Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Richard

Pwazon«Pwazon» est le troisième roman de Diane Vincent avec son tandem Marchand/Bastianello. Je n’ai pas lu les deux premiers «Épidermes» et «Peaux de chagrin». Je ne pourrai donc pas vous faire une analyse comparée de ces trois romans ou encore moins, vous faire état du développement des personnages principaux. Alors, regardons «Pwazon» comme un premier roman et voyons comment nous avons apprécié.

Josette Marchand, personnage principal, est massothérapeute. De temps en temps, elle apporte son aide dans les enquêtes de l’inspecteur Vincent Bastianello. Qu’est-ce qui se passe entre ces deux personnages ? Leur relation demeure assez floue avec quelques ambigüités qui sont sûrement voulues par l’auteure. En bref, cet aller-retour entre l’amitié et l’amour, entre l’indifférence et le désir, entre le «je veux» et «je ne pense pas vouloir», semblent être le fil d’Ariane de l’évolution de ces personnages.

Pour ce troisième roman, Diane Vincent nous entraîne dans le monde mystérieux du vaudou ainsi que dans le milieu fascinant du tennis professionnel, tout en nous plongeant dans le monde étrange du manga ... et des reptiles. Il y a vraiment de quoi exciter la curiosité du lecteur de polars.

Au début du mois de juin 2008, le frère du premier grand joueur de tennis issu du Québec, Victor-Henri Ferrand a été assassiné en pleine rue, d’une balle dans la tête. Pendant que la nouvelle star du tennis international, Maxime-Pierre, se bat sur les courts de Rolland-Garros, l’enquête s’amorce à Montréal et l’inspecteur  Bastianello en reçoit la responsabilité. Évidemment, cette enquête va intéresser notre massothérapeute curieuse et toujours en quête de sensations fortes (j’imagine !!!).

Par le plus heureux des hasards, le clan Ferrand a besoin d’une nouvelle massothérapeute et on prend contact avec Josette Marchand qui accepte la demande avec empressement, y voyant l’occasion d’enquêter par «en dedans» ! De Montréal à Barcelone jusqu’à Saint-Florent-des-Monts, elle deviendra la complice ponctuelle du grand champion québécois, prendra plaisir à «tripoter» les muscles du joueur de tennis et essaiera de faire avancer l’enquête à travers l’opacité du clan et du silence des pratiquants du vaudou !

En ce qui me concerne, je n’ai pas été transporté par cette histoire. Quelques passages intéressants mais beaucoup d’occasions manquées. L’intrusion de la massothérapeute dans le monde du tennis professionnel aurait pu être l’occasion de mieux connaître ce milieu qui nous rend visite à Montréal, une fois par année. Mais la pire occasion ratée a été de passer à côté du monde mystérieux des pratiques vaudou. J’aurais aimé y entrer moins superficiellement et surtout, que les deux personnages, Marie-Jeanne et tante Églantine soient plus explicites, plus présentes dans cette visite aux confins du culte haïtien.

En général, je ne peux pas dire que je n’ai pas aimé l’histoire ... mais j’aurais aimé que l’auteure pousse plus loin son récit et qu’elle arrive à nous surprendre. Ce ne fut généralement pas le cas. Une dernière remarque: j’ai eu beaucoup de difficulté à croire au personnage de Josette. Pourquoi ? Peut-être parce qu’elle nage toujours entre deux ambigüités; et qu’on ne sait jamais où elle loge ...  Ce suspense (très léger, en ce qui me concerne) amoureux qui flotte au-dessus des têtes de Josette et de Vincent, je l’avoue, me laisse indifférent !!

Cependant, j’ai apprécié le style de l’auteure, ces quelques moments où elle nous lance des phrases «punchées», des petits bijoux de poésie urbaine, le genre de phrases qui nous laisse la bouche ouverte ... de plaisir !

Je vais quand même lire le prochain roman de Diane Vincent. J’aimerais bien voir une évolution dans le traitement de ses personnages, évolution qui leur donnerait consistance, complexité et crédibilité.


Voici  quelques extraits intéressants:

«Bof, un petit meurtre ben ordinaire. Rien pour t’exciter. Pas de torture, de brûlure, de déchirure, de griffure. de piqûre, de morsure, de signature. Juste une balle en plein front
à bout portant. Pow ! t’es mort.»

«Des obsèques, tu vois ce que c’est ? C’est ce qu’on fait à un cadavre quand on veut libérer un tiroir de la morgue.»

«Ma gérante, c’est aussi biologiquement ma mère, mais depuis que j’ai quatorze ans, aucune tâche n’est plus rattachée à ce titre.»

«Des tueurs, c’est des tueurs. C’est pas des pauvres, c’est pas des immigrants, c’est pas des égarés, c’est pas des quelque chose-ophones, c’est surtout pas des héros. C’est des tueurs, faut les arrêter.»


Bonne lecture !


Pwazon
Diane Vincent
Triptyque
Collection L’épaulard
2011
285 pages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 11/02/2012 19:42

Pas tentée malgré tout par ce pwazon.

Richard 12/02/2012 01:07



Bonjour Alex,


En effet, je pourrais te conseiller beaucoup d'autres romans québécois ... plus comestibles ...


Amitiés



sophie 10/02/2012 19:09

Moi j'aimerais bien masser un beau joueur de tennis et mener une enquête criminelle...mais je ne m'appelle pas Josette!
Plus sérieusement, c'est vrai que Richard essaie toujours de trouver un coin de ciel bleu (je crois que c'est dans sa nature), mais du coup, quand il est circonspect, comme c'est le cas ici, on
peut comprendre que le livre ne vaut pas le coup, du moins je crois...
Et non, Attila tu n'y es pas allée "un peu fort" pour Sportès, les arguments que tu as avancés sont tout à fait recevables, ce que je n'aime pas, c'est le mépris et la morgue gratuite, et si cela
avait été le cas, je n'aurais pas manqué de le faire clairement comprendre à notre "commentatrice-mais non blogueuse".
ça me fait d'ailleurs exprimer un regret: j'ai très peu de commentaires de non-blogueurs sur mes articles, et je le regrette beaucoup, car je trouve qu'ils apportent un éclairage souvent différent
et très intéressant...tiens, je vais peut-être prochainement lancer un appel en ce sens..
Amitiés cher Patron! ;)

Richard 10/02/2012 19:51



Patron ??? Aie-je obtenu une promotion ?? Sans que je m'en rende compte ??


Amitiés chère enseignante !!!



attila 10/02/2012 14:46

je fais confiance à ton jugement et je ne le lirai pas ....
en même temps, la couverture ne me faisait pas particulièrement de l'oeil non plus ...... mais je trouve sympa de ta part de ne pas trop "descendre en flèche" le livre même si tu ne l'as pas aimé
... c'est charitable et je ferai bien d'en prendre de la graine parfois (cf : Sportès et cie chez Sophie ..... à bien y réfléchir j'y suis allée un peu fort ...)
à bientôt cousin.

Richard 10/02/2012 15:06



Chère Attila


Merci pour ce commentaire, très chère cousine ! Comme j'ai beaucoup de respect pour les auteurs, je ne me permets pas de démolir leur oeuvre, de passer tel un tsunami et de ne laisser que des
cadavres derrière moi. Je n'ai pas aimé ce roman, c'est vrai mais le fait que je le dise n,emoêche aucunement quelqu'un d'autre de l'apprécier. Je ne me targue pas d'avoir la vérité absolue. Je
ne veux qu'être un passeur littéraire et aussi, être le déclencheur de discussions et d'échanges.


 


J'admire le travail des écrivains et j'aime lire les critiques littéraires. Mais, moi, je suis, d'abord et avant tout, un passionné qui aime parler des livres qu'il a lus. Je n'ai pas encore lu
"le livre parfait" et n'ai pas encore rencontré le livre totalement nul !


 


Et en ce qui concerne ton intervention chez Sophie ... quel plaisir cette discussion a provoqué !! Un très bon moment dans la blogosphère !! Tu n,as rien à te reprocher et Sophie et toi, avez été
respectueuses, intelligentes et articulées.


Merci Attila de ta présence sur nos blogues ...


Et personnellement, je suis content de t'accueillir dans ma famille, chère cousine !



Lystig 10/02/2012 07:44

pas disponible ici...

Richard 10/02/2012 13:14



Dommage !!!


Mais ...



pichenette 09/02/2012 23:52

Pour une fois que tu présentes un roman que tu n'as pas apprécié plus que ça! C'est surprenant! Et d'autant plus que les quelques phrases que tu as relevées sont "croquignolettes"!

Richard 10/02/2012 04:14



Et oui, comme je le dis dans ma chronique, j'ai pu apprécier quelques bons moments ... quelques bonnes phrases ... mais sans plus.


Bonne journée, mon amie



Éliane 09/02/2012 20:57

Allô Richard

Eh bien moi, j'ai lu les deux autres et, malheureusement, je ne peux en dire beaucoup de bien. Il faut beaucoup d'indulgence pour accepter la prémisse que l'héroïne détecte des indices en touchant
ses pratiques. L'enquête par le massage, je n'ai pas réussi à embarquer, hélas. Quant à la police qui fait appel à une massothérapeute pour résoudre ses énigmes, merci du peu! Et pourtant, je porte
le même nom que l'auteur, j'avais donc l'approche lénifiante, mais bon...

Bien hâte de voir ce que tu penseras du dernier Kovelesky!

Richard 09/02/2012 23:08



Tiens tiens, c'est pas dans la famille !!!


La seule masseuse qui me fait réagir c'est Ingrid Diesel, la magnifique personnage de Dominique Sylvain ...


En primeur, j,ai terminé le roman de Maxime Houde ... et j'ai aimé !!! Pas un emballement incontrôlable mais un bon roman, une bonne histoire et un personnage que j'apprécie ...


Au plaisir, chère amie !!!



norbert spehner 09/02/2012 19:38

Ah mon cher Richard ! Tu es trop bon, trop indulgent... C'est vrai qu'on peut toujours, avec beaucoup de bonne volonté, trouver quelque qualité à n'import quel bouquin, aussi peu intéressant
soit-il . Mais globalement, ce bouquin insipide et sans intérêt n'aurait jamais dû être publié. Le premier de la série était un tel tissu d'inepties et d'invraisemblances qu'il aurait pu servir de
modèle pour un atelier d'écriture dans la rubrique "Tout ce que vous devez faire pour foirer une bonne intrigue", le deuxième m'est tombé des mains au bout de quelques pages, itou pour le troisième
et ça n'est pas faute d'avoir essayé. Je suis toujours plein de bonne volonté. Le duo de personnages n'est pas crédible et l'intrigue insignifiante. Oui, la dame sait écrire (hé, elle enseigne à
l'université !) et il y a quelques moments d'écriture réussis. En ce qui me concerne, ça s'arrête là. Mais bon, peut-être que je suis un vieux ronchon, jamais content...Et tant mieux pour toi si tu
y as trouvé quelque intérêt.Le plaisir avant tout, n'est-ce pas ?

Richard 09/02/2012 23:12



Salut mon ami,


Mon clavier doit être traité au sucre ... je croyais avoir été critique par rapport à ce roman !!! Et boen, le fond de ma pensée a du être édulcoré par ma gentillesse !!!


Je ferai amende honorable ...


Merci mon ami !!



Catherine 09/02/2012 19:01

Jamais entendu parler de cette romancière ; est-elle Québécoise ? Ce roman semble très bien.

Richard 09/02/2012 23:10



Oui elle est Québécoise !!!


Bonne lecture !!



Lystig 09/02/2012 17:41

si on le trouve ici, je suis preneuse...
mais pour une drôle de raison !!!!

Richard 09/02/2012 23:09



Tiens, tu éveilles ma curiosité !!!


Tu me le racontes ???


Bonne lecture !



Pyrausta 09/02/2012 17:07

au depart j'etais allechee par l'histoire.et puis pof!! tu as fait retomber le soufflé en disant que tu n'avais pas trop aimé et pourquoi..alors je crois que je vais ne pas tenter le coup.
XXXX

Richard 09/02/2012 23:04



En général, je ne peux pas dire que j'ai été conquis par ce roman ... Beaucoup d'attentes mais peu de résultats ...


Dommage !!