Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Richard

Paris la nuitQuelques heures de lecture, un ou deux sourires, des petits moments d’émerveillement et la déception que ça soit déjà terminé ! Voici en quelques mots, tout ce que je pense de ce petit, trop petit roman de Jérémie Guez.

«Paris la nuit» est son premier roman et ce jeune auteur (au début de la vingtaine) est certainement promis à une brillante carrière d’auteur de polars. J’adore faire ce genre de découverte ( Voir la chronique sur Guillaume Lapierre-Desnoyers ) et j’espère toujours que le souffle de ces premiers romans soient le présage d’une belle et longue carrière, parsemée d’excellents livres.

Bon, je n’y reviendrai pas mais j’ai trouvé ce récit un peu court. Le sujet était passionnant, il y avait sûrement matière à développements, surtout en ce qui concerne la fin qui m’est apparue un peu bâclée.

Ce récit d’analyse d’un jeune Parisien qui, en pleine connaissance de cause, trouve toujours le moyen de prendre les mauvaises décisions, de choisir le chemin tortueux et dangereux de la criminalité et de se lancer dans des crimes à tendance suicidaire, nous trace un portrait tragique de cette jeunesse sans espoir.

Pourquoi prendre un chemin qui nous demanderait des efforts, quand «... je suis assez malin pour me lever à l’heure que je veux chaque matin.»

La trame romanesque est menée de façon à nous accrocher par l’histoire, les émotions, la vie et la pensée des personnages. L’auteur ne nous laisse aucun répit: ça démarre en trombe, ça roule à 200 à l’heure, pas de pause, de l’émotion à chaque page !

Le lecteur, tout comme les personnages du roman, passe par une multitude d’émotions,  superbement décrites par l’auteur. On sent, à travers ses descriptions, une sensibilité extraordinaire et une capacité fascinante à traduire la pensée dans des phrases pleines d’émotivité. Jérémie Guez a le don de mettre son lecteur au coeur même de la pensée de ses personnages et de nous rendre participant à cette déchéance annoncée. On glisse avec Abraham, dans une course folle vers l’abîme irrémédiable de sa perte. «Je me suis forgé ma propre succube, elle vient chaque nuit me dévorer l’âme et je reste là, à la regarder faire.»

De plus, l’auteur nous décline à sa façon dans une multitude de couleurs, les multiples nuances d’un récit noir. La pauvreté nous entoure, nous enveloppe ! La recherche du bonheur grâce à l’argent facile de la criminalité devient un objectif angoissant qui amène inexorablement ces jeunes vers leur perte. Même si nous cherchons, quelque part dans ces cités grises de la banlieue, jamais on n’y trouve des éléments de solutions, des bouées de sauvetage honnêtes ou des anges protecteurs. Il n’y a que la fin, cette fin probablement violente qui attend ces jeunes. L’espoir ? Connais pas !!

Finalement, j’ai poussé quelques soupirs de plaisir à la lecture de certaines phrases qui décrivaient cette souffrance, qui rendaient palpable cet état de mal-être permanent dont le seul remède était l’illusion ponctuelle des drogues chimiques.

«Un dragon flotte dans l’air, au dessus de nos têtes. La chaleur envahit mes entrailles, devient irradiante. J’ai le poids de mon corps en moins, le poids de mon monde, toute cette merde qui me dévore chaque matin, qui me serre de ses doigts flasques sans que je n’ose bouger. De la lave en fusion coule dans mon ventre, relie tous mes organes entre eux, unifie mon corps et berce ma conscience.»

«J’ai entrepris de me détruire, je sais que tout a bousculé, que je ne ferai pas machine arrière. Je suis une personne, parmi des millions, qui se laisse dévorer par les flammes de son propre enfer.»

Et une dernière, une des plus belles phrases de ce très beau roman: « Je m’invite un bourreau qui me tourmente pour ne pas penser à cet échafaud que j’ai construit de mes propres mains.»


Je profite donc de cette occasion pour vous exhorter à donner la chance à de nouveaux auteurs de faire leur preuve. On sait tous qu’il est facile d’acheter un Fred Vargas ou un Dennis Lehane !! Mais, prendre quelques dollars ou euros pour se procurer un premier roman, ça demande un certain courage ... qui est parfois récompensé. Allez, faisons un petit effort et misons sur la nouveauté et la diversité culturelle et littéraire.

Pour notre plus grand plaisir.

Et pourquoi pas, dans vos commentaires, parlez-nous donc d’un premier roman que vous avez aimé ...


Bonne lecture !

Paris la nuit
Jérémie Guez
La Tengo Éditions
2011
108 pages

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lystig 18/07/2011 19:10


déjà noté !
(va voir dans mes "coups de coeur", il y qq polars dont des premiers romans !)


Richard 18/07/2011 19:19



J'y cours, chère cousine !!!



David 12/07/2011 07:46


Hello Richard. Voici une nouvelle découverte. Je vais noter ce livre de suite. Si tu as aimé, il devrait me plaire ausi. Merci


Richard 12/07/2011 14:12



Salut David,


Oui, je suis pas mal certain que tu vas apprécier !!!


Bonne lecture !


 



Mimi des Plaisirs 11/07/2011 19:36


Ce n'est pas de la flatterie, je le pense sincèrement!


Richard 11/07/2011 19:46



Et bien, je rougis deux fois plus ...


Merci !!!



Marie 11/07/2011 15:41


Même si ce petit roman n'est pas complètement abouti, cette lecture me tente bien !


Richard 11/07/2011 19:41



Alors, lance-toi !! Tu devrais apprécier !


 



Mimi des Plaisirs 11/07/2011 15:06


Je trouve que pour cet auteur, c'est une chance d'avoir été lu par un spécialiste du polar, toi, en l'occurrence. Tu lui as peut-être indiqué des pistes à suivre pour s'améliorer et à coup sûr, tu
l'as encouragé par cet article.


Richard 11/07/2011 19:29



Merci beaucoup Mimi,


Tu me fais trop d'honneur !!!


Bonne journée !



Gwenaelle 09/07/2011 11:30


Bravo Richard, un billet engagé! Malheureusement, pas de premier roman récent à conseiller... A la rentrée peut-être? A bientôt.


Richard 09/07/2011 12:59



Merci beaucoup Gwenaelle,


Bonnes vacances !



sophie 09/07/2011 11:12


Bonjour Richard, effectivement un premier roman singulier, dense et fort, que j'ai beaucoup aimé...tu évoques une fin "un peu bâclée", mais comme il fait partie d'une trilogie, j'ai cru comprendre
que le deuxième opus serait une suite, ou alors sera-t-il question de toute autre chose? et dans ce cas en effet la fin nous laisserait sur notre ...faim!
un premier roman qui m'a plu dernièrement:allez, une jeune fille, cette fois(même âge que Jérémie Guez), qui montre une belle plume et un joli sens de l'humour:Antonia Kerr, "Des fleurs pour Zoé".
Bonne journée!


Richard 09/07/2011 12:59



Bonjour Sophie,


D'après ce que j'ai lu sur la chose, il n'y aurait pas nécessairement de liens entre les romans, ça ne serait pas une suite ... C'est à voir !


Merci pour ta suggestion !


Bonne journée !


Amitiés



gridou 09/07/2011 10:50


Je ne suis pas surprise que tu aies aimé :)


Richard 09/07/2011 12:56



Moi non plus !


Amitiés



pichenette 08/07/2011 20:30


Les extraits choisis sont tellement désespérés! C'en est angoissant.
Un premier roman formidable: Le chagrin de Judith Perrignon. Une jeune femme commet un braquage, part en prison, accouche en prison. Sa fille devenue adulte cherche à comprendre l'histoire de sa
mère, au travers des témoignages de ceux qui l'ont connue. C'est extrêmement bien construit et la plume de Judith Perrignon, ancienne journaliste à Libération, est formidable.


Richard 09/07/2011 02:26



Bonjour Pichenette,


Merci pour ta siggestion !


Amitiés



Sophie 08/07/2011 20:12


Un 1er roman qui m'a marquée : J'attraperai ta mort d'Hervé Commère, une excellente surprise. Depuis le monsieur a récidivé avec Les ronds dans l'eau tout simplement excellent.


Richard 09/07/2011 02:25



Bonjour Sophie,


Merci pour ta siggestion ! C'est noté !


Amitiés



Bruno 08/07/2011 19:59


j'ai eu la chance de lire ce roman début janvier, et ça a été un très gros coup de coeur, au point que je suis allé toquer auprès de quelques copains blogueurs pour leur dire de lire absolument ce
roman ! Encore aujourd'hui (sera t'il détrôné avant la fin de l'année?) c'est ma plus grosse émotion de lecteur pour 2011.Je ne reviendrai pas sur tout ce que tu as écrit et que je partage tout à
fait, juste rajouter que Jérémie GUEZ est aussi un magnifique poète de la désespérance


Richard 09/07/2011 02:24



Bonjour Bruno,


Tout à fait d,accord avec toi !


Amitiés



Éliane 08/07/2011 19:50


Bonjour Richard!

En ce qui me concerne, c'est ce charmant Guillaume Lapierre-Desnoyers qui m'a fait craquer, toute occupée que je suis à lire les candidats au Prix Saint-Pacôme. Son rythme, sa fraîcheur, son style
très américain... non, très Québec, assumons-nous (!) m'ont laissé un goût d'y revenir n'importe quand.

Et tu as raison, c'est tellement bon de découvrir une nouvelle plume (faut-il dire aujourd'hui un nouveau clavier???) qui promet une longue et belle vie à nos soirées de lecture!

Je viens de finir le Contre Dieu de notre ami Sénécal. Bien hâte de savoir ce que tu en as pensé...


Richard 09/07/2011 02:24



Bonjour Éliane,


lLe dermier Senécal est au programme de mes lectures estivalles !! Prends pas d'peine ... je vais t'en parler.


Bonne fin de semaine


Amitiés



Sophie 08/07/2011 18:58


Quel beau billet une fois de plus Richard ! J'ai lu de très bonnes critiques au sujet de ce livre et vu une interview de ce jeune auteur fort prometteur. Je lirai ce livre c'est certain. Tu as bien
raison il faut encourager les jeunes auteurs et plébisciter les premiers romans.


Richard 08/07/2011 19:18



Merci Sophie,


Au plaisir !!


Et pas de premier roman à nous suggérer ?


Amitiés



Anne(De poche en poche) 08/07/2011 18:53


Je viens de lire "Au coeur du mal" de Chelsea Cain qui n'est pas tout récent (Février 2008)mais qui était le premier livre, thriller exactement, de cette auteure. Il m'a tellement plu que que je
viens de me faire offrir par mon mari les deux opus suivants.


Richard 08/07/2011 19:17



Et bien, je le note !!!


Merci, Anne !


Amitiés



Oncle Paul 08/07/2011 18:32


Bonjour Richard
Nous sommes d'éternels insatisfaits : quand le roman est trop court, on se plaint ! Quand il est trop long on se plaint aussi. Mais se plaindre qu'un roman soit trop court, il me semble que c'est
un hommage adressé à l'auteur.
Amitiés


Richard 08/07/2011 19:16



Oui, tu as raison !!


Mais, j,aurais bien lu quelques chapitres de plus !!!


Amitiés



Pierre FAVEROLLE 08/07/2011 18:07


Salut Richard, d'accord avec toi, l'ensemble se tient super bien et est impressionnant et quand on sait que c'est un premier roman et que l'auteur a seulement 23 ans, alors là chapeau ! Il fera
partie de mon TOP10 de l'année, c'est sur ! Je l'ai même mis dans ma présélection 813. Amitiés


Richard 08/07/2011 19:15



Merci Pierre,


En effet, pour un jeune de 23 ans, c'est tout un roman !!