Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Richard


Le gang de la clef à moletteQuand on aborde un livre culte, un livre qui a été un grand succès et qui est ré-édité ou traduit pour la première fois, on risque souvent d’être déçu. Quelquefois le livre a mal vieilli, parfois c’est l’histoire qui n’est plus de son temps et souvent même, c’est le climat ou l’environnement qui n’est plus le même et qui nous empêche d’apprécier le livre comme il l’a été à sa première parution.

Qu’en est-il après ma lecture de «Le gang de la clef à molette» ?


Au début, j’ai été emballé, transporté par l’histoire, les événements et la plume acérée de l’auteur. Au milieu, je me suis un peu lassé de ce festival de démolition de  monstres Caterpillar; et à la fin, lors des derniers chapitres, je me suis ré-accroché à ce roman bien particulier.

Je ne m’étirerai pas sur l’histoire ainsi que sur l’auteur décédé depuis plus de 20 ans et dont les restes sont ensevelis dans un désert de l’Ouest américain. Edward Abbey est reconnu comme un des fondateurs de la conscience écologique aux États-Unis. et laissez-moi vous dire que dans son roman, ça paraît !

Juste une petite phrase pour bien comprendre quel personnage était cet écrivain garde forestier et le ton de son récit. Il a dit un jour: «Si il y a quelqu’un toujours ici présent et que je n’aie pas encore insulté, je lui présente mes excuses.»

Alors, qui est cette « ... gang de la clef à molette» ?


Ils sont quatre comme «Les trois mousquetaires»: trois hommes et une femme. Une des premières particularités du roman, c’est que dès le début, chaque personnage est présenté dans le cadre d’un chapitre qui lui est consacré:

 

  • Doc Sarvis, chirurgien d’une petite cinquantaine d’année et incendiaire de panneaux routiers pendant ses moments de détente;
  • Bonnie Abbzug, sa nurse et son copain, une très belle femme de 28 ans. Ils vivent ensemble;
  • George Washington Hayduke, vétéran du Vietnam, plein d’amertume. 25 ans, bâti comme un lutteur, musclé et très agile. Amoureux des armes;
  • Seldom Seen Smith, mormon, vit en alternance chez ses trois femmes, organisateur de randonnées, spécialiste en tout inclus.


Leur ennemi commun: tout ce qui dérange, dépare ou défait la nature de leur bien aimé Utah. Leur combat: en faire baver à tout ceux pour qui la nature est une usine à fabriquer de l’argent ... de l’asphalte et des ponts. Tous les moyens sont bons dans ce roman de cape et d’épée à la sauce 1970; on dirait plutôt, un roman d’essence et de dynamite !

Ces quatre chevaliers, amants de la Nature, partent donc à la rencontre des projets de construction qui défigurent l’écologie de leur coin de pays. À grands coups d’explosions spectaculaires, de chutes vertigineuses dans les canyons, ils vengent par leurs actes de démolition, une nature qui ne peut se défendre toute seule. Très sensible aux beautés de cette nature sauvage (peut-être un peu moins sur les canettes de bière qui jonchent leur passage...), ils professent une leçon violente de civisme écologique et de sensibilité environnementale.


«Nul ne peut dire avec précision si un pin est sensible ou non, ni jusqu’à quel degré un organisme de ce genre peut souffrir ou avoir peur. De toute façon, les constructeurs de route ont d’autres chats à fouetter, mais il est clairement et scientifiquement prouvé qu’un arbre vivant, déraciné, met plusieurs jours à mourir.»
Percutant, n’est-ce pas ?

On suit avec beaucoup d’intérêt les aventures de ces quatre personnages attachants et les frictions d’idées sur les gestes à poser pour atteindre leurs objectifs. Malgré une certaine lassitude, en milieu de roman, en raison des descriptions détaillées des actes de «terrorisme écologique», l’intérêt nous revient dans les derniers chapitres et nous transporte vivement vers la conclusion. J’ai adoré ce climat de poursuite avec ce personnage extraordinaire d’évêque ambitieux, riche à craquer et obnubilé par ses ambitions politiques.

Edward Abbey possède une écriture fluide et «explosive»; ses dialogues sont savoureux, souvent drôles et toujours pertinents.
«- Qu’est-ce qui est plus américain que la violence? s’écria Hayduke. La violence est aussi américaine que la pizza.
Que le chop suey, dit Bonnie.
Le chili con carne.
Les bagels et le saumon fumé.»


 Il arrive même à décrire poétiquement certains passages de démolition extrême. «... s’enveloppaient dans les flammes avec la volupté folle des amants qui s’accouplent. Incendie rédempteur, brasier purificateur devant lequel les pyromanes maniaques du plutonium au coeur ininflammable ne peuvent que s’agenouiller et prier.»

Ses meilleurs moments d’écriture se retrouvent quand il décrit cette nature particulière des déserts et des canyons que ses personnages veulent défendre. On y sent tout l’amour de l’auteur pour son coin de pays.

Voici quelques extraits bien révélateurs :

«Bien au-delà de ces galaxies galopantes, ou peut-être tout près, trop présent pour être vu, se tenait Dieu. Le vertébré gazeux.»

«Les ennuis comme les roses, vous arrivent toujours en gerbes.»

"Une aube obscure et ambivalente. Le ciel, une masse compacte de nuages agressifs, prêts à enfanter un orage.»

Malgré mes quelques réserves sur la longueur de certaines descriptions, je recommande ce livre pour trois raisons:

premièrement pour une raison historique. Ce livre marque le début d’une littérature et d’un mouvement écologique qui persistent encore ;
deuxièmement, parce qu’il procure quand même un très bon plaisir de lecture ;
enfin, pour découvrir un auteur qui ne nous était pas accessible auparavant et qui vaut amplement le détour.




En complément et pour le plaisir de vos yeux de lecteur, un site pour voir en images ce que Edward Abbey a si bien décrit.

http://www.americansouthwest.net/utah/index.shtml

 

Le gang de la clé à molette
Abbey, Edward
Éditions Gallmeister
2005
486 pages

Commenter cet article

Bouquin 02/09/2010 13:48


Il y a une suite chez le même éditeur, non?


Richard 02/09/2010 13:52



Oui !


"Le retour du gang de la clef à molette"



Pichenette 31/08/2010 16:47


Bonjour Richard. Le titre semble décalé par rapport au sujet du livre: on s'attend à un livre humoristique. Ta chronique m'intrigue et tes citations sont alléchantes!


Richard 31/08/2010 16:59



Ce n'est pas nécessairement un livre humoristique mais le ton et certaines situations nous font sourire, assurémenent !



l'or des chambres 26/08/2010 20:36


Non je n'ai pas lue Colère mais il m'attend dans ma PAL (à vrai dire je l'avais un peu oublié...)


Richard 26/08/2010 20:41



C'est un livre terrifiant !


Surtout avec ce qui se passe présentement tout autour de notre pauvre planète bleue ...


Bonne lecture



Mimi des Plaisirs 26/08/2010 20:05


Ce livre ne me tente pas trop, mais j'ai été terriblement impressionnée et passionnée par le livre "Sukkwan Island"publié chez le même éditeur et que tu m'avais recommandé. Je vais reprendre la
rédaction de chroniques de livres , ce dernier y figurera.


Richard 26/08/2010 20:26



Comme tu le sais ... la lecture est un plaisir quand on lit pour le plaisir ... (WOW quelle philosophie !!! et quelle phrase  ...!)


J'ai hâte de lire ta chronique sur "Sukkwan Island" !


Au plaisir


Amitiés



sosie 26/08/2010 13:48


Bonjour Richard,
Très sympa de lire tous les commentaires à ton dernier article; on sent une passion follement partagée !
Toujours pas réglé mon problème d'ordinateur (pour l'heure, je travaille en bibliothèque)
Bien cordialement.


Richard 26/08/2010 15:09



Merci Sosie,


Reviens-nous vite !!! Tes textes me manquent !


Au plaisir



zarline 26/08/2010 12:21


J'ai noté ce livre dans mes indispensables à lire. Malheureusement, j'ai une copie qui traine en VO dans un garde-meuble et j'oublie à chaque fois d'aller la chercher. J'espère cependant découvrir
ce classique très très bientôt. Pour Gallmeister, c'est en effet une démarche très intéressante ces rééditions de classiques non traduits. Dans le genre, ils ont édité récemment Méditations en vert
de Stephen Wright sur la guerre du Vietnam.


Richard 26/08/2010 12:26



Dès que tu as terminé ta lecture, tu m'écris pour me donner tes commentaires !


Bonne découverte !



Papillon 25/08/2010 20:15


Ah ! Que j'ai aimé ce livre ! J'adore Edward Abbey, un auteur qu'il faut absolument lire !


Richard 25/08/2010 20:27



Entièrement en accord avec toi !!!


 



Lilibook 25/08/2010 11:41


ah tiens jamais lu, ça me donne envie


Richard 25/08/2010 12:12



Tu m'en reparleras !



Fleur de soleil 24/08/2010 14:00


Cultive mon ami, cultive... j'ai presque fini le tomme II...


Richard 25/08/2010 12:11



Hi hi hi !!! je sens quand même, de loin, un petit plaisir de lecture !!!



Fleur de soleil 24/08/2010 12:02


Mais oui je te fais attendre... hihi
La seule chose que je te dis c'est que j'avance à grand pas dans l'histoire...


Richard 24/08/2010 12:09



Et je cultive ma patience ... proverbiale .... GRRRRR!!!!



Hélène 24/08/2010 11:11


Il est dans ma PAL, j'ai hâte de le découvrir..


Richard 24/08/2010 12:08



Ne le laisse pas attendre trop longtemps ...


Bonne lecture !



edith 24/08/2010 09:14


je ne connais ni cette maison d'édition ni cet auteur ... mais j'aime bien ta présentation du livre ...je vais mettre ce titre sur une longue liste de bouquins à lire qui s'allonge chaque jour mais
dont je n'arriverai pas à lire le quart, parce que souvent, ce sont les livres qui me choisissent en me tombant dans les bras ou sous les yeux!!!


Richard 24/08/2010 12:05



Cette maison d'édition est en pleine montée !!! De bons romans, de belles découvertes !


Je t'encourage à ouvrir tes bras (... et te yeux) pour que leurs livres te choisissent ...


Bonne journée !



Gwenaelle 23/08/2010 22:23


Gallmeister fait des choix d'édition très intéressants et a trouvé un créneau porteur. Ce sont souvent de très bons livres en plus... Celui-là ouvre la voie aux Calhoun et autres amis de la nature
(parfois un peu déjantés...)! PS : pour la photo du vélo, j'y pense! ;-)


Richard 23/08/2010 22:26



Déjantés mais tellement distrayant !!!


Bonne soirée


Amitiés



l'or des chambres 23/08/2010 15:23


J'aime beaucoup cette maison d'édition... Et je suis très sensible au thème de l'écologie... On aurait bien besoin de ces quatres chevaliers défenseurs de la nature et de la terre... Mais bien sûr
nous restons bien dans le thème de la fiction (nos hommes politiques s'en fichent bien de l'écologie...)
Bises et bonne journée


Richard 23/08/2010 19:32



Tu as tout à fait raison. ici, au Canada, avec un gouvernement de droite avec un premier ministre originaire de la province qui extrait le pétrole des sables bitumineux ... pour ce gouvernement,
l'écologie c'est ce qui empêche les gens sérieux de faire des affaires ...


Triste !!!


As-tu lu "Colère" de Denis Marquet ??


 


http://livres.suite101.fr/article.cfm/leffroyable_colere_de_denis_marquet


 



*.:。✿*Fleur de soleil*✿。:.* 23/08/2010 14:06


Et tu ne m'en fais pas d'écouvrir qu'un seul ! La plupart des livres dont tu parles me sont inconnus... mais c'est là tout l'interêt !
Au fait j'ai commencé "A la croisée des mondes" de Philip Pullman, j'en suis même au tome II. Bientôt mon avis...
Amitiés


Richard 23/08/2010 14:16



Ne me fait pas attendre ...


Tu aimes ????



*.:。✿*Fleur de soleil*✿。:.* 23/08/2010 11:22


Et bien j'avoue mon ignorance... inconnu au bataillon pour moi ! Voilà une occasion d'y remédier.
Bonne journée mon cher Richard


Richard 23/08/2010 11:56



Tu m'apprends tellement de choses ...


Alors, c'est à mon tour de te faire découvrir un auteur ...


Bonne journée



passion-polar.over-blog.com 22/08/2010 22:59


pour ma part j'ai acheté ce livre il y a dejà quelques temps, mais je n'ai pas encore eu le temps de le lire ( ma pal pourrait servir de mur porteur de ma maison c'est dire! ) par contre j'ignorai
au moment de l'achat que ce livre datait d'aussi longtemps!C'est un point intéressant. C'est vrai que la mode est à la réédition de pas mal ouvrages anciens. Ce qui n'est pas plus mal ! c'est
d'autant plus intéressant que le lecteur qui se plonge aujourd'hui de cette littérature à le recul de celui qui sait comment le monde a évolué depuis!! Au plaisir Richard! très bonne critique,
comme d'habitude!


Richard 22/08/2010 23:04



Merci beaucoup,


J'apprécie particulièrement ces rééditions car je ne suis lecteur de polars que depuis quelques années.


Ça me permet d'entrer en contact avec ces classiques qui n'étaient plus disponibles ...


Bonne lecture !



Jeanne Desaubry 22/08/2010 18:12


Quand j'ai lu ce roman, c'était en toute "innocence", ne sachant rien de ce qu'avait pu dire ou faire son auteur, rien de son rôle de "chef de file" de l'écologie aux USA. Je me suis absolument
régalée, et n'ai pas boudé non plus mon plaisir dans "le retour du gang..."
Jeanne


Richard 22/08/2010 18:37



En effet, "le gang" procure une haute dose de plaisirs littéraires ...  qui prend encore plus de valeur quand on connait "qui se cache" derrière cet auteur !


Bonne journée, Jeanne !



David Mourey 22/08/2010 17:02


Salut Richard, ce livre me parait interessant. C'est une manière originale de présenter la lutte de quelques-uns pour un développment plus durable ... Je retiens bien cette lecture. Merci à toi.


Richard 22/08/2010 17:04



C'était original ... et précurseur ... Compte tenu que ce livre a été écrit en 1975.


Bon dimanche !



La Ruelle bleue 22/08/2010 10:34


Très joli billet nuancé et engageant ! Je remarque en plus que tu as toujours le chic pour nous servir des citations réjouissantes...


Richard 22/08/2010 11:41



Merci beaucoup mon amie,


C'est peut-être le genre de lecture que je fais, présentement, qui se prête plus à la citation réjouissante ...


Bon dimanche !