Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Richard

La-saison-des-pluies.jpgHier soir, avait lieu au Musée des Beaux-Arts de Montréal, la remise du Prix TD (la banque Toronto Dominion) 2012 de littérature canadienne pour l'enfance et la jeunesse. Ce prix prestigieux souligne l’excellence d’une oeuvre canadienne de littérature pour la jeunesse en récompensant un auteur francophone et un auteur anglophone ainsi que l’illustrateur ayant participé à l’oeuvre gagnante.

Le gagnant de cette année a donc été dévoilé et il s’agit de Mario Brassard, auteur et  de Suana Verelst, illustratrice, pour le superbe roman «La saison des pluies».

La compétition était vraiment forte ... Les cinq oeuvres retenues parmi une production de plus de 170 romans et albums étaient tous d’excellents livres. La preuve que notre littérature pour la jeunesse est riche et variée et qu’elle n’a rien à envier à la production européenne ou américaine.

«La saison des pluies» raconte l’histoire de Junior qui, au retour de l’école, apprend que son papa s’est tué en auto. D’une certaine façon, il se sent responsable de cette mort. Et, au quotidien, il apprendra à vivre avec la mort et le chagrin.

«Mais papa n’était pas là. On ne voyait que son absence.»

Cette mort, elle rend triste, elle fait pleurer et les larmes de Junior et de sa maman alimentent cette saison des pluies d’octobre. Junior apprivoise la nouvelle vie avec sa maman, la douleur de l’absence. Le monde s’écroule autour. Même les tartines que lui faisait papa ne sont plus pareilles.

Commencent alors une série de moments difficiles où Junior et sa mère apprendront  « ... petit à petit à nous faufiler entre les gouttes de pluie.» Le salon funéraire, son papa dans le cercueil, la notice nécrologique, l’enterrement, tous ces moments apportent leur lot de peines et de chagrins.

«Nous formions autour de son cercueil un grand cercle. Aussi rond qu’une larme énorme.»

Mario Brassard nous livre un texte d’une beauté fascinante et tragique. Sa poésie s’adresse directement à notre coeur de parent et à notre sensibilité d’enfant. Ses mots décrivent superbement la douleur et l’incompréhension de Junior, dans des situations où personne n’a reçu de mode d’emploi. Le langage que Brassard prête à Junior est simple et chargé d’une émotion candide et dramatique.

Quand Junior veut grandir pour pouvoir prendre soin de sa mère ou pour consoler la petite fille qui a perdu sa grand-mère, on le prendrait dans nos bras pour lui dire de rester l’enfant qu’il est encore et d’apprendre, rapidement que la vie est belle, quand même.

Il faut aussi souligner l’excellence des illustrations de Suana Verelst.  La parfaite harmonie entre le texte et l’image ajoute un effet puissant à la dramatique des situations. La phrase accroche l’émotion; l’image en augmente l’intensité. L’artiste a su donner à ce court roman, une dimension affective qui ne laissera personne indifférent. Regardez le visage de Junior à la page 39 et essayez de rester indifférent !

«La saison des pluies» est une oeuvre majeure que tout parent devrait avoir lue. «La saison des pluies» devrait être le cadeau de Noël ( avec les quatre autres oeuvres ...) le plus apprécié par les petits de 6 à 12 ans. Ce sera un moment précieux pour les parents de le lire et de le commenter avec son enfant. Et ce sera un cadeau de vie pour l’enfant qui prendra conscience de la valeur de ce qu’il possède. Parents y compris !

«J’aurais voulu avoir un tabouret et monter dessus, pour être aussi grand que maman. J’aurais aimé la prendre dans mes bras pour que nos larmes tombent exactement de la même hauteur.»


Bonne lecture !


La saison des pluies
Mario Brassard, auteur
Suana Verelst, illustratrice
Soulières éditeur
2011
72 pages

Voici les quatre autres livres finalistes:

L’amélanchier, conte de Jacques Ferron
Adapté par Denis Côté(Québec, QC)
Illustré par Anne Sol (Montréal, QC)
Éditions Planète rebelle (Montréal, QC)
Pour les enfants âgés de 10 ans et plus

Lapin-Chagrin et les jours d’Elko
Écrit par Sylvie Nicolas (Québec, QC)
Illustré par Marion Arbona (Montréal, QC)
Éditions du Phoenix (initialement éditions Trampoline) (Île-Bizard, QC)
Pour les enfants âgés de 6 ans et plus

Le monde de Théo
Écrit par Louis Émond (St-Bruno, QC)
Illustré par Philippe Béha (Montréal, QC)
Éditions Hurtubise (Montréal, QC)
Pour les enfants âgés de 5 ans et plus

Mots doux pour endormir la nuit
Écrit par Jacques Pasquet (Montréal, QC)
Illustré par Marion Arbona (Montréal, QC)
Éditions Planète rebelle (Montréal, QC)
Pour les enfants âgés de 3 ans et plus

Commenter cet article

Mimi des Plaisirs 08/11/2012 19:20

Un livre sans doute absolument nécessaire et réussi dont tu rends la finesse avec énormément de sensibilité.
Difficile de vivre et de parler du deuil, c'est une expérience tellement intime et douloureuse...
Les citations que tu as choisies sont bouleversantes: elles m'ont émue aux larmes.
merci d'avoir si bien parlé de ce livre, Richard.

Richard 09/11/2012 04:05



Ma chère Mimi,


Tu le sais depuis bien longtemps, j'admire ta sensibilité ... merci d'être une fidèle lectrice de mon blogue.


Bonne lecture !



pichenette 08/11/2012 18:33

La couverture est magnifique et ce que tu en dis donne vraiment envie. Et c'est vrai qu'il faut parler aux enfants, ils sont capables de comprendre bien des choses. J'avais moi-même écrit une
histoire pour mon filleul, lorsqu'il a perdu sa grand-mère, il a toujours gardé ce texte.

Sophie 08/11/2012 14:16

Les parents sont souvent démunis pour aborder la mort,l'existence de Dieu, la notion d'infini et d'éternité, avec les enfants et même les adolescents.

J'ai moi-même vécu ce problème avec ma fille qui avait quatre ans quand sa grand-mère -une seconde maman pour elle-, est décédée. Sauf que le traumatisme est remonté des années plus tard, et a
entraîné des discussions, et souvent même des silences, à n'en plus finir.J'ai répondu à ses questions comme mon coeur me le dictait, et en respectant son intelligence et sa volonté de
compréhension, car à cet âge la capacité de réflexion sur ces thèmes est beaucoup plus grande qu'on ne le croit! Et en retour, j'ai moi-même beaucoup appris de ces échanges.Aujourd'hui, le problème
semble réglé, mais ce fut une période difficile.

Je pense donc que toute littérature sur ces sujets, sous quelque forme que ce soit,est plus que bienvenue: absolument nécessaire, et peut apporter un grand soutien, un apport ou une base même au
dialogue avec l'enfant ou l'adolescent (j'insiste sur ce point: à l'adolescence ce sont des problématiques très sensibles).

Le livre que tu nous présentes ici Richard paraît vraiment formidable, ta chronique sensible nous donne envie de le découvrir, et la dernière citation est très touchante.

Merci pour ce partage!

Richard 08/11/2012 16:26



Bonjour Sophie,


Tu as tout à fait raison. La littérature jeunesse prend tout son sens dans ces magnifiques oeuvres qui font réfléchir et grandir les jeunes. Quelle que soit l'expérience malheureuse que l'enfant
vit, il n'y a pas de formation pour les parents sur les bonnes façons de réagir. On se fie sur son coeur, sur notre amour et quand on peut, sur ce genre de livres pour supporter l'enfant.


Merci pour ta réaction et surtout pour ce partage d'un moment qui a du être difficile à vivre !!!


Bonne journée