Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Richard

«Trop d’intelligence rendrait-il inhumain ?»Potens


Tous ceux qui suivent ce blogue depuis le début, savent que je suis un groupie d’auteurs, que j’ai énormément d’admiration pour ces personnes qui alimentent nos imaginaires en manque d’histoires. J’ai quelques amis auteurs que j’apprécie énormément, autant comme auteur que comme personne et généralement, ce sont des humains fort intéressants.


Après ma lecture de «Potens», je n’ai qu’un seul désir, mieux connaître Ingrid Desjours. Sachant qu’elle est psychologue et après avoir rencontré cette galerie de personnages qui hantent son dernier roman, je me questionne:

 

 

  • Comment a-t-elle fait pour mettre dans un même roman, une série de personnages aussi handicapés malgré leur grande intelligence ?
  • Aie-je manqué un épisode: je n’ai rencontré aucun personnage «dit normal» dans cet asile de supposés êtres supérieurs ?
  • Et enfin, à chaque fois qu’un auteur met en scène un personnage pratiquant le même métier que lui, on sent toujours une valorisation de ce métier et du personnage. Souvent, on reconnait l’auteur derrière le personnage. Je pose la question: est-ce que Garrance Hermosa ressemble à Ingrid Desjours ?


Vous comprendrez que ces trois questions sont un clin d’oeil complice à l’auteure pour lui dire que j’ai bien aimé son roman et surtout, la profondeur de ses personnages. «Potens» est un roman noir, très noir, qui ne laisse aucun repos au lecteur, aucun oasis où un personnage ordinaire, normal, pourrait nous consoler du pauvre genre humain, dépeint dans cette histoire.

Ingrid Desjours est une jeune auteure, psychologue spécialiste en sexo-criminologie; elle a un visage d’ange mais elle écrit comme une diablesse. (Voir son site personnel) Cette écrivaine est une terrifiante créatrice de personnages, elle leur peint un profil psychologique inquiétant et  leur forge un passé générateur de carences affectives et émotives. Depuis quelques temps, pour notre plus grand plaisir, elle a arrêté sa pratique pour se consacrer à l’écriture et aux conférences.

Revenons donc à ce livre ! L’histoire est relativement simple (c’est bien la seule chose simple dans le roman ...). Un meurtre crapuleux est commis, on découvre le corps d’une femme  qui a été ébouillantée et tuée de nombreux coups de couteau. Sauvagement ! Avec rage ! Patrick Vivier est le commandant chargé de l’enquête et il sera assisté par Garrance Hermosa, psycho-criminologue. Ces deux-là ont eu une relation assez particulière et les effets sont encore très marquants:  des relations tendues ... et tordues.


La victime, Charlotte Delaumait est une personne absolument antipathique. Le lecteur découvre, au fil de sa lecture, une femme rongée par l’ambition, qui prête son corps pour se construire des influences et qui se sert des travers de tous, pour les faire chanter. Sorte de veuve noire du chantage, chacun de ses partenaires sexuels ne s’en sort jamais sans égratignures, sans être écorché et dépouillé de toute dignité. Une victime idéale qui a créé une brochette de suspects. Et tout ce petit monde se retrouve dans une organisation pour personnes super-intelligentes: Potens.

Les personnages secondaires sont intéressants, complexes, chacun possédant des caractéristiques et une histoire qui en font des suspects idéaux. L’auteure sculpte au scalpel, des cerveaux dérangés, des pensées morbides et des comportements pathologiques.  L’analyse de chacun de ces personnages est franchement très intéressante «Ils se présentent comme des «têtes» quand ils ne sont que des «crânes vides». Cependant, quelquefois, lors de certains passages, la richesse et le nombre de détails peuvent facilement  rendre certains lecteurs (dont moi ...) un peu confus.

L’histoire est construite autour de trois axes.


Premièrement, menée par ce couple explosif l’enquête s’étire à certains moments en longueurs ; mais heureusement, l’intrigue prend de l’ampleur et du tonus, dans les derniers chapitres. Les premiers jalons du travail d’investigation m’ont semblé un peu lent mais le rythme s’accélère,  les suspects se succèdent à la barre, très rapidement et le lecteur peut enfin courir après la résolution de cet énigme criminelle.

Puis, dans quelques chapitres, l’auteure nous invite dans la tête du meurtrier pour un petit voyage au pays de sa folie meurtrière. Cette petite visite dans le psyché du coupable permet à l’auteure de parsemer des indices nous permettant de faire certains liens entre ces chapitres «en italique» et l’enquête qui se mène parallèlement.

Et enfin, le plus intéressant pour moi, l’histoire de Garrance Hermosa, «héroïne» principale du roman, personnage passionnant par son histoire, riche et complexe par ses comportements déviants, attachante par ses faiblesses, captivante par son enfance et fascinante par ses choix pas toujours avisés. Suivre l’évolution de cette personne, intrigante dans les deux sens du mot (québécois et français), est tout à fait passionnant; et j’ai vraiment hâte de lire sa 3e aventure. La sortie du premier livre (Écho) en poche fera probablement partie de mes futurs achats.

Juste un mot sur le style d’Ingrid Desjours. Je devrais plutôt dire les styles ...  J’ai été charmé par certaines phrases, drôlement bien tournées, parsemées, ici et là, au fil de son écriture. Par exemples:


«Elle est un sculpteur apraxique qui ne sait exprimer que sur sa propre chair les tourments qui ravagent son coeur.»


«Elle était à bout de forces, à bout de souffle, en bout de course.»


« ... Charlotte était un enfant de remplacement, un enfant-pansement conçue pour conjurer la mort de son ainé ...»

Et ensuite, j’ai été secoué, par des phrases coup de poing, des phrases choc:


« - Et que me donnes-tu en échange ?
- Mon cul. Sans limite. Et un enfant ...»


«Il lui donna exactement ce qu’elle était venue chercher. Du simple, de l’acte mécanique, efficace. Pas de tendresse, de mots doux ou de baisers. Juste un échange de sueurs à la hâte, la douce brûlure d’une pénétration rapide, le plaisir du fast food qui vous rassasie et vous laisse un délicieux arrière-goût de honte, le sentiment d’être une moins-que-rien indigne de toute forme de tendresse, juste bonne à s’offrir au premier venu et à pousser des râles de jouissance sous une porte cochère.»

J’adore ce mélange de langages, de la poésie et du langage de rue ; quand un auteur trempe successivement sa plume dans les nuages de la poésie et dans les feux brûlants de l’enfer. Comme je reconnais les aptitudes de l’écrivaine pour une écriture et un style recherchés, soignés et esthétiques, j’aurais aimé qu’elle exprime plus ce talent, qu’elle nous abreuve de phrases nous démontrant son talent.

Oui, en général, j’ai bien apprécié ce roman malgré quelques longueurs et certaines confusions probablement dues à l’ampleur de l’information donnée. Malgré deux passages assez sanglants (la description du meurtre et l’autopsie) et une langue assez crue par moments,  je recommande quand même à tous ce livre, même aux «âmes sensibles». La véritable noirceur de ce roman réside dans l’analyse psychologique des acteurs de ce drame. Et cela, Ingrid Desjours l’a réussi haut la main.

 

Un gros merci à Sophie (cliquez ici pour voir son blogue) qui m'a offert ce livre, directement de l'autre côté de l'Atlantique !


Bonnes lectures !

 

Potens
Ingrid Desjours
Nuit Blanche
2009
374 pages



 

 


 

Commenter cet article

Opaline 21/09/2010 16:49


Je deviens définitivement une fan de ton blogue! Tu as toi-même, Richard, une fort jolie plume et tu possèdes l'art de bien parler des romans et de nous donner le goût de presque tous les lire!


Richard 21/09/2010 23:04



Je suis très très content. Ce que tu m'écris est très gentil !


J'essaie, avec plaisir, de rendre mes communications agréables à lire. Parce que, il y a des personnes, comme toi, qui les apprécient et m'écrivent des commentaires qui me motivent à continuer et
à m'améliorer.


Merci Opaline, merci pour ces commentaires qui me touchent vraiment.


Au plaisir de parler littérature avec toi.


Amitiés



Catherine 26/07/2010 14:47


Richard, est-ce que les êtres 'normaux' existent ???


Richard 26/07/2010 14:53



Cette question, chère Catherine, est fort intéressante ! Il faudrait mille checheurs de mille disciplines différentes dans mille pays pour pouvoir arriver à la conclusion que la normalité de l'un
est anormale pour la normalité de l'autre ... et le contraire leur semblerait aussi vrai !!!


 



La ruelle bleue 26/07/2010 14:32


Bonjour Richard,
une auteure que je ne connaissais pas ! Ton billet est un bel éclairage de son travail, bravo ! Je vois aussi à son commentaire que c'est quelqu'un de modeste et de très ouvert, semble-t-il... Une
découverte de plus grâce à toi !


Richard 26/07/2010 14:36



J'ai beaucoup aimé ce roman et la réaction de l'auteure fait en sorte qu'elle m'est tout à fait sympathique !


Une bonne découverte littéraire et surtout, une belle découverte humaine !


Bonne journée, mon amie !



Morrison 26/07/2010 14:18


Un magnifique avis, Richard, sur un livre que je vais bientôt lire car j'ai déjà eu l'occasion de parcourir "Echo" que j'avais bien aimé, et j'aimerais en savoir davantage sur Garance Hermosa qui
m'a malheureusement paru un peu fâde dans "Echo"... Mais le style d' Ingrid Desjours est effectivement très plaisant et ses connaissances en psychologie sont les bienvenues!
Amicalement, Morrison.


Richard 26/07/2010 14:33



Merci beaucoup, Morrison.


Tu vas voir, Garrance n'est pas du tout fade dans "Potens" ...  Je n'ai pas lu "Écho" mais, juste un livre m'a permis d'apprécier grandement la complexité de ce personnage.


Au plaisir de suivre son évolution dans le 3e roman, peut-être ...


Bonne lecture !



*.:。✿*Fleur de soleil*✿。:.* 26/07/2010 11:32


Nan ! tu ne me feras pas parler !
Je te laisse mijoter un peu... hihi


Richard 26/07/2010 12:56



Tortionnaire !



Wal 26/07/2010 10:32


ce livre est excellent ! Belle critique !


Richard 26/07/2010 12:56



Merci beaucoup pour votre visite et votre commentaire !


Au plaisir de vous lire régulièrement.



Ingrid DESJOURS 25/07/2010 22:55


Merci Richard pour votre chronique si bien détaillée et étayée :)

L'appréciation que vous faites de mon style me fait extrêmement plaisir, même si j'estime avoir au final peu de mérite, puisque les choses sortent telles quelles...

Ai-je des points communs avec mon héroïne ? Comme je l'ai dit dans une précédente interview, Garance, c'est à la fois moi, mon anti-moi, mon moi fantasmé et mon moi haï... dans quelles proportions
? Mystère... à découvrir peut-être entre les lignes !?

Cher Mic, je suis ravie que vous continuiez à me suivre avec le même enthousiasme ! C'est vraiment important et touchant, je trouve :)
Concernant la 'critique' dont vous parlez... je l'ai lue et ai souri gentiment : ça sent le règlement de comptes à plein nez (avec un angle d'attaque plutôt discutable, d'ailleurs), et je ne serais
pas surprise d'en connaître l'auteur :) c'est sans rancune, bien que je ne sois pas sûre que relayer ses propos ne revienne à lui accorder trop de crédit ! Pour ma part, et pour citer nos amis
anglophones : 'haters gonna hate". Je préfère me concentrer sur ce que la vie a de beau, et tenter de progresser à chaque nouveau roman en tenant compte des critiques constructives, pour votre
plaisir, j'espère, et pour le mien, c'est sûr !

Merci à tous, vraiment d'être là, de me lire et de prendre le temps d'en parler. C'est grâce à vous que nos livres et nos personnages restent vivants :)

Amicalement
Ingrid Desjours


Richard 25/07/2010 23:07



Bonjour Ingrid, vous lire a été un plaisir et j'attends avec impatience le moment de lire "Écho". Ne soyez pas trop modeste, vous écivez bien; votre travail et votre talent méritent d'être
souilignés.


J'espère que vous viendrez un jour, au Québec ... Étant un "groupie d'auteurs", je vous ferais dédicacer votre roman.


Au plaisir de vous lire.


Richard



Floria 25/07/2010 22:54


je vais finir par ne plus venir te te lire!tu ferais un redoutable vendeur!!!j'ai compris....je note..mais je commencerai par... le 1er (mais non je ne veux pas t'embêter...quoi que...sourires) car
la psychologie d'un personnage récurent évolue alors je voudrais en connaitre la genèse.
bonne soirée Richard


Richard 25/07/2010 23:09



Chère Floria ... merci de ce compliment si joliment tourné !


Tu me reparles de cette découverte !


Bonne semaine !



David Mourey 25/07/2010 21:40


Tu vois, je l'avais dit également que ce livre était trés bien. Un avis qui semble bien partagé. Suite au prochain échange ...


Richard 25/07/2010 21:51



Merci pour la suggestion.


On attend le prochain avec impatience ...



Mic 25/07/2010 16:32


Bonjour Richard,

Lorsque j'ai lu "Echo" j'ai été frappé par la psychologie sombre des personnages, cela donne une couleur très particulière au roman. Indéniablement, cette fille a du talent, et "Echo" est une
histoire fascinante et très bien maîtrisée. Je reconnais que ce côté "élève surdouée" en a irrité quelques uns, en jugeant (injustement), son roman "de psychologie à deux balles", je pense que ces
personnes sont passés à côté de ce qui fait "l'essence" de l'histoire. Bizarrement, son second roman a été moins bien accueilli que le précédent (je tiens à préciser Richard, que je j'ai pas encore
lu encore "Potens"). En tout cas, ton billet, me donne très envie de m'y plonger, quant à Garance Hermosa, lors d'une émission de télévision en France, elle a reconnu qu'elle s'était inspirée de sa
propre personnalité pour développer ce personnage, qui m'a beaucoup frappé. Voilà je te quitte Richard, à bientôt, amitiés, MIC.


Richard 25/07/2010 16:48



Merci Mic pour ce commentaire très instructif.


Oui, Ingrid Desjours possède tout un talent d'écrivain ... et j'adore son personnage. Quel plaisir ce sera de suivre la carrière de cette auteure ! Je me ferai un plaisir d'en parler ici, de
l'autre coté de l'Atlantique !


Bon week-end mon ami Mic !



*.:。✿*Fleur de soleil*✿。:.* 25/07/2010 11:13


Bonjour Richard
Je suis tentée... les personnages ont l'air très interessants, même si le livre est noir, très noir. Je vais sans doute me laisser tenter.
J'ai commencé un roman qui me semble très prometteur... mais chut, je n'en parlerai que lorsque je l'aurai fini, enfin si la suite se révèle aussi bien que le commencement.
Amitiés


Richard 25/07/2010 12:17



Tu me mets l'eau à la bouche !


Allez, dis-le moi ...



Sophie 25/07/2010 09:48


Superbe billet Richard, tu sais trouver les mots !
Si je ne l'avais pas déjà lu je sauterais dessus tellement tu en parles bien.
et contrairement à Isa je suis persuadée que Garance a beaucoup d'Ingrid ou vice versa...
Bonne journée !


Richard 25/07/2010 12:15



Merci beaucoup Sophie, pour ton commentaire enthousiaste. Je rougis de plaisir !


Quant à Garrance et à Ingrid, j'attends avec impatience les commentaires de l'auteure ! Je ne sais pas si elle va me répondre mais je crois que oui. Elle me semble très sympathique !


Bon dimanche !



Isa 24/07/2010 19:08


Ingrid, si tu nous lis... nous aimerions avoir ton avis !


Richard 24/07/2010 19:22



Oui, et avec un grand plaisir !



Isa 24/07/2010 19:02


Je ne pense pas que Garance ressemble à Ingrid Desjours... je ne crois pas... Bises !


Richard 24/07/2010 19:05



J'en suis convaincu !