Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Richard

Derrière la haineCertains écrivains nous impressionnent par la qualité de leur langue et de leur style, d’autres nous harponnent avec un récit bien ficelé et une intrigue prenante. Barbara Abel a su allier ces deux grandes qualités tout en nous démontrant une maitrise presque parfaite dans l’art de nous tisser un récit où l’horreur s’installe graduellement et entortille le lecteur jusqu’au moment ultime où la finale devient presque intolérable.

«Derrière la haine» est un roman où l’humain ordinaire, placé dans une situation hors de l’ordinaire, choisit des chemins horribles devant un carrefour de possibles. Le lecteur assiste impuissant à cette longue descente aux enfers, s’identifie aux deux couples, pleure et s’émeut, puis sans s’en rendre compte, porte un jugement sur les choix faits par les personnages. Mais, le lecteur se garde une petite gêne , manifeste un peu de prudence car l’inévitable pourrait aussi lui arriver.

Osera-t-il lancer la première pierre ?

Voyons donc l’histoire.

Une maison jumelée. Deux couples habitent les logements séparés par un simple mur mitoyen. L’entente est parfaite !

D’un côté de la haie, il y a Tiphaine et Sylvain. Une sombre histoire les a réunis; pourrait-elle être la mèche qui une fois allumée, pourrait faire exploser ce couple si aimant ? Cette histoire, cet événement au milieu duquel le couple se rencontre, est vraiment une très belle trouvaille de la part de l’auteure. Quelle imagination, quel plaisir de se faire surprendre par un tel fait divers. J’ai apprécié !

De l’autre côté de cette haie, si peu imperméable, Laetitia et David: couple sans histoire, sans famille, excellents voisins. Pour seule famille, Ernest, l’agent de probation de David qui sera le parrain de leur futur enfant.

Les deux couples se fréquentent assidument et l’arrivée des enfants consolide le rapprochement entre les deux familles. Les parents sont des amis proches, les deux garçons le seront aussi. Ils sont voisins, ils seront presque frères. Milo et Maxime sont attachants et cadrent très bien dans l’univers aimant de leurs quatre parents.

Puis soudain, le drame survient ! Ce bel équilibre est menacé ! Tout va-t-il s’écrouler ? La tension monte graduellement, chacun des personnages révèle des aspects particuliers de son caractère; des grands pans de leur histoire remontent à la surface et viennent brouiller une réalité déjà assez confuse. La course effrénée vers l’escalade commence et personne ne sait jusqu’où elle va s’arrêter. «... les jours passaient avec cette obligation absurde de continuer à vivre ... Poursuivre un simulacre d’existence sur fond de normalité, faire semblant, faire comme si.»

Le roman se déroule donc comme un film avec une fin inéluctable. L’écran s’est fermé, il ne reste qu’une faible lumière au centre de cette noirceur. Les spectateurs sont encore assis dans la salle et ils assistent aux déplacements des fantômes qui sont restés enfermés entre leur vie d’avant et celle qui leur reste. Aucun spectateur ne quitte la salle. Le générique défile. Les fantômes vivent encore. Mais si peu ! Une question se pose, une question morale: et si  nous avions été à leur place ?

«Derrière la haine» est le troisième roman de Barbara Abel. Je n’ai pas lu les deux premiers mais je peux d’ores et déjà dire qu’elle a un talent certain pour décrire l’horreur, cette horreur qui se répand sur le monde ordinaire, dans toute la  simplicité de leur quotidien. Hier, nous étions heureux; aujourd’hui, le monde nous écrase avec sa chape de plomb.

Une des grandes qualités de ce roman réside surtout dans la capacité de son auteure à nous attirer dans cette spirale angoissante sans nécessairement violenter le lecteur. Tout doucement, étape par étape, on se sent attiré vers le bas, tout en étant le témoin impuissant du drame qui se joue au fil des pages.

L’écriture est efficace;  on se laisse emporter par le style ... que j’oserais qualifier d’indirect: l’auteur nous manipule discrètement, nous amène où elle le désire, transforme des évidences en mauvaises pistes, nous rattrape gentiment en nous faisant croire les possibles ... et nous assomme, à la fin, avec l’impossible que nous n’avions pas imaginé, ni attendu.

On en ressort, stupéfait, un peu décontenancé mais tellement content de notre voyage au pays de l’horreur humaine. Puis on s’étonne d’avoir rencontré, au détour d’une phrase ou d’un événement, une image saisissante, une comparaison étonnante ou une phrase à couper le souffle.

«On eut dit que la souffrance s’était matérialisée en une sorte de mélasse qui engluait tout, les secondes comme les gestes, les figeant dans une immobilité dont il était difficile, presque douloureux, de se dégager.»

J’ai beaucoup aimé ce roman. Quelques fois, j’aime savourer un roman, prendre le temps de le déguster, retarder le moment où la finale sonne la fin de la récréation. «Derrière la haine», je l’ai lu en moins de 24 heures, avec l’urgence d’en savoir plus, avec le goût de savoir enfin où les événements transporteraient les habitants de cette maison jumelée.

Et voici quelques autres extraits démontrant le style de Barbara Abel.


«Petits et grands se retrouvaient donc pour achever une longue journée d’active passivité, de coups d’oeil sur une montre qui semble s’être arrêtée, et partager ensemble un goûter tardif ou un apéro anticipé.»

« Un cri qui n’en finit pas. Un cri dont l’écho résonna longtemps, secondes d’éternité, comme si le combat que se livraient sans merci le silence et le bruit pouvait encore déjouer le cours du destin. Un torrent aux eaux tumultueuses se fracassait contre la structure trop rigide d’une digue, ondes volages qui allaient et venaient sans relâche, malgré le courant qui s’épuisait, pour bientôt ne plus émettre que le clapotis ténu d’un souffle ultime.»

«Chiffres esseulés qui flottent dans un océan d’approximation, se fracassent les uns contre les autres, se délitent pour ne laisser qu’une cruelle solitude.»

Je vous recommande ce roman ! Vous passerez un très bon moment. Émotions et frissons garantis !

 

Dernière petite note avant de vous quitter. Il faut souligner l'excellence de la couverture de ce roman. Je parlais dans ma chronique d'écran de cinéma, ici il faut dire que cette page couverture dépeint très bien la scène ... du drame. Excellent choix !! Souvent durant ma lecture, j'ai pris quelques secondes pour m'y complaire, pour me tremper dans cette  atmosphère au ciel si menaçant ! J'adore les images qui nous parlent ...

 

Bonne lecture !


Derrière la haine
Barbara Abel
Fleuve Noir
2012
317 pages

 

Pour connaître un peu mieux Barbara Abel: Le blog d'une polardeuse

 

 


 

 

Commenter cet article

courir 29/09/2014 14:29

J'ai beaucoup aimé ce livre moi aussi, une plume raffinée et captivante, beaucoup de noirceur et de psychologie, et surtout très dur de faire mieux niveau suspense. On est happé immédiatement et on a une constante envie de savoir ce qui va suivre chaque action même si au fond on redoute un peu ce qu'on va lire.

Richard 02/10/2014 13:36

Merci pour votre commentaire ! Au plaisir de vous lire !

Foumette 01/09/2012 19:48

Je suis tout à fait d'accord avec toi..
J'ai lu 3 livres de cette auteure et je suis sous le charme de son talent!!! De plus...c'est une compatriote!!héhé

Richard 03/09/2012 17:09



J'adore faire de nouvelles rencontres littéraires et j'avoue que j'ai beaucoup aimé ma lecture du roman de Barbara Abel.


Je la suivrai maintenant avec intérêt ... Et même je me mettrai à la recherche de ses autres romans !


Amitiés



Lystig 31/08/2012 23:39

je l'ai déjà noté... j'attends la sortie en poche ou en biblio !

Richard 01/09/2012 03:37



Bonne attente, chère cousine !!



Alex-Mot-à-Mots 31/08/2012 18:53

Mais que se passe-t-il de si horrible ? Tu ne nous donnes pas un indice, rien....

Richard 01/09/2012 01:05



Bonjour Alex !


Et voilà tout le plaisir d'un thriller ... l'événement qui bascule la vie des personnages ... c'est l'auteure qui te le dira ...


Bonne lecture !!



Capucine 31/08/2012 00:20

Bonsoir Richard,

Voilà qui donne envie... Je reviens tranquillement te suivre.

Belle soirée.
Capucine

Richard 31/08/2012 03:12



Bonsoir Capucine,


En effet, nous nous sommes perdus de vue !!


Prenons une résolution du premier septembre ...  Revenons tranquillement !!


Bonne soirée à toi et à ton alter ego


XXX



sophie 30/08/2012 23:10

Lu en moins de 24 heures?? vraiment rien pour te déconcentrer? voilà qui est admirable en effet...
bonne fin de semaine Richard!

Richard 31/08/2012 03:10



Bonjour Sophie,


Et pourtant oui ! Tout autour de moi pouvait me déconcentrer ... avec plus ou moins de réussites !!


Merci Sophie !


Bon week-end !!



Catherine 30/08/2012 17:09

Richard, tu fais toujours de chouettes découvertes, merci de les partager avec nous ! Bonne fin de semaine.

Richard 31/08/2012 03:08



Merci Catherine,


Pour cette belle découverte, je dois remercier mes collègues blogueurs et blogueuses françaises et belges qui m'ont mis sur la piste.


Au plaisir de te lire.



Oncle Paul 30/08/2012 15:39

Bonjour Richard
Si la couverture est très suggestive il me reste la troublante impression que Barbara Abel a côtoyé des voisins similaires, tellement tout sonne juste dans ce roman
Amitiés

Richard 30/08/2012 15:46



Bonjour Paul,


En effet ... Cette histoire est assez hallucinante.


P.S. Est-ce que tu pourrais m'envoyer en MP (en cliquant sur contact) ton adresse mail. J'aurais quelque chose à te demander . Merci !


Amitiés



carine Boulay 30/08/2012 14:33

Nous sommes synchro mon cher Richard, car je viens juste de le terminer ! Ce roman noir m'a énormément plu et j'ai ressenti comme toi cette pression qui va crescendo jusqu'au dénouement final ...
C'est ma première lecture Barbara Abel mais certainement pas la dernière ! Je t'embrasse ...

Richard 30/08/2012 15:44



Bonjour Carine,


Tout à fait d'accord avec toi. Barbara Abel gagne à être connu !


Bonne journée