Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Richard

La-filiere-copie-1.jpgÀ travers les tempêtes de neige de cette fin (?) d’hiver québécois, je continue ma découverte de la production «polardienne» des derniers mois, de cette littérature qui vient de la neige. Et je l’avoue, mon scepticisme et mes préjugés fondent comme ... neige au soleil ... de mars ! On n’est pas encore au printemps mais on sent que ça s’en vient !!!

«La filière» de Christian Morissette ne réinvente pas le genre. Le sujet, le trafic d’organes, n’est pas nouveau; le style ne m’a pas ébahi outre mesure. mais, et le mais est important, j’ai passé un très bon moment de lecture. J’ai été accroché par une bonne histoire, bien racontée, des personnages intéressants et une montée de tension qui m’a cloué sur ma chaise de lecture. Bref, un roman captivant que je recommande, une bonne lecture de vacances, un roman parfait pour une bonne évasion littéraire.

L’histoire, construite comme un entonnoir où chaque source se voit précipitée vers un gouffre qui les unira dans un torrent unique, se forme autour de personnages et d’événements qui n’ont, à première vue, aucun lien:

  • Un homme et une femme au chevet de leur fils malade;
  • Deux sans abri à la recherche d’argent pour se payer leurs doses quotidiennes;
  • Un médecin dans un pays africain opérant dans un hôpital de fortune;
  • Une infirmière, Hilary Mento, belle comme une star de cinéma;
  • Deux détectives si différents que tout les rapproche ... Tony Palomino, dandy à l’italienne, habillé de grandes marques, chemise Gucci, complet Versace; et Ève Saint-Jean, jeans, chandail en coton ouaté et bottes de travail;
  • Un chef de la Mafia montréalaise qui nourrit l’ambition de devenir le Parrain incontestable ... et incontesté;
  • Pierre B. Robert, un journaliste d’enquête, prêt à tout pour mousser sa carrière;
  • Étienne Borduas, vedette montante du ministère des Affaires étrangères et du Commerce international et son patron, Jules Renaud;
  • Mike Goetting, un haut gradé de l’Agence canadienne de renseignements;
  • Philippe Martel, un génie de l’informatique, « un boulimique du bit»;
  • et quelques squelettes bien enfouis dans un placard immense, gardé sous haute surveillance ... et toujours disponibles pour s’agiter devant ceux qui les ont cachés.


Et en fin de compte, lecteur, tu devras réfléchir devant le questionnement moral, le dilemme, le choix entre un jeune adolescent qui a besoin d’un nouveau coeur pour survivre et un jeune Africain qui a besoin d’argent pour aider son frère et qui est prêt à donner un de ses reins !

Tous ces personnages s’installent graduellement dans l’histoire; une succession d’événements et d’actions dégringolent à toute vitesse. Le lecteur est pris graduellement dans cette toile savamment tissée de l’extérieur vers un intérieur où tout s’expliquera dans une finale surprenante mais parfaitement crédible.

Le passé télévisuel de l’auteur influence l’écriture du roman dans une construction d’intrigue hachurée, un style journalistique dessinant un scénario, une succession d’images tissant une trame romanesque soutenue. Après les cent premières pages (pas ennuyantes du tout ...) où l’auteur présente chacun des personnages, l’action déboule, la lecture s’accélère et le lecteur s’avance sur sa chaise en attendant la conclusion de cette enquête.

Comme je le disais au début de cette chronique, «La filière» n’est pas un grand roman qui marquera l’histoire de la littérature québécoise. Cependant, si vous avez besoin de détente, d’un bon moment de lecture, d’une bonne histoire pour vous évader ou pour frissonner, et bien ce deuxième roman de Christian Morissette fera agréablement le travail.

Quelques extraits:

«La pièce était aussi déserte qu’une pensée originale dans la tête d’un politicien.»

«Ce type n’était pas sûr. Il avait trop de principes.»

«Théo était un vieillard qui venait d’avoir vingt-sept ans


Au plaisir de la lecture.

La filière
Christian Morissette
Édition Polar presse
2010
411 pages



Voici le site de l'auteur: http://www.lafiliere.com/

 

Et la bande annonce du livre:

 

 


 

Commenter cet article

l'or des chambres 14/03/2011 14:13


Encore une lecture très dure... Je t'avouerais que je n'ai pas trop envie de plonger là dedans pour l'instant...
Bonne semaine Richard, bises


Richard 14/03/2011 15:26



Et bien, va voir le billet que je viens de publier ...


Un virage !!! Tout en douceurs ... sans violence ... et plein d'esthétisme !!!


Amitiés



*.:。✿*Fleur de soleil*✿。:.* 14/03/2011 09:09


Pas de trafic d'organes, non merci ! J'ai vu hier soir des épisodes d'une série TV dont c'était le sujet, je suis vaccinée pour un moment.
Par contre le Bourbon kid oui ! Ma mère vient d'acheter "L'oeil de la lune", donc je ne vais pas tarder à le lire.
Bises amicales


Richard 14/03/2011 12:48



Alors bonne lecture avec les folles aventures du Bourbon Kid ...


Amitiés



nathalie 13/03/2011 17:41


La marseillaise que je suis frémis à l'idée de la neige... Bon, en restant calfeutré au chaud à bouquiner, je ne dis pas. Mais bon courage !


Richard 13/03/2011 20:48



Bonjour Nathalie,


Tu sais, le froid et la neige ont certains avantages ... dont le fait de nous faire apprécier l'été et la chaleur, à leur juste valeur ...


Tu devrais voir Montréal, au printemps !!!!



David Mourey 13/03/2011 08:21


Hello Richard, merci pour cette belle présentation. Je crois que celivre plaira beaucoup à quelques personnes autour de moi ...


Richard 13/03/2011 20:44



Merci beaucoup David.


Au grand plaisir de te lire ...



lizagrèce 12/03/2011 20:44


En ce qui concerne la "littérature des neiges " je ne connais guère que Maria Chapdelaine .


Richard 12/03/2011 20:48



Beaucoup de rattrapage à faire, chère amie. Si tu veux, je t'envoie quelques suggestions !!!


Amicalement !



Lystig 12/03/2011 19:49


il y en avait un peu moins dans la banlieue d'Ottawa hier matin !


Richard 12/03/2011 20:02



Mais tu es une véritable miss météo !!!



Anne 12/03/2011 18:50


Dans ton compte-rendu, je note "cloué sur ma chaise de lecture". Dois-je deviner que tu te refuses à lire dans des conditions moelleuses, telles que fauteuil confortable ou le lit ? :) Clin d'oeil
aux habitudes et manies des lecteurs compulsifs, Richard !


Richard 12/03/2011 19:33



Mais non, tu sais bien que je lis toujours dans des endroits confortables ... On ne peut pas être boulimique de lecture et ne pas apprécier le confort ... dans un lit ou sur un fauteuil !!!


Mais je trouvais l'image plus réaliste ... se clouer sur une chaise de bois !!! Plus accueillant pour les clous !!!


Merci pour le qui m'a fait sourire !!!!



sophie 12/03/2011 17:10


Hilary Mento,Tony Palomino, Eve St Jean, Pierre B.Robert,Mike Goetting...on sent qu'on a affaire à du lourd!
vive le printemps qui vient!(il suffit de l'imaginer et il est déjà là)


Richard 12/03/2011 19:30



Bonjour,


Ce n'est pas silourd que ça !!!


Et tu as raison pour le printemps ... ici, il fait un soleil magnifique, 5 degrés et on peut écouter la neige qui fond tout doucement !!!


Amitiés



Lystig 12/03/2011 09:57


Il reste aussi de la neige en Ottawa... mais je présume que tu le sais !

Bonne journée !


Richard 12/03/2011 13:29



Je ne peux rien te cacher ....Malgré la pluie des derniers jours, il reste un bon mètre de neige sur ma terrasse ...


Bonne journée !



CHAMARIE Lydia 12/03/2011 07:39


Tu n'as pas dû recevoir mon envoi encore sinon tu me l'aurais dit. Cela mettra plus de 4 jours sûrement comme je le pensais.

Il y a beaucoup de monde dans ce livre dont tu parles. Je m'y perdrai vite. Je ne peux pas lire quand il y a une foule de gens comme ça.

Bises,
Lydia


Richard 12/03/2011 13:09



Bonjour Lydia !!


Les Postes sont comme les voies du Seigneur ... imp ..arfaites !!!


Je patiente


Amicalement



Isa 12/03/2011 06:54


J'aime bien les polars où à 1ère vue les personnages n'ont aucun lien... Quand on arrive au moment où on commence à deviner le rapport c'est que du bonheur je trouve...


Richard 12/03/2011 13:06



En effet !


Et ce roman est particulièrement touffu .... dans le genre !