Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Richard

Les-anonymes-en-poche.jpgPour souligner la sortie en livre de poche de "Les anonymes" de R. J. Ellory, je vous remets la chronique que j'ai publiée il y a plus d'un an. Et très bientôt, je vous parlerai du tout nouveau, "Les anges de New-York" qui vient de faire son apparition sur ma table de chevet.

 

De plus, je vous rappelle que R. J. Ellory sera un des invités d'honneur des "Printemps meurtriers de Knowlton", du 18 au 20 mai.

 

 

Une ligne jaune à ne pas franchir !
Qu’arrive-t-il quand des personnes traversent cette ligne jaune qu’il ne faut pas franchir? Cette ligne jaune qui, une fois dépassée, vous bascule de l’autre côté de la morale, directement au coeur de l’inhumain et de l’inacceptable. Là où on ne veut «pas voir le monstre que l’on avait créé.».

Amateurs et amateures de polars, vous qui aimez les pavés, exercez vos biceps et commencez la lecture du dernier roman de J. R. Ellory,  «Les Anonymes». Encore une fois, après «Seul le silence» et «Vendetta», Ellory a su nous surprendre et nous passionner avec ce récit de la recherche d’un meurtrier, dans le cadre désolant d’un sombre moment de l’histoire des États-Unis.

Washington, centre de décision de l’état américain « ... où la classe sociale, la culture et la couleur de la peau comptaient plus que ...», quatre meurtres semblent avoir été perpétrés par un tueur en série. L’inspecteur Robert Miller est chargé de cette enquête, malgré le fait qu’il soit fragilisé par une sordide histoire. Il aurait été impliqué dans un incident qui s’est mal terminé, entre une prostituée et son souteneur: une large couverture médiatique laisse planer des doutes sur son intégrité.

Malgré tout, il se lance à fond dans cette enquête et commence à déterrer, à coups de petite cuillère, certains faits qui pourraient impliquer la CIA et quelques personnalités politiques et judiciaires. «Ces gens-là, c’est l’espionnage, les opérations clandestines, les exécutions clandestines, les nettoyages, les assassinats, les coups d’État et la destruction ...». À un certain moment, très révélateur historiquement, le formateur explique au futur agent de la CIA, la différence entre la morale et l’éthique. On comprend, un peu mieux, à la lueur de cette «formation», quelques gestes et interventions des anciens élèves de cette école bien particulière.


Parallèlement, un personnage mystérieux nous raconte son cheminement personnel, chemin tortueux qui l’a amené à jouer un rôle crapuleux dans la recherche de la «paix économique» en Amérique du Sud. Intrigues politiques, trafic de drogues, meurtres font partie de son quotidien. Mais quelle est son implication dans ces histoires de meurtres en série ?

R. J. Ellory nous présente en alternance, l’enquête de l’inspecteur Miller et l’apprentissage de ce personnage de son rôle de protecteur de la pensée américaine en Amérique du Sud. J’avoue bien honnêtement que dans les premiers chapitres, j’ai trouvé ces incursions un peu lassantes; je les lisais même en hâtant ma lecture pour retourner à l’enquête. Mais, petit à petit, cette toile tissée par l’auteur m’a accroché et de confuse et débridée, elle est devenue passionnante et instructive. Instructive ? Et bien oui, car on apprend beaucoup dans les livres de cet auteur. En ce qui me concerne, je connaissais l’implication des USA au Nicaragua ... mais leur implication dans le trafic de cocaïne, pour financer les Contras ... afin de combattre les sandinistes, plus proches du régime soviétique.

Comme il nous a habitués avec ses deux autres romans, Ellory nous passionne en surpassant la simple enquête policière, en mettant en scène des personnages plus vrais que nature et en nous présentant une analyse psychologique des acteurs, fouillée, crédible et prenante. L’étau se resserre de plus en plus et nous, pauvres lecteurs, sommes condamnés à payer notre plaisir par quelques heures de veille tardive et de lendemains au lever difficile. Mais quel plaisir !

J’ai adoré ce personnage de Robert Miller. Je sais que ce n’est pas le style d’Ellory de suivre un personnage récurrent mais personnellement, j’aimerais bien suivre, encore, une enquête ou deux de ce policier taciturne. Et pourquoi pas, aussi, suivre les développements amoureux possibles avec la belle légiste Marilyn Hemmings. L’homme est attachant et en plus, il démontre, malgré l’énormité de ses problèmes, un sens de l’humour caustique et décapant. En réplique à l’un de ses policiers qui s’informe si il est rentré chez lui, la veille, il répond: «J’ai simplement envoyé mon corps. Je suis resté ici pour essayer d’y comprendre quelque chose et j’ai envoyé mon corps à la maison, sans moi.»


Quelques phrases clés pour illustrer le style direct et tranchant comme une lame aiguisée de R. J. Ellory !

«Parmi toutes les organisations internationales, l’Église catholique est la plus riche et la CIA, la plus puissante. Quant à savoir laquelle, des deux, est la plus corrompue, le débat reste toujours ouvert.»

«C’est à partir de là que tout est devenu personnel: alors qu’avant je pouvais laisser les morts là où ils étaient tombés, après cette nuit-là ils ont commencé à me suivre partout.»

«Une gamine de 9 ans passée directement de pas grand chose à rien du tout.»

«Je les ai vus, leurs pères: tous des hommes puissants avec des yeux qui ont trop vu mais pas assez compris.»

«Les Anonymes» répond aux attentes que commencent à manifester les amateurs de plus en plus nombreux de Ellory. «Seul le silence» nous a révélé un auteur extraordinaire, «Vendetta» nous l’avait confirmé et «Les Anonymes» continuent cette lignée d’excellents polars.
Il ne me reste qu’une question:
Comment fera-t-il maintenant, pour nous surprendre et nous captiver dans son prochain roman ? Aura-t-il le souffle nécessaire pour soutenir notre intérêt ?
Personnellement, j’espère que oui. Et je nous le souhaite grandement !


Bonne lecture !

Les Anonymes
R. J. Ellory
Livre de poche
2012
732 pages


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lystig 01/07/2012 17:11

je compte bien le lire !

Richard 01/07/2012 18:44


Un très bon roman !! À lire !!!


nathalia 16/04/2012 20:50

J'ai hate de lire ton avis sur Les anges de New York,je l'ai terminé il y a quelques semaines déja,je ne sais pas si j'aurai le temps d'écrire ma bafouille pour exprimer tout le bien que j'en ai
pensé.

Je partage ton coté groupie,concernant certains auteurs,et R J Ellory fait partie des auteurs à rencontrer!

Richard 16/04/2012 22:25



Bonjour Nathalia,


Et bien si tu n'as pas le temps, j'espère que tous les deux, nous pourrons en discuter. je devrais le commencer d'ici une semaine ou deux !!


On se donne rendez-vou ??


Je te parlerai de ma rencontre avec lui, au mois de mai !


Amitiés



pichenette 15/04/2012 19:26

Ca y est! Sur ma pile, prêt pour l'été!

Richard 15/04/2012 19:29



Et bien, que l'été arrive au plus vite !!


Bonne lecture !!!



Emeraude 08/04/2012 21:09

PS : par rapport à ta question, sache que tu as de belles lectures de Ellory devant toi, il y en a au moins 5 qui ne sont pas traduits, et puis il n'arrête pas d'écrire, en se renouvelant, sans
cesse.
Tu n'as pas fini d'en lire, j'en suis sûre ;-)

Richard 08/04/2012 21:19


Quel plaisir !!! Et en plus, je vais le rencontrer au mois de mai !! Bonne soirée, Émeraude !!


Emeraude 08/04/2012 21:08

Comme toi j'ai eu envie de retrouver Robert Miller dans d'autres aventures mais il ne faut pas s'y attendre. Par contre il faut être très attentif à chaque lecture, certains personnages d'un roman
font une apparition dans d'autres romans... (je ne l'ai pas remarqué, c'est Ellory lui même qui me l'a dit quand je lui ai demandé s'il avait justement pensé à faire venir un personnage déjà
existant dans des nouveaux romans ! Du coup je me suis dit qu'un jour, je relirai tous les Ellory d'un coup, très très attentivement...)

Richard 08/04/2012 21:18


Et bien, tu m'en apprends une bonne !! Je pense que je vais faire une recherche pour voir. Et en lisant "Les anges de New York",je vais y faire attention. J'adore ce genre de commentaire. Merci,
chère amie


pirozzi 06/04/2012 17:01

Salut Richard,

RJ Ellory est pour moi le plus grand auteur de polar d'aujourd'hui, écriture minutieuse, suspens haletant, un style inimitable !

Bravo pour ton blog ! je me suis inscrite à ta newsletter !
A bientôt
Corine

Richard 06/04/2012 17:37



Merci beaucoup Corine,


Je suis très content que tu te sois inscrite sur mon blog. et en plus, si tu laisses des commentaires, ce sera extraordinaire.


Je suis entièrement d'accord avec toi, Ellory est un grand ... Il rejoint Dennis Lehane, Mankell, Camilleri et d'autres qui ont toute mon admiration.


Bonne lecture Corine


Amitiés



Asphodèle 05/04/2012 20:15

Je l'avais noté à l'époque mais tu sais que pour les polars, il faut qu'ils m'arrivent tout cuits dans le bec pour que je m'y mette ! :) En poche, déjà je devrais le voir...

Richard 06/04/2012 04:07



Je te le recommande, chère amie.


Bonne lecture !



capucine 05/04/2012 00:03

Bonsoir Richard,

Voilà un personnage qui donne envie... Je note l'ouvrage et je fais passer le message auprès de mes amis amateurs de polars.
Bisous & bonne soirée à toi.
Capucine

Richard 05/04/2012 01:00



Merci Capucine,


Au plaisir de te lire ...


Bisous


Amitiés



Pichenette 04/04/2012 22:20

Et bien voilà mon polar de l'été choisi! L'an dernier, tu m'as fait lire le Léopard!

Richard 04/04/2012 22:30


Et bien mon amie, C'est de la même qualité. Tu vas aimer ... Bonne lecture Bises


sophie57 04/04/2012 18:07

AH AH AH Richard en groupie, j'aurais bien voulu voir ça!!! :))

Richard 04/04/2012 18:46



Ne ris pas, Sophie !


Je suis un véritable groupie avec certains auteurs.


Je me suis dèjà mis à genoux devant une auteure (au beau milieu du Salon du livre de Montréal), je l'ai demandé en mariage, tout cela avec ma conjointe qui riait à mes côtés ....


Et j'ai eu la plus belle des dédicaces.


Complètement fou le mec !


Amitiés



attila 04/04/2012 17:18

c'est également le premier Ellory que j'ai lu. Et je l'avais beaucoup aimé parceque comme pour la série des Wallender, l'intrigue policière ne fait pas tout le livre. Au delà du polar pur, il y a
également des questions éthiques, voire "philosophiques" qui sont traitées : la plus évidente étant "la fin justifie-t-elle les moyens" ou doit on soigner "le mal par le mal" ? et la complexité de
ces questionnements font voguer le récit sur des eaux grises .... pas de héros purs dans ce roman noir, mais des hommes avec leurs contraditions qui peuvent commettre le pire au nom d'un noble
idéal. j'aime ce genre d'auteurs qui dotent a prioro le lecteur d'un cerveau et d'une conscience en état de fonctionnement, et c'est tellement agréable !

Richard 04/04/2012 17:26



Tu as tout à fait raison, Attila ! Le grand succès d'Ellory repose sur ce respect du lecteur, d'une bonne histoire mais aussi d'un contexte questionnant et d'une réflexion provoqué par la remise
en question de "certaines morales" !!


Je commencerai bientôt "Les anges de New-York" qui selon certaines est un "Ellory moyen" !! Mais un Ellory moyen demeure quand même un très bon roman ...


J'ai très hâte de rencontrer cet auteur aux Printemps meurtriers. je serai alors un "groupie" ... Photos et dédicaces ... !


Amitiés



Éliane 04/04/2012 16:17

Je ne sais pas pour toi, mais celui-là reste mon préféré des romans de Ellory... peut-être parce que c'est le premier que j'ai lu et qu'il m'avait vraiment éblouie. J'avais lu tous les autres en
rafale et c'était une erreur : on gagne toujours à se laisser reposer entre deux livres du même auteur. Sinon, à la longue, on décode le style et la surprise s'émousse.

Richard 04/04/2012 16:25



J'avoue que "Seul le silence" possède une cochue de plus que "Les Anonymes" ...


Mais comme dirait de grands philosophes littéraires: "Un Ellory, c'est un Ellory !!"


Ouf !!! Je l'ai travaillé fort, celle-là !!


Biseschèreamiedelest !!



zazy 04/04/2012 14:43

Un sacré bon moment de lecture.

Richard 04/04/2012 16:21



Tout à fait !!


À lire pour ceux qui l'auraient loupé !!


Bonne lecture, Zazy



Oncle Paul 04/04/2012 14:41

Bonjour Richard
La réédition des livres en format poche nous permet de recycler nos articles, non pas pour boucher un trou, mais bien pour faire partager nos plaisirs de lecture. J'en fait de même et c'est à
chaque fois un petit bonheur de redécouverte.
Amitiés

Richard 04/04/2012 16:20



Tout à fait d'accord avec toi, Paul !


Et en plus, je connais beaucoup de lecteurs qui attendent la sortie des livres "en poche" ... Question d'économie !!


Amitiés