Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Richard

Malgré le ton parfois un peu pompeux des 4e de couverture des Éditions Sonatine, j’ai rarement été déçu par leurs livres; chaque nouvelle parution nous apportant souvent, soit un auteur inconnu, soit un bouquin passionnant. Intrigué par l’auteure qui m’était complètement inconnue et la jaquette magnifique d’un paysage bucolique d’un sépia inspirant, je me suis procuré « Les Lieux sombres » de Gillian Flynn et j’ai commencé la lecture … Attention, dès la première page … une comptine … qui au début nous laisse perplexe, mais n’oubliez pas d’y revenir, à la fin de votre lecture.

« Les Day étaient un clan qu’aurait pu vivre longtempsLes lieux sombres
Mais la cervelle de Ben s’est détraquée salement

Mais survivre au massacre c’est pas très rigolo. »

Voilà, le ton est donné, l’histoire est lancée. Vers 2 heures du matin, le 3 janvier 1985, un massacre horrible est perpétré dans une ferme près de Kansas City. La mère et deux de ses filles sont assassinées avec une violence telle, qu’on l’appelle «le massacre des Prairies». Coups de couteau, de hache et de fusil, le sang est partout colorant une vision d’horreur. Le frère ainé, adolescent trouble, soupçonné de pédophilie, est condamné suite au témoignage de sa petite sœur de 7ans qui a tout vu.

24 ans plus tard, Libby Day (la petite soeur) manque d’argent; elle vit, depuis les meurtres, à l’aide de dons des personnes qui l’ont pris en pitié. Centrée sur elle-même, désagréable, asociale, dépressive, colérique et dépravée, elle vit seule dans un appartement défraichi, sale, non entretenu, décoré chichement par toutes sortes d’objets volés. Pour combler ce manque d’argent, elle accepte d’aider Lyle Wirth, un membre d’une association particulière (Kill Club) qui croît à l’innocence de son frère et qui veut faire ressortir toute la vérité. On lui donne donc de l’argent pour qu’elle fasse parler les personnes, encore vivantes, qui ont vécu le drame, de près ou de loin.

Commence alors une chasse à la vérité qui nous transportera graduellement, lentement, indice par indice, vers le scénario de ce film d’horreur, réalisé il y a 24 ans.

Tout au long de la quête, Libby rencontrera une galerie de personnages qui alimenteront cette recherche de la vérité :

 

  • Les femmes de « Day-livrez Ben », amoureuses de Ben et convaincues de son innocence;
  • La mère, Patty, prête à tout pour sauver sa ferme et ses enfants, une bonne mère, un peu maladroite;
  • Le père, Runner, un véritable sac de défauts, profiteur machiavélique, voleur, il vit dans une décharge de produits toxiques;
  • Diane, la tante protectrice;
  • Krissi, la jeune fille qui, à dix ans, s’est dit victime d’abus sexuel de la part de Ben;
  • Diondra, la fille délurée, amie de Ben et enceinte de lui;
  • Trey, le supposé ami de Ben, adepte de satanisme et de cérémonie sanglante d’offrande au Diable;
  • Et le TCM, le trou de cul du monde, petit mot « affectueux » pour définir leur ville natale.


La construction du roman sert grandement le développement de l’histoire; on alterne avec le déroulement, minute par minute, de la journée précédant les meurtres et les rencontres de Libby (les chapitres s’intitulent « Libby Day, aujourd’hui » …!!!), à la découverte d’une autre vérité.  Dès les premières pages, le lecteur se sent tout proche de la résolution de l’intrigue … Nous sommes à 24 heures des meurtres et déjà, le souffle nous manque; nous sommes pris dans ce tourbillon, lent mais tellement déconcertant.

Le lecteur découvre, grâce aux recherches de Libby et de Lyle, les faits, un à un, suite aux rencontres des acteurs du drame. Puis, dans les chapitres couvrant la journée précédant les meurtres, l’auteure replace habilement ces témoignages dans la reconstitution des faits qui ont amené cette flambée de violence.

Le style de Gillian Flynn, direct et cru, augmente et exacerbe la densité de l’intrigue. La lecture en demeure simple pour nous faire accepter la complexité des personnages et la lourdeur du climat social.  

De plus, le choix de l’auteur d’utiliser deux modes de narration, vient ajouter à l’effervescence et la qualité du récit. Dans les chapitres qui relatent les événements de la journée (chapitres intitulés Ben Day), le narrateur invisible, en toute objectivité, rapportent le drame, image par image, sans poser de jugement. Dans les chapitres où Libby enquête, elle est la narratrice, en toute subjectivité mais avec en prime, toutes les émotions et les réflexions que lui font vivre ces souvenirs. Cette alternance donne au roman une dynamique et un rythme qui transportent le lecteur à une vitesse haletante. Pour notre plus grand plaisir.

Gillian Flynn nous plonge dans une atmosphère envoutante et écrasante de pauvreté et de misère. Ses personnages sont présentés par leur coté le plus sombre, sans ménagement, sans excuse. La plupart sont retors, profiteurs, paresseux, menteurs. Malgré tout, on s’y attache, on devine leurs bons cotés, on infère leur grandeur dans la petitesse de leur humanité. Et malgré tout, on finit par les apprécier, les aimer, presque !!! Jusqu’au moment où encore une fois, ils nous déçoivent … !!!

Tout au long de notre lecture, Gillian Flynn nous catapulte dans ces lieux sombres … géographiquement et moralement. L’auteure nous invite à voyager dans ce Midwest américain des années 80, pauvre, dénué d’espoir, (« … je partais du principe que le pire pouvait toujours se produire, puisque le pire s’était déjà produit. ») dans des fermes délabrées ou dans des parcs de roulottes, habités par des humains qui courent après le moindre dollar pour mieux oublier leur condition, dans la drogue et l’alcool.

Finalement, il est important de dire que le dénouement est à la hauteur des attentes que crée la lecture de ce livre : inattendu, surprenant mais surtout parfaitement plausible. La lecture achevée, on se remet à naviguer au travers l’intrigue et on se dit :


« J’aurais dû y penser … »

Voici donc un excellent roman qui ne vous décevra pas … en attendant avec impatience la prochaine production de Gillian Flynn.

Quelques phrases marquantes :

« Nous, les parasites, nous préférons toujours la nourriture en petits paquets, parce que les gens font moins d’histoires pour les céder. »

« … il avait toujours la même expression, celle d’un gamin qui vivait en permanence dans une bibliothèque et s’attendrait à ce qu’on fasse chut à tout moment. »

« Et donc on finit par dire le mensonge qu’ils prennent pour la vérité.»

« C’était ça, leur famille : un foyer qui avait dépassé la date d’expiration. »

Les Lieux sombres                                                     
Gillian Flynn
Éditions Sonatine
2010
479 pages


Commenter cet article

BOULAY Carine 14/04/2012 13:28

Deuxième roman noir pour moi ... Départ plutôt lent, du mal à me représenter les personnages qui restent pour moi des étrangers malgré 510 pages en leur compagnie ... toutefois l'intrigue monte
petit à petit et j'ai hâte de connaître le dénouement ... alors je persévère et je rentre vraiment dans le livre vers les 150 dernières pages ... un peu tard à mon goût ... Par contre j'aborde
maintenant, grâce à cette deuxième lecture les romans noirs de manière différente et je commence à les apprécier ... Mon prochain roman noir sera celui de Paul Colize : Back Up ...

Richard 14/04/2012 16:33



Moi, j'ai trippé sur ce roman ... surtout à cause de l'histoire et de la personnage principale qui m'a complètement envoûté !!


Une force et une faiblesse, des questionnements, des remises en question, des points d'ombre et parfois de grandes noirceurs.


Je recherche son premier roman, introuvable ici en livre de poche !!


Amitiés



Marine 09/01/2012 14:32

Il est également dans ma pile et j'ai hâte de pouvoir le lire. Je n'en ai vu que des critiques positives.

Richard 09/01/2012 15:34



Un excellent roman !!! J'attends son prochain avec impatience !!


Merci pour tes visites !!


Bises québécoises



Lise 20/07/2011 18:53


Richard,

comme pour Millénium je suis en retard sur tout le monde, ayant attendu qu'il sorte en livre de poche, et je dois dire que j'aime l'écriture, suis à mi-chemin, et j'ai de la misère. J'ai beau me
dire que c'est de la fiction je ressens la détresse de Libby, Patty et surtout celle de Ben, cet adolescent mal dans sa peau, mal aimé, incompris, et innocent je n'en doute pas.

Ce n'est pas une lecture facile, surtout après avoir lu "Le goût des pépins de pomme"; le contraste est saisissant.

Ceci dit j'aime l'ironie de Libby, qui est un coeur tendre quoi qu'on en pense...


Richard 20/07/2011 19:33



Tu as très bien saisi toute l'humanité de ce roman que j'ai beaucoup aimé ! Voilà la grande force de cette auteure, nous faire vivre, intérieurement, les souffrances de ses personnages.


Et dis toi bien que tu n'es pas en retard; tu lis les romans avec un certain recul !!!


Amitiés !



La ruelle bleue 03/06/2010 14:11


Coup de coeur commun donc ! Cela me fait d'autant plus plaisir que beaucoup de personnes autour de moi n'ont pas accroché (des coeurs sensibles refoulés ? ;). Pour ma part, j'ai été terriblement
émue par les personnages dont le traitement psychologique est remarquable. Et cette mélancolie latente, cette noirceur si bouleversante... Je ne l'ai pas lâché !


Richard 03/06/2010 15:33



Même chose pour moi !!! Et j'attends son prochain livre avec impatience. Cette écrivaine a un talent certain et elle ose sortir de certains sentiers battus.


Alors, on s'en reparle ... et je visiterai ton blogue régulièrement !!!


Amitiés



l'or des chambres 01/05/2010 13:14


Un très beau billet très complet ! J'hésite beaucoup pour ce livre. J'avais lu "sur ma peau" c'est vrai que c'était un livre ensorcelant mais au final il m'a laissé un goût amer, je l'ai trouvé
assez glauque, et il n'y avait VRAIMENT aucune lueur d'espoir... J'ai peur de retrouver cela dans celui là... Tu confirmes ?
Bon week end Richard et à bientôt


Richard 01/05/2010 13:35



Bonjour !!! Je n'ai pas lu "Sur ma peau", je ne peux donc pas faire la comparaison ... Sauf que je pense que "Les lieux sombres" est un très bon roman noir mais qui laisse quand même quelques
lueurs d'espoir et d'humanité. les personnages sont pauvres, souvent limités, avec des destins parfois sans issue mais on découvre, en chacun, cette petite lueur qui nous fait espérer le meilleur
!!!! On ne peut s'empêcher de les aimer !!!


Alors, oui,  je te le conseille.


Tu m'en reparles !!!


Bon week-end et au plaisir de te lire !!!


 



mimi des plaisirs 22/04/2010 15:36


Bonjour Richard,
J'ai lu avec beaucoup d'intérêt cette analyse brillante et claire de ce roman, mais décidément, il est trop noir pour moi! Trop sensible, j'ai peur de m'y perdre...Je me contente de tes critiques
qui finiront peut-être par me convertir au genre.Bonne fête du livre!
Mimi.


Richard 23/04/2010 01:38



Merci Mimi.


Si un jour tu veux t'intéresser aux romans noirs, je pourrais te suggérer de bons romans, pas trop noirs, une bonne initiation au genre !!! Et peut-être que tu deviendras une inconditionnelle
!!!!


Bonne journée du livre.



Mic 16/04/2010 13:39


Bonjour Richard,

J'avais précédemment râté son premier roman "Sur ma peau), chez France Loisirs, très bien accueilli en France. Mais celui-ci, je ne vais pas passer à côté, d'autant plus qu'il est édité par
SONATINE, une maison d'édition très remarquée, en ce moment. Ton billet très bien écrit me donne vraiment envie de le lire, j'avais lu précédemment celui de Sophie (très sympa!) aussi enthousiaste
que toi! Alors, il va maintenant falloir trouver un petit coin,pour caser cet excellent polar! j'espère Richard qu'il est facile à lire car il me semble un peu épais. Mais qu'importe, quand on aime
lire, n'est-ce-pas! Merci pour ce titre, porte-toi bien et à bientôt Richard. Amitiés, MIC.


Richard 16/04/2010 13:46



Bonjour Mic,


Oui, je crois qu'il est relativement facile à lire ... mais c'est un roman noir ...


Le style d'écriture de madame Flynn permet quand même de s'adapter assez facilement aux changements de narrateur ... Et ça devient très rapidement ... un ajout au plaisir de lire. Excellente
intrigue, construction romanesque audacieuse et style fluide ... trois ingrédients pour un livre très réussi!!!


Bonne lecture Mic


Amitiés


Richard



Les bonheurs de Sophie 15/04/2010 16:29


Excellente critique Richard !
Les extraits que vous avez choisis illustrent parfaitement le style impeccable de Gillian Flynn.
Au plaisir de vous lire...


Richard 15/04/2010 17:33



Merci Sophie,


Je ferai de même en m'abonnant à votre blogue ...


Au plaisir de vous lire également


 


 



nathalia 13/04/2010 23:56


J'apprécie la clarté et la cohérence de votre billet-C'est une histoire captivante


Catherine 12/04/2010 14:10


Richard, ta note de lecture aujourd'hui sur le blog consacré au défi :
http://defi5continents.over-blog.com/article-richard-presente-les-lieux-sombres-de-gillian-flynn-48473157.html


Richard 12/04/2010 15:58



Merci Catherine,


Si tu as des commentaires, n'hésite pas à m'en faire part !!!!


Bonne journée



callophrys 10/04/2010 00:20


je l'ai pris ,ouvert ,commence...absorbee... mais ...raisonnable.car j'avais en main "au dela du mal "...alors le mois prochain je craquerai c'est sur parce que le peu que j'ai pu lire m'avait deja
embarquee...tout juste si je ne me suis pas assise pour en continuer la lecture..lol
et toi ,ta façon de raconter l'histoire,les phrases choisies (j'aime bien celle du gamin dans la librairie..)et d'autres que j'avais deja relevees...donc ton enthousisme pour ce livre (sans compter
la couverture qui me seduit aussi) tout me conduit à me le procurer rapidement....
bises Richard


Richard 10/04/2010 12:10



Bonjour Callophrys,
Je suis certain que tu vas apprécier ce livre ... Tu ne le regretteras pas.
Bonnes lectures !!!