Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Richard

La-verite-sur-l-affaire-Harry-Quebert-copie-1.gifVous n’avez pas encore entendu parler de «La Vérité sur l’Affaire Harry
Quebert» ? Et bien tant mieux !

C’est que vous ne l’avez pas encore lu et qu’il vous reste tout le plaisir de découvrir un excellent roman !

Lisez ma chronique !
Laissez-vous convaincre !
Et allez chez votre libraire préféré vous procurez ce roman !
Dès les premières pages, vous serez pris par l’histoire, vous vous laisserez emporter par les personnages et vous ne quitterez plus le récit tant que vous n’aurez pas lu le chiffre 665, au bas de la dernière page.

Bonne lecture !

Voilà !
Je termine toujours mes chroniques avec ces mots : «Bonne lecture !» Ce que j’ai écrit devrait vous suffire à vous convaincre ... Mais je vous connais, chers lecteurs, vous voulez en savoir plus ! Pas question de faire confiance au blogueur sans quelques preuves, commentaires et extraits ... Moi qui pensait pouvoir profiter de cette pause, illustration de ma paresse légendaire. Écrire une chronique d’un paragraphe et savoir que je vous aiconvaincu !

 
Et non !


Ce ne sera pas pour cette fois-ci !
Alors, blogueur paresseux, au clavier !
Parle de cet excellent roman. Raconte-nous un peu l’histoire, pour nous mettre en appétit et dis-nous pourquoi, nous devrions lire ce deuxième roman de Joël Dicker.

Marcus Goldman, jeune écrivain, a connu un succès extraordinaire avec son premier roman. Reconnu par le tout New-York, vedette sous les feux de la rampe, il souffre cependant du syndrome de la page blanche. Bloqué, sans inspiration, l’imagination au neutre, il est en plus harcelé par son éditeur qui s’attend à un deuxième succès, le plus tôt possible.

Pour se ressourcer, Marcus se rend chez son vieux professeur d’université, Harry Quebert pour recevoir ses précieux conseils et surtout, retrouver l’inspiration et l’imagination qui l’ont abandonné. Mais Harry Quebert, un des écrivains les plus appréciés au pays, voit une vieille histoire d’amour resurgir 35 ans plus tard. Il est accusé du meurtre de cette jeune fille de 15 ans dont on vient de retrouver le corps dans son jardin. Avec le manuscrit de son grand succès !

Marcus Goldman ne croit aucunement à la culpabilité de son mentor et commence alors sa propre enquête pour découvrir la vérité.

Dans ce petit village d’Aurora dans le New Hampshire, Goldman se heurtera à l’opacité et à la haine, exacerbées par la découverte de ce squelette. Accompagné par un policier débonnaire mais efficace, le Sergent Perry Gahalowood, Goldman retracera événement par événement ce qui s’est passé, 35 ans plus tôt. Et tout au long de son enquête, il amènera le lecteur à déchiffrer les indices, à infirmer des hypothèses et à se prendre dans la toile que ces écrivains ( le vrai, Joël Dicker et ses deux personnages ... !) lui tissent dans une finale tout à fait inattendue mais parfaitement crédible.

Voici donc l’histoire !!
Mais non !
Ce n’est pas tout !
Car dans ce roman, il y a l’histoire d’un roman sur un roman !
(Hum ! j’adore me permettre cette répétition ! )

En effet, pour guérir son syndrome de la page blanche et surtout pour calmer l’appétit féroce de son éditeur avide et affamé, Marcus Goldman tentera d’écrire l’histoire de cette enquête. Et l’histoire du roman dans un roman, lui permettra également de revoir les 31 conseils, qu’un jour, son maître Quebert lui a donnés pour devenir un grand écrivain.

«J’aimerais vous apprendre l’écriture, Marcus, non pas pour que vous sachiez écrire, mais pour que vous deveniez écrivain. Parce qu’écrire des livres, ce n’est pas rien: tout le monde sait écrire, mais tout le monde n’est pas écrivain.
- Et comment sait-on que l’on est écrivain, Harry ?
- Personne ne sait qu’il est écrivain. Ce sont les autres qui lui disent.»

Ces 31 conseils nous sont révélés, au fur et à mesure, en tête de chapitre ... numérotés de 31 (le premier chapitre) à 1 (le dernier). Juste avant l’épilogue !

Quoi dire et qu’ajouter à cette histoire ?


Mais qu’il ne faut pas oublier que derrière ces 35 années qui séparent le meurtre de la découverte du corps, les États-Unis ont vécu. Et Joël Dicker, en filigrane, nous raconte cette Amérique, vue dans la lorgnette de ce petit village du nord-ouest du pays. À travers les yeux de ses habitants, leurs peurs et leurs croyances, l’auteur nous dessine le portrait de ces personnages, aussi réaliste et coloré qu’une toile d’Edward Hopper.

Ce deuxième roman de Joël Dicker sort vraiment des sentiers battus littéraires: inclassable et atypique, inutile d’essayer de le faire entrer dans une case quelconque. L’auteur nous raconte une bonne histoire et il la raconte très bien. Aucun temps mort, des revirements spectaculaires, une galerie de personnages qui nous rappellent tous quelqu’un qu’on a déjà rencontré. Et une victime extraordinaire, une victime qui nous pose elle-même son propre problème. Une victime qui nous laisse à chaque fois, un peu plus perdu, un peu moins certain sur l’identité de son meurtrier. Nola est un personnage fascinant, énigmatique et tout à fait crédible; sa disparition quand elle n’a que 15 ans, cache un être complexe qui donne de la profondeur et de la consistance à l’intrigue.

Les relations presque paternelles mais assurément pédagogiques, entre Harry et Marcus révèlent également toute la complexité du récit. Un roman sur le roman, oui ! Mais aussi, un roman sur la confiance, l’amitié, confrontés à la suspicion, l’avidité et la recherche du bonheur à tout prix.

Joël Dicker est un excellent raconteur d’histoires, un romancier dans le sens balzacien du terme. Vous ne trouverez pas dans ‘La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert» une prose poétique ou un style charmeur. L’auteur sait nous raconter une histoire pour nous divertir et nous émouvoir. Cependant, il me faut souligner le sens de l’humour de Dicker, révélé dans les dialogues savoureux et distrayants de Marcus Goldman avec sa mère. Véritable caricature de la mère surprotectrice pleine de préjugés, chacune de ses présences nous fait sourire autant qu’elles incommodent son fils. Certaines réparties sont savoureusement choquantes, pour notre plus grand plaisir.

«Markie chéri, écoute, je dois te demander: es-tu amoureux de ce Harry? Fais-tu de l’homosexualité avec lui ?»

Je vous invite donc à vous plonger dans cet excellent roman qui a déjà reçu le Prix du roman de l’Académie française et le Prix Goncourt des lycéens Un petit voyage dans le nord des États-Unis qui vous ravira. Avec en prime, la recette pour écrire un best-seller !

Un dernier commentaire avant ces quelques extraits ! Une interprétation personnelle sur le succès de ce roman. Je crois que Joël Dicker est amoureux de la littérature et par ce fait, il partage avec ses lecteurs cet amour et cette passion. Le lecteur se sent complice, l’auteur lui parle, lui raconte une bonne histoire complexe et prenante ... et la magie opère. On sort de cette lecture en ayant l’impression d’avoir vécu (lu ?) un moment bien particulier, d’avoir lu (vécu?) quelque chose de vrai.

Voici donc quelques extraits.

« Elle avait quinze ans, c’était un amour interdit. N-O-L-A.»

«Les mots sont à tout le monde, jusqu’à ce que vous prouviez que vous êtes capable de vous les approprier. Voilà ce qui définit un écrivain. Et vous verrez, Marcus, certains voudront vous faire croire que le livre est un rapport aux mots, mais c’est faux: il s’agit en fait d’un rapport aux gens.»

«Je range les chariots, Marcus. Je parcours le parking, je traque les chariots esseulés et abandonnés, je les prends avec moi, je les réconforte, et je les range avec tous leurs copains dans la gare à chariots, pour les clients suivants. Les chariots ne sont jamais seuls. Ou alors pas très longtemps. Parce que dans tous les supermarchés du monde, il y a un Ernie qui vient les chercher et les ramène à leur famille. Mais qui est-ce qui vient chez Ernie ensuite pour le ramener à sa famille, hein ? Pourquoi fait-on pour les chariots de supermarché ce qu’on ne fait pas pour les hommes ?»

«Au fond, dit-il, les écrivains n’écrivent qu’un seul livre par vie.»

Alors, «La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert» sera-t-il le dernier livre de Joël Dicker ?

Bonne lecture !!

La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert
Joël Dicker
Éditions de Fallois / L’Âge d’Homme
2012
665 pages

 


Voir le site de l'auteur. Joël Dicker 



La chronique de Sophie qui a, elle aussi, beaucoup aimé ce roman ... grâce à Attila!

 

 

Écoutons l'auteur nous parler de son roman ! (Un grand merci à la librairie Mollat pour cette entrevue !)

 

 


 

 

 

Achetez ce livre en ligne sur Rue des Libraires

 

 

 

Commenter cet article

Lapinoursinette 03/01/2013 19:50

C'est ce qui s'appelle de l'enthousiasme! tu en parles TB et donnes envie de le lire. Par contre, je n'ai pas été aussi enthousiaste que toi mais j'en garde un très bon souvenir. C'est ce genre de
livres impossibles à lâcher!!

Richard 04/01/2013 15:42



C'est quand même assez phénoménal !! Des avis partagés mais ... tous le termine avec ravissement !!


Bonne année 2013 !!!



drôle de sorciere 29/12/2012 16:43

Bonjour, J'ai entendu parlé de "la vérité sur l'affaire H.Q."et en cherchant les références, je tombe sur votre blog, qui désormais sera une mine pour moi. Si vs le permettez, je vous installe chez
moi, prés du feu, avec mes autres liens, parole de sorciere!
Bonne lecture
nadine

Richard 29/12/2012 16:53



Chère Sorrcière,


Mais quel plaisir de me retrouver chez vous, près du feu (celui au dessous de la grosse marmite où bouille la bave de crapaud et les langues de serpent ??) et de savoir qu'une nouvelle lectrice
me fera ses commentaires sur les romans que je propose.


Et j'avoue que des impressions de sorcière, je n,en ai pas beaucoup ...


Alors, je vous souhaite de nombreux passages sur mon blogue et je me souhaite de vous lire le plus souvent possible.


Bonne nouvelle année !


Et bonnes lectures !



Eléa 22/12/2012 16:43

Merci pour ce magnifique billet qui me rappelle que je dois ab-so-lu-ment lire ce roman ;-)

Richard 23/12/2012 12:59



C'est un plaisir Eléa !!


Il est vrai que ce roman est devenu un incontournable ...


Bonne lecture et donne moi des nouvelles de ta découverte !



dasola 20/12/2012 18:49

Bonsoir Richard, j'ai lu du "pour" et du "contre" concernant ce roman. Le "pour": histoire avec plein de rebondissements et bien ficelée, le "contre" le style, l'écriture en général: pas terrible.
Je lirais peut-être plus tard. Bonne soirée.

Richard 21/12/2012 03:32



Je crois qu'il faut mettre dans les "pour" une structure de romans et une qualité de construction qui dépasse grandement le besoin de lire "du style" ...


Je te le conseille grandement ... malgré ces réticences très très ciblées et ma foi, un peu tirées par les cheveux !!


Bonne lecture !



Violette 10/12/2012 22:23

je l'ai réservé à ma bibliothèque! entre les avis enthousiastes et les autres plutôt déçus, j'ai hâte de me faire ma propre opinion!

Richard 10/12/2012 22:33



Chère Violette,


Je te souhaite un super bon moment de lecture.


Tu m,en donneras des nouvelles.


Amitiés



béat 08/12/2012 23:00

il est en tête sur ma lettre faite à la mère Noël ..... vivement le 24/12 .........

Richard 09/12/2012 15:53



J'espère que Mère Noël sera généreuse !!!


Joyeux Noël !!



Theoma 07/12/2012 20:17

bien aimé également.

Richard 09/12/2012 15:53



Il fait presque l'unanimité !!!



Vonnette 04/12/2012 16:45

Il est nouvellement arrivé sur ma table de chevet...aussi je reviendrai lire ton billet plus tard...

Richard 04/12/2012 16:50



J'ai hâte de connaitre ton avis sur ce roman !!


Bonne lecture !



nathalia 03/12/2012 13:31

Bon, je suis en pleine lecture,et c'est excellent,enthousiasme partagé. Et ça serait dommage de ne pas le lire !!!

Richard 03/12/2012 14:07



Un très grand roman !


Un excellent plaisir de lecture !


Bonne journée Nathalia



Alex-Mot-à-Mots 18/11/2012 17:42

Réservé à ma BM, mais je suis sûre une longue liste d'attente...

Richard 19/11/2012 03:53



Alors, je te souhaite beaucoup de patience !!!


Bonne lecture !



Pierre-Olivier 17/11/2012 15:51

Déjà que la couverture m'avait intriguée, votre chronique va encore me faire dépenser! Un autre livre qui s'ajoute et qui va m'attendre patiemment n'ayant pas le temps de lire ces temps-ci. Au
moins ils sont tranquilles. Et vos chroniques apaisent un peu mon manque de temps.

Richard 17/11/2012 17:20



Je suis désolé de te faire dépenser ... Mais je crois que la lecture est une "maladie" dans laquelle, il est bon d'investir !


Bonne lecture, Pierre-Olivier !



pichenette 16/11/2012 21:54

Il a du talent ce jeune homme! S'il continue dans cette voix et progresse encore, je suis impatiente de découvrir la suite.

Richard 17/11/2012 17:19



Oui, tout un talent !


J'ai hâte, moi aussi, de voir comment il nous surprendra dans son prochain roman !


Beau défi !


Bonne lecture, mon amie



keisha 16/11/2012 14:03

Certains critiquent beaucoup son écriture, mais si déjà on a un chouette moment de lecture, pourquoi ne pas lire ce roman? (j'attendrai la bibli, ceci étant)

Richard 16/11/2012 14:10



Il y a toujours un plaisir à se faire raconter une excellente histoire !


Bonne journée Keisha !



Anne 16/11/2012 12:57

Moi aussi je te lis en diagonale, je ne retiens que ton enthousiasme, comme très souvent. Je l'emprunterai en bibli ou j'attendrai la sortie poche !

Richard 16/11/2012 13:03



Merci Anne !


Je souhaite la publication en poche très rapidement ... juste pour toi !!


Bonne lecture et bonne journée !



Ezazy 16/11/2012 11:47

il est sur ma liste !!!
quelle chronique

Richard 16/11/2012 13:00



Merci à toi !!


Je rougis ...


Bonne lecture



Jean 16/11/2012 11:11

Cette merveilleuse chronique valait bien le coup de faire une entorse à ta paresse légendaire. J'ai déjà noté le titre dans ma rubrique "incontournables". Merci mille fois. Amitiés. Jean.

Richard 16/11/2012 12:59



Merci beaucoup Jean !


En effet, ce roman est bien à sa place dans la rubrique des incontournables.


Bonne lecture


Amitiés



Yspaddaden 16/11/2012 10:54

L'Amérique par un Suisse, pourquoi pas, on dirait que ça vaut la peine...

Richard 16/11/2012 12:58



Oui Ys ! Ça en vaut vraiment la peine !!


Je te souhaite ce petit ( 670 pages, quand même !!!) plaisir de lecture.


Bonne journée



Paco 16/11/2012 09:51

Merci Richard pour cet article.

J'ai commandé ce roman qui va bientôt arriver et franchement j'ai hâte.

Bonne journée.

Richard 16/11/2012 12:54



Tu m'en donnes des nouvelles ?


J'ai hâte de lire ton avis.


Bonne lecture !



Oncle Paul 16/11/2012 08:38

Bonjour Richard
Ce roman et son auteur ont reçu le Prix Goncourt des Jeunes lecteurs. Pourtant le site Bibliobs a démoli ce roman dans un article intitulé l'Académie Française couronne un nanar !
http://bibliobs.nouvelobs.com/rentree-litteraire-2012/20121025.OBS7122/et-le-grand-prix-de-l-academie-couronne-un-nanar.html

Mais d'autres voix s'élèvent pour défendre ce roman. Toujours sur le site de Bibliobs, la lettre d'une lectrice qui a aimé :
http://bibliobs.nouvelobs.com/rentree-litteraire-2012/20121112.OBS9048/lettre-ouverte-aux-detracteurs-de-joel-dicker.html?xtor=RSS-23

C'était mon petit apport personnel d'un lecteur qui n'a pas encore lu ce roman.
Amitiés

Richard 16/11/2012 13:01



Merci pour les liens !!


Encore une fois, voici la preuve que ...


Des goûts zé des couleurs ...


Bonne lecture cher ami !



Sophie 16/11/2012 08:19

Mon cher Richard, je te remercie d'abord pour le lien vers mon article!

Superbe chronique, pour un livre pourtant déjà largement commenté partout, discuté, interprété, parfois contesté aussi, et il est bien difficile de ne pas répéter tout ce qui a déjà été dit...Mais
tu t'en sors magnifiquement, et tu vas encore apporter de nouveaux lecteurs à ce roman en effet inclassable (et c'est ce qui fait aussi tout son charme).
Je l'ai découvert en effet grâce à Attila, bien avant qu'on en parle autant, ce qui fait que j'ai suivi ensuite avec beaucoup d'intérêt l'extraordinaire aventure du succès désormais acquis de ce
livre auprès du public...et je dois dire que ce succès m'enchante, parce qu'il illustre l'adage (très agaçant pour certaines "élites")selon lequel popularité peut rimer avec qualité: mais oui, on
aime ce livre parce qu'il est bon, tout simplement, et pour toutes les raisons que tu as fort bien données dans ton article.

C'est amusant car j'avais moi-même retenu les trois extraits que tu cites, même si je ne les avais pas choisis pour illustrer mon article...

Bon Salon du livre à Montréal Richard, et on attend bien sûr avec impatience ton "reportage" sur l'évènement!

Richard 16/11/2012 12:51



Merci Sophie,


Bien sur le décalage (pas juste horaire !!) de temps entre la sortie des romans en Europe et ici, nous force souvent, nous les pauvres blogueurs québécois, à faire preuve de plus d'imagination
pour certains livres largement commentés. Mais j'essaie de toujours donner "ma couleur locale" en laissant parler mes émotions de lecture !


Ce roman de Joël Dicker mérite grandement tous les honneurs qu'il reçoit ... et j'espère qu'il sera aussi bien accueilli au Québec.


Et oui, c'est le salon du livre à Montréal ... et j'y passerai la journée !! Il y aura sûrement de belles rencontres en perspective.


Bonne lecture !!


Amitiés