Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Richard

Les chaussures italiennes                   
Henning Mankell
Éditions du seuil
2009

Début de l’année 2006, par hasard, je lis un roman policier d’un certain Henning Mankell, avec comme personnage, un policier suédois du nom de Kurt Wallander.
Révélation!!!!
Les chaussures italiennes, son dernier roman après Le cerveau de Kennedy.

Les romans policiers que je fréquentais de temps en temps, par le biais de certains grands noms comme Jean-Christophe Grangé, Michael Connelly, Ken Follet et Kathy Reichs, ne m’avaient jamais tant pris. Je venais de prendre contact avec un roman d’un tout autre genre : un personnage typique qui évolue à travers une critique sociétal, un auteur qui introduisait un aspect tout à fait social pour encadrer un fait divers. Henning Mankell me faisait découvrir cette littérature qui venait du froid, ces romans qui dépassent le cadre de la simple équation meurtrier, meurtre, policier et enquête …

Ce fut le début de ma passion pour la littérature dite policière !!!!

En quelques mois, j’ai tout lu Mankell et j’ai découvert certains autres auteurs tout aussi passionnant : Indridason, Camilleri, Rankin, Marinina, Fred Vargas, Markaris, Dennis Lehane, Laurence Block, Graham Hurley et Jo Nesbo. Par la suite, pour alimenter ma passion et faire d’autres découvertes, mon entrée dans l’association 813, jusqu’alors exclusivement européenne, m’a permis de connaître et de rentrer en contact avec Les Dominique Sylvain, Jan Thirion, Jeanne Desaubry,  Marcus Malte, Patricia Parry, Caryl Férey et Frédéric Fajardie.

Tout un monde s’ouvrait à moi et, par souci de patriotisme, j’ai abordé la littérature policière québécoise : Jacques Coté, Benoit Bouthillette, André Jacques, etc.

Mankell a été un déclencheur et quatre ans plus tard, il revient me hanter … positivement, avec un roman sublime, intimiste, touchant, troublant, un roman qui ne laissera personne insensible aux émotions décrites dans ce chef d’oeuvre, Les chaussures italiennes.

L’histoire : un chirurgien orthopédique, blamé pour une erreur médicale (il a amputé le mauvais bras de sa patiente) se retire sur une île de la mer Baltique. Il y vit depuis une douzaine d’années avec son chien et son chat quand, un matin, arrive la femLes-chaussures-italiennes.jpgme qu’il a quitté, il y a quarante ans.
Alors commence pour Fredik Welin, un long voyage de quête de sens, une redécouverte de ce qu’il a été, de ce qu’il est maintenant et de ce qu’il pourrait être si il était moins seul. Cet ours taciturne et mélancolique traverse cette nouvelle vie en découvrant des émotions perdues ou oubliées, des sentiments auxquels il ne croyait plus et des relations humaines … tellement humaines.
Depuis douze ans, il fréquentait assidument sa solitude; l’arrivée de cette femme déclenche le tsunami qui envahira son île, qui lui permettra de rencontrer des femmes (pour la plupart) qui lui feront faire un grand pas vers les autres.
La solitude, la mort, l’amour, la famille, la responsabilité et la culpabilité sont abordés avec une maîtrise de grand romancier. Mankell nous touche, nous fait vivre une multitude d’émotions, nous fait réfléchir et ce, sans jamais nous ennuyer.

Deux réactions de surprises purement plaisantes : la maison mobile de la page couverture et la découverte de pourquoi le titre Les chaussures italiennes. Un hommage au talent et à l’imagination de l’auteur.

Mankell sans Wallander, c’est le romancier dépouillé du carcan de son personnage fétiche mais décrivant un monde d’émotions dont le lecteur se délecte pour son plus grand plaisir. Les chaussures italiennes est un grand roman écrit par un grand romancier, capable de nous faire rire mais aussi capable de nous toucher, de nous faire pleurer.

Des phrases choc :
« Nous faisons tant de mal à nos enfants qu’à la fin ils n’ont plus d’autre moyen d’expression que la violence. »
« La mort ne laisse aucune trace sauf ce que j’ai eu autant de mal à supporter : l’amour, les sentiments. »

Mais aussi, des images de colère, de rancune.

Et aussi, des moments de tendresse, d’amour et de compassion.

Le roman fourmille de ces bonheurs de lecture, de ces moments où sans s’en rendre compte, l’auteur nous envoie à notre propre réflexion, à notre propre vie, en bref, à nous-mêmes, devant notre propre miroir !!!!

Un roman à lire … pour le plaisir des émotions.




Commenter cet article

Fleur de soleil 05/05/2010 14:16


Moi présidente en France et toi président au Québec,c'est le moins qu'on puisse faire, et toujours du bon vin au programme, cela va sans dire.
Ah, quelle belle association que voilà !


Richard 05/05/2010 15:02



Et plus tard, expansion vers l'Asie, l'Afrique et l'Amérique du Sud !!!


Sky's the limit !!!!



Fleur de soleil 04/05/2010 18:11


Riche idée cher ami, nous aurions ainsi des fonds assez conséquents. Organisation de grandes manifestations pour les boulimiques du livre, jeux et concourts avec des livres à gagner, et une fois
par un voyage pour aller rencontrer un auteur, grands dîners réunissant les membres pour pouvoir discuter de nos livres préférés... vive nos libraires !!


Richard 04/05/2010 22:39



Parfait, je te nomme présidente !!! Présidente du premier cercle de lecture pour lecteurs boulimiques et acheteurs compulsifs de livres en tous genres !!!Et évidemment, une année, il y aurait une
assemblée générale en France et l'autre année, l'assemblée serait au Québec !!!!
Et j'imagine que lors des grands dîners, il y aurait une bouteille ou deux de vin ???? Et des auteurs pour nous parler de leurs livres ??? Et des libraires pour qu'on en achète ??? mais comme
nous serons les fondateurs ... pour nous, ce serait gratuit !!!!!


L'imagination au pouvoir !!!!


Amitiés



Fleur de soleil 04/05/2010 12:13


Bonne idée, la communauté, on pourrait y convier Pichenette, elle aussi a un problème de boulimie !


Richard 04/05/2010 12:22



Et on pourrait faire financer nos activités par nos libraires !!!!


Qui profitent grandement de notre "maladie" !!!



Fleur de soleil 04/05/2010 11:42


Oh, ça fait plaisir de trouver un fada comme moi ! Pareil pour la pile de livres, seulement mon appartement n'est pas très grand, donc il faut que je fasse un peu de place. Et moi aussi, il
m'arrive de lire des livres 2 ou 3 ans après les avoir achetés ! On est pareils cher Richard.


Richard 04/05/2010 11:48



Et nous sommes très bien comme cela !!!!! Je ne voudrais pas me faire soigner pour cette folie ... au cas ou je guérirais !!!!! Et nos libraires feraient faillite !!!


On forme une communauté des boulimiques du livre ????


Bonne journée Feur de soleil



Fleur de soleil 03/05/2010 18:32


Les chaussures italiennes est un livre que j'ai repéré il y a quelque temps, et que je lirai... dans quelque temps. C'est souvent comme ça que je procède : je repère les livres et ensuite je les
lis selon mon humeur du moment.


Richard 03/05/2010 18:42



Chère Fleur de soleil ...


Si tu voyais ma pile à lire .....


Elle fait au moins 40 mètres de haut et menace de s'effondrer à tout moment. Moi aussi, j'achète des livres par compulsion et ensuite, je les lis selon mes humeurs .... Parfois un an ou deux
après l'achat !!!