ai ressenti un petit air de Jim Thompson et de 1275 âmes (1280
pop), relatif évidemment.
Encore un titre à ajouter. Je ne te lirai plus Richard ! Jusqu'à demain bien sûr !
Amitiés

Richard 18/12/2011 19:58



Merci Paul,


Ton commentaire me fait sourire ...


À demain !!


Amitiés



sophie 18/12/2011 16:44

Bonjour Richard!tu vas bien? :) moi j'aime bien les westerns, avec Burt Lancaster, John Wayne, Clint et tous les autres...et j'adore les citations que tu nous proposes, surtout celle-là: "il ne se
passe rien ici, et là je te parle des jours où il se passe quelque chose": j'adore! très tentant!

Richard 18/12/2011 19:57



Bonjour Sophie,


Cette citation donne vraiment le ton de ce roman. Alors, n'hésite pas ... Tu vas beaucoup aimé. De l'humour, des dialogues savoureux, une écriture suave et une bonne histoire ...


Bonne lecture


Amitiés



Marie 18/12/2011 14:59

Oh là là, que ça a l'air bien !!! J'hésite ! Non, je n'hésite pas à acheter ce livre ! Mais je ne sais pas encore si je vais direct le chercher à la librairie pour moi... ou bien si je le dépose au
pied du sapin pour ma moitié (accro de polars et nostalgique de westernes)... et bien sûr je le lui chiperai dès qu'il l'aura lu !!!!!

Richard 18/12/2011 15:17



Bonjour Marie,


Tu as eu une excellente idée ! Ta moitié sera très content de recevoir ce roman ... et il le lira tellement rapidement que tu pourras le lire avant la fin de l'année ...


Bonne lecture à vous deux


Amitiés



Lystig 18/12/2011 11:15

un livre qui plaît bcp !
et tu es un tentateur supplémentaire cher Cousin !

Richard 18/12/2011 13:21



Alors, laisse-toi tenter, aimable cousine !!!


Bonne lecture et bon dimanche !



Ys 18/12/2011 10:12

Dans ma PAL celui-là, un petit détour par le western ne sera pas pour me déplaire.

Richard 18/12/2011 13:20



Et un western à la sauce Trevanian ... Ça vaut le détour !


Bonne lecture, Ys !


Amitiés



Anne 18/12/2011 00:01

Un auteur que j'aimerais découvrir, après toutes ces tentations sur les blogs...

Richard 18/12/2011 04:48



Bonjour Anne,


Je suis certain que tu l'apprécierais ...


Tu m'en reparles !!


Bonnes lectures