Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Richard

Quatre racines blanches«Pour l’amour du Québec ... »

Écrire un blogue littéraire demande un grand esprit d’aventure, un goût de la découverte et un intérêt pour tout ce qui se passe, loin des sentiers battus. Écrire un blogue, je dirais même, animer un blogue, c’est aussi accepter l’inconnu et l’apprivoiser.

Jacques Saussey m’a contacté, il y a quelques mois pour me présenter son roman. Tous les blogueurs le savent, nous recevons ce genre de demande très souvent. La plupart du temps, je me vois dans l’obligation de refuser pour ne pas créer de faux espoir aux auteurs. N’ayant que deux yeux ... qui se doivent de lire le même livre et juste un cerveau (d’homme, en plus ...), ma capacité et mon temps de lecture sont quand même limités.

Mais quand Jacques m’a présenté son roman, il y a eu comme un déclic, un petit quelque chose qui me disait d’accepter cette offre. Et ce  «petit quelque chose» se confirmait dans cette phrase de la dédicace du roman, «Pour l’amour du Québec».

J’ai donc reçu ce livre, "Quatre racines blanches",  et il est allé rejoindre la pile de mes 500 romans à lire !!! Promesse faite de le lire avant le Salon du livre de Montréal, l’auteur y est cette semaine, voici donc mes impressions de ce roman, écrit par un Français et dont l’action se passe entièrement au Québec !

Une première impression?  J’ai aimé ce roman. "Quatre racines blanches" m’a tenu en haleine. L’auteur sait tisser une bonne intrigue et maintenir l’intérêt de son lecteur. Suivons donc les aventures de Daniel Magne, capitaine français de police, venu au Québec pour un congrès réunissant des policiers francophones de tous les coins du monde.

Témoin de l’enlèvement d’une femme et du meurtre d’un confrère policier, blessé par la balle qui a tué le collègue avec qui il sortait de sa rencontre, Daniel Magne est invité à participer à l’enquête, étant le seul à avoir vu le visage du meurtrier. Inquiète par le mystère autour de la blessure de son patron et amant, Lisa Heslin prend l’avion de Paris vers Montréal pour rejoindre Daniel. Sans avertir ses supérieurs, la très belle policière s’envole vers son amant. On lui a dit qu’il était dans le coma !!! Stratégie de protection ...

Mais l’enquête se complique avec la découverte du corps d’une belle anthropologue américaine, à l’entrée d’une réserve indienne, réserve qui a connu ses heures de gloire en 1990 ! Sarah Duncan, affreusement mutilée, est la femme qui a été enlevée lors du meurtre du policier. La découverte du corps de cette scientifique, à cet endroit, implique-t-il les autochtones de Kahnawake, la réserve mohawk de la banlieue sud de Montréal ?

Commence alors une chasse à l’homme haletante, dans les rues d’un Montréal sous la neige avec quelques incartades dans les bois entourant la réserve indienne.

Daniel Magne et sa compagne Lisa se frotteront aux moeurs des Mohawks, aux méthodes brutales des gangs de motards criminalisés, à la violence d’une certaine pègre asiatique ... et aux us et coutumes de la police québécoise.

Généralement, les personnages présentées par l’auteur sont très crédibles. J’ai beaucoup apprécié le caractère et la fougue de Lisa, un personnage qui donne une couleur et une force à l’enquête.

J’ai bien aimé cette histoire complexe, le style ciselé de l’auteur et sa façon d’alimenter le récit de faits historiques et d’informations sur les populations  amérindiennes du Québec. L’intrigue est bien menée et le lecteur se laisse facilement emporter par les différents événements, faits et indices parsemant le récit.

Il me faut cependant mettre une réserve quant à la fidélité de certains éléments pouvant agacer les lecteurs de ce côté-ci de l’Atlantique. Je crois que l’auteur aurait eu avantage à s’allier un lecteur québécois pour éviter certaines erreurs pouvant passer inaperçues aux lecteurs européens mais très visibles pour les lecteurs du Québec. Rien de grave !! Juste une petite roche dans le soulier ...

Par exemple, l’utilisation du terme «icitte» pour dire «ici». Je comprends la «couleur locale» créée par son utilisation, mais tant en langage oral qu’en littérature, le Québécois moyen utilise de moins en moins cette façon de parler.

«Icitte, on dîne tôt» Traduction québécoise: «Ici, on soupe tôt»

Je souligne également quelques erreurs géographiques dans le nom des rues visitées par les personnages ou l’utilisation des numéros d’autoroute ( La 15 ouest n’existe pas, cette autoroute a un axe nord-sud). Un autre exemple, la frontière canado-américaine n’est pas à 600 kilomètres de Montréal mais à 60 km.

Une petite dernière, mais celle-là, pour le plaisir de rire ... Quand Daniel Magne se fait soigner à l’Urgence d’un hôpital et qu’il en ressort deux heures après !!! Dans notre système de santé québécois, ce temps d’attente de deux heures relève plus de la scienc-fiction que de la réalité ... même dans un roman policier ! Deux heures pour se faire soigner dans un hôpital montréalais ... Pure utopie !

Mais en général, je me dois de dire à Jacques Saussey qu’il a très bien décrit ce Montréal qu’il aime. Malgré ces quelques anicroches, j’ai senti cet immense respect pour mon pays. Il a réussi à m’intéresser à ma ville, sans la dénaturer. Et surtout, il a présenté le Québécois avec toutes ses qualités et ... ses défauts. En bref, la réussite de ce roman réside vraiment dans ce respect des différentes cultures où Français, Québécois et Mohawks sont présentés tels qu’ils sont, dans leur diversité.

Tout bien considéré, je vous recommande ce roman pour toutes sortes de bonnes raisons. Pour mes amis européens, vous serez guidés dans les méandres de la ville de Montréal en vous faisant raconter une très bonne histoire. Pour mes concitoyens du  Québec, je vous le recommande pour découvrir un auteur français qui aime le Québec et qui pourra vous raconter une bonne intrigue où transparait cet amour.

Et en prime, vous pourrez rencontrer Jacques Saussey au Salon du livre de Montréal, toute la fin de semaine. Voir l’horaire ici.

Quelques extraits:

«Au diable les ordres. Elle était ce qu’il avait de plus cher dans sa vie, et jamais le besoin de le lui dire ne s’était fait sentir aussi fort. Il éprouvait physiquement sa présence, comme si elle avait été assise à côté de lui, à ce moment précis.»

« Il était encore trop tôt pour formuler une hypothèse, mais la personnalité de cette femme prenait à présent un tout autre visage, et du statut de victime elle bifurquait lentement vers celui de point d’interrogation.»


« ... à la vitesse d’un escargot asthmatique.»



Bonne lecture !


Quatre racines blanches
Jacques Saussey
Les nouveaux auteurs
2012
500 pages


Voici la présentation du roman par son auteur: à lire ici !



 


 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 15/11/2012 21:01

Une bonne pioche alors. Bon, je note.

Richard 16/11/2012 04:12



Bonne idée, Alex !


Bonne lecture !



zazy 14/11/2012 22:48

Quel talent pour nous faire saliver devant un livre !!!!!
Au fait, cher Cousin, j'ai enfin trouvé "j'hais le hockey" !!!

Richard 15/11/2012 04:10



Merci beaucoup Zazy !


Le compliment me touche ...


François Barcelo doit être content de se retrouver chez toi !


Bonne lecture !



LAURA 14/11/2012 19:21

et hop ! un de plus sur la pile... vivement les vacances de Noël !!!
Merci cher Richard pour ce commentaire encore plein de chaleur humaine.

Richard 14/11/2012 19:28



C'est un plaisir Laura !!


Bonne découverte et surtout, bienvenue à Montréal !!!



Carine Boulay 14/11/2012 19:16

Tiens c'est drôle je reçois ce livre dans la semaine ! J'espère que comme tu le dis je serai guidée dans les méandres de la ville de Montréal en me faisant raconter une belle histoire ! Je
reviendrai te raconter mon ressenti ... Amitiés, Richard !

Richard 14/11/2012 19:29



Il va sûrement te plaire, Carine !!


Bonne découverrte de Montréal ...


Et bienvenue chez nous ...



Sophie 14/11/2012 18:44

500 romans à lire!!

Mais moi j'en entends UN qui pleure..."Richard, Richard,regarde-moi, élis-moi, sors moi de cette PAL monstrueuse, tu verras, je vais te rendre heureux!"

Sauras-tu répondre à l'appel du Djian?...........


:)

Richard 14/11/2012 19:27



Chère Sophie,


Sois assurée que le Dijan sera lu avant Noël !!


D'ailleurs, j'entends au loin...


" Oh   Oh   Oh !!!! "


Bonne lecture, chère amie !



Catherine 14/11/2012 18:42

Pourquoi pas si je le vois passer ? Pas l'auteur, le roman !
Bonne journée / soirée Richard !

Richard 14/11/2012 19:30



Attention, l'auteur ... et le roman court vite !!!


Bonne lecture Catherine !!



pichenette 14/11/2012 17:58

L'escargot asthmatique mérite toute notre admiration!

Richard 14/11/2012 18:04



Tout à fait, Pichenette !!


Au Québec, on dit ... "P'tit train, va loin ... !"


Bonne lecture