Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Richard

La nuit des infirmières psychédéliques

 Quel livre étrange ! Comme le titre d’ailleurs ! D’ailleurs ??? Oui, je crois que ce livre vient d’ailleurs, d’une autre dimension, juste à côté de nous, semblable à notre monde mais tellement différent.

Sylvain Meunier, l’auteur de «L’homme qui détestait le golf» (Prix Saint-Pacôme pour le roman policier 2088) et de la trilogie sur «Lovelie d’Haïti», nous offre un roman aux allures de thriller fantaisiste. Ou ne serait-ce pas une fable, une enquête fantastique ou fantaisiste qui se passe dans un hôpital et dans les sous-sols de Montréal ? Enfin, peut-être que ce roman n’est qu’une simple histoire qui nous amène, nous les lecteurs (parfois déstabilisés et même un peu inquiets), à lire, avec un certain plaisir, une histoire jusqu’au dernier mot: FIN !

Évidemment, vous vous êtes rendus compte que je faisais un peu d’ironie, car ce roman, cette histoire est absolument inclassable. D’ailleurs, toute taxonomie serait parfaitement inutile car j’imagine que les lecteurs de «La nuit des infirmières psychédéliques» doivent tous sortir de leur lecture avec la même question: «Mais qu’est-ce que je viens de lire ???»

Essayons donc de vous raconter l’histoire, sans trop en dire ...

Sylvain Meunier (personnage principal et non l’auteur) ...
(Vous voyez, déjà ici, s’amorce un certain entortillement !! Comment faire la différence entre l’auteur qui écrit et le personnage principal !!!)
Je disais donc, Sylvain Meunier visite son père malade à l’Hôpital général de LaSalle, en banlieue de Montréal. Son père lui raconte un phénomène étrange: pendant la nuit, un groupe d’infirmières donnent un spectacle dans les corridors de l’hôpital. Le visage peint en rouge, elles projettent des images psychédéliques sur les murs et chantent des chansons en italien.

Commence alors une enquête insolite où s’entremêlent l’auteur et ses propres personnages qui apparaissent tous à un moment donné de sa recherche de la vérité. Vérité ? Réelle ? Imaginée ? Ou les deux ??? Vous en doutez ??? Et bien rencontrez certains personnages qui apparaissent dans ce roman: Stanley Péan (auteur), François Barcelo (auteur), Yves Beauchemin (auteur), Robert Lalonde (auteur), Giovanni Calabrese (éditeur), Denis Arcand (cinéaste), madame Thibault (directrice littéraire), une clé USB qui a fait un drôle de voyage et une courte échelle (sans placement de produits) !

* Voir la note plus bas  (et n’oubliez pas de revenir  !)


Pour apprécier ce récit, le lecteur doit se laisser porter par l’imagination de l’écrivain    ( ... et de son personnage ... d’écrivain !) et prendre ce roman comme un moment de folie passagère, partagé avec Sylvain Meunier et ses égarements littéraires. L’histoire se tient, même très bien, mais le lecteur doit faire preuve de vigilance pour apprécier les méandres délirants de la créativité de l’écrivain. J’avoue ne pas avoir tout compris à la première lecture, être resté un peu médusé en refermant le roman (Lecteur inattentif ou auteur diabolique?). Puis, en feuilletant de nouveau et en relisant certains passages, certains morceaux du casse-tête romanesque se sont comme placés d’eux-mêmes.

«S’ils savaient le sapin que tu leur passes ! Parce que tu joues bien ! Et pourtant, si bien faire n’est pas défaire, si bien coudre n’est pas découdre, si bien ennuyer n’est pas désennuyer, ici comme dans tant de sports, bien jouer, c’est déjouer.» Serait-ce le crédo, le modus operandi de l’écrivain ?

Vous vous rendez compte, aimables lecteurs, que ce roman n’est pas comme les autres; il comporte une forte dose de fantaisie débridée qui vous demandera une certaine forme de laisser-aller. Il faut laisser de côté notre rationalité et apprécier  cette bande dessinée sans illustration où toute l’action se passe à des niveaux différents.

L’auteur nous offre un moment de folie ... temporaire, fugace ...  le lecteur devra accepter de se laisser entrainer dans la sinuosité de son imaginaire ... Sinon, passez votre chemin. Pour les autres, soyez prêts à «vivre une expérience psychédélique»  et laissez vous porter jusqu’au mot: FIN !  Attention, cependant, tous les chapitres se terminent par le mot «Fin».

Et surtout, attention aux médicaments que l’on vous donne à l’hôpital.

À la place, prenez ces quelques extraits, prescrits par votre blogueur-infirmier, pas du tout psychédélique.

La première, je la dédie à tous mes anciens collègues de travail: «Ces soirées étaient aussi l’occasion de casser du sucre sur le dos des mauvais élèves, des mauvais profs et des directeurs et directrices qu’il n’est pas nécessaire de qualifier.»

«Mais on a beau être privé, on ne va pas se priver ! »

Une description d’un cadavre: « ... une bouche, qui, quelque quarante ans plus tôt, lui prodiguait des câlins à faire éjaculer un clou.»

Et la dernière, un de mes moments préférés: "Gardez ça pour vous: il paraît que Marie en voudrait à Pierre d’avoir détourné son fils d’une carrière peinarde dans la construction, et que c’est plutôt l’apôtre qu’on aurait dû clouer à une charpente en premier. Que voulez-vous, on a eu beau élever un oratoire à Joseph, il reste que cet enfant-là, on parle de Jésus, n’a pas vraiment eu de père. Le vieux avait peut-être de la poigne pour son marteau, mais guère plus, et ce n’était pas son genre d’amener son fils à la pêche, pour parler des fleurs et des abeilles ... Mais j’en ai déjà trop dit. Et puis ce ne sont que des ragots de nuages ..."




Bonne lecture ! Et surtout, restez en santé !

La nuit des infirmières psychédéliques
Sylvain Meunier
La courte échelle
2010
262 pages


 




* Cette chronique a été écrite sous l’influence d’aucune drogue ou médicament. 


Commenter cet article

how Make Solar Panel at home 17/01/2012 10:32

L'hôpital j'y ai si souvent accompagné ma mére, y ai passé des journées complètes avec elle, et aucun mot ne pourrait décrire mon admiration pour le personnel: médecins,

Richard 17/01/2012 12:31



Tout à fait d'accord !!


Bonnes lectures !



Lise 20/08/2011 01:22


Richard,

je vais me contenter de l'emprunter à la bibliothèque car tu as piqué ma curiosité.

L'hôpital j'y ai si souvent accompagné ma mére, y ai passé des journées complètes avec elle, et aucun mot ne pourrait décrire mon admiration pour le personnel: médecins, infirmiers/infirmières,
préposés(ées) débordés de travail, équipe de nettoyage sous-estimée mais tellement importante.

Bonne fin de semaine cher Richard!

:-)


Richard 20/08/2011 12:40



Bonjour Lise,


J'ai hâte de connaitrte ton avis sur ce roman.


Bonne fin de semaine


Amitiés



Lise 19/08/2011 13:54


Bonjour Richard,

à voir la couverture de ce livre, vraiment très très horriblement laide soit dit en passant, il est clair que ces infirmières ont perdu la tête; je passe mon tour pour celui-ci. La vidéo est très
spéciale aussi; je n'accroche pas non plus. Elles viennent sûrement d'une autre planète pour danser ainsi après leur épuisante journée de travail.

En tout cas si j'étais à l'hôpital et que j'en voyais une avec le visage peint en rouge s'approcher de mon lit, je sauterais par la fenêtre c'est sûr!

:-DD


Richard 19/08/2011 14:54



Bonjour Lise,


Pas nécessaire de te rendre à l'hôpital pour rencontrer ces drôles d'infirmières; il suffit de lire le roman !!


Et si jamais, ça t'arrive, demande une chambre au rez-de-chaussée, tu te feras moins mal en sautant de la fenêtre !!!


Bonne journée !!!


Amitiés !



Lystig 19/08/2011 13:24


merci !
à toi aussi !

( ;) et je lève mon verre pour l'entrechoquer avec le tien !)
(et un jour, je te raconterai pourquoi on les entrechoque !!!!)
tchin tchin


Richard 19/08/2011 13:28



Merci !!!



Lystig 19/08/2011 13:11


bon appétit !

c'est l'heure du déjeuner des deux côtés :
déjeuner de midi pour nous, petit déjeuner pour toi


Richard 19/08/2011 13:16



Habituellement, sur mon blogue, je souhaite "Bonne lecture"


Aujourd'hui, juste pour toi, ma cousine, je te souhaite:" Bon appétit"



Alex-Mot-à-Mots 19/08/2011 09:55


Voilà un article qui a l'air aussi embrouillé que le livre.
Je suis dans quelle dimension ?!


Richard 19/08/2011 12:31



Mais non !!!


Il faut juste s'habituer à vivre dans la sixième dimension !!!



La petit souris 19/08/2011 08:35


il se passe vraiment des choses étranges au Québec ! :) En tout cas, vraiment originale comme trame !!


Richard 19/08/2011 12:31



La littérature québécoise est riche et variée ! Et parfois, l'escès d'originalité peut surprendre ... positivement !



Lystig 19/08/2011 08:34


pas de biscotti ici (mot typiquement nord-américain), par chez moi, nous avons des croquants (aux amandes, par exemple) [ou les navettes et en Corse, les canistrelli = biscuits durs, mais pas cuits
deux fois]


Richard 19/08/2011 12:29



Tu m'ouvres l'appétit !!



Luna 19/08/2011 07:09


Rien que la couverture est bizarre cela dit...


Richard 19/08/2011 12:28



Elle est très représentative du roman !!!



David 18/08/2011 22:44


J'espère que tu ne 'as pas mal pris Richard. J'admire ta capacité à lire autant de livres différents ! A bientôt


Richard 18/08/2011 22:51



Mais non, mon ami, pas du tout !!!


Sois sans crainte !!


Amitiés


 



zazy 18/08/2011 22:37


Bon, je sens comme une inclination verse ce bouquin. De toute façon, le titre m'emballe.... ça me changera de ma tisane du soir... bonsoir !!!!


Richard 18/08/2011 22:45



En effet ...


Ce livre est un peu moins calmant qu'une tisane ... pas mal plus excitant !



Paco 18/08/2011 19:06


Salut Richard,
Ta chronique est splendide, même si je soupçonne que ton capuccino devais être bien chargé de produits hallucinogènes ... Concernant le bouquin, je ne le retiens pas ;-)
Amicalement. Paco


Richard 18/08/2011 20:59



Merci Paco,


Tu sèmes le doute dans mon esprit ... je vais faire analyser chimiquement mon café ...


Quelqu'un connaît l'adresse de CSI Miami ???


Amitiés !!!



Éliane 18/08/2011 16:24


Allô Richard!

Je suis de ton bord pour ce livre-là : j'ai adoré! En fait, j'avais aussi beaucoup trippé sur L'homme qui détestait le golf (merci pour la plogue du Prix Saint-Pacôme) et j'étais dans de très
bonnes dispositions pour aborder les infirmières... J'adore le côté déjanté de Meunier, qui nous sort complètement de notre zone de confort et qui fait ce qu'un bon conteur doit faire : nous amener
ailleurs, le temps d'une lecture.

Un autre polar, que je ne nommerai pas par charité chrétienne, se targuait en quatrième de couverture de détrôner San Antonio dans le coeur des Québecois, pour finalement n'offrir qu'une piètre
histoire décousue et sans talent. Mais Meunier, lui, arrive à ce niveau de truculence et de critique sociale que San Antonio a pratiquement inventé, avec une couleur d'ici et une légèreté
d'approche savoureuse... et j'adore ça!

Je comprends que certains hésitent à se lancer dans ce bouquin, mais je n'ai qu'un conseil à leur donner : osez!


Richard 18/08/2011 20:58



Bonjour Éliane,


Merci pour ton commentaire !


Moi aussi, j,aime qu'un auteur me surprenne, sorte des sentiers battus, m'amène ailleurs !!!


Ce n'est pas nécessairement le lot de tout le monde mais je joins quand même ma voix à ton cri du coeur: Osez !!!


À vendredi, chère amie !!!



David 18/08/2011 16:07


Bonjour Richard. Ah ah, pas trop pour moi ce livre; Merci d'avoir pris le temps de le présenter !!! A bientôt


Richard 18/08/2011 20:54



Mais oui,mon ami !


Des goûts et des couleurs ....


À bientôt !



sophie57 18/08/2011 13:53


je ne lirai pas ce livre, mais j'ai adoré ton billet:est-ce vraiment le but recherché?!...mais tu m'as donné une idée:on devrait engager du personnel pour faire la lecture dans les hôpitaux! bises
très cher!


Richard 18/08/2011 14:52



Merci Sophie !


Le but recherché, tu le sais, c'est de parler de nos lectures ... et de temps en temps, accrocher un lecteur ou une lectrice au passage ... Juste pour le plaisir de partager.


En parlant de partage, je m'ennuie d'un certain blog où on peut voir une fillette et son chat sur un magnifique divan ... Tu penses que j'aurai encore  la chance de lire ses commentaires
intelligents sur les livres qu'elle lit !!!


Bisesm chère amie et à très bientôt !!



LAURA 18/08/2011 12:24


Sûre qu'un livre aussi déjanté va me plaire, donc je note, cher Richard ! Merci pour cette chronique...


Richard 18/08/2011 12:49



Et bien tant mieux ...


Je crois, en effet, qu'il pourrait assurément te faire passer un bon moment de lecture !


Au plaisir


Amitiés



Anne 18/08/2011 10:23


Mouais... je ne suis pas sûre d'apprécier cet univers...;-)


Richard 18/08/2011 12:48



Parfois, il faut oser ...


Bonne journée !



Isa 18/08/2011 08:18


Voici un livre qui ne me tente pas du tout du tout ! Par contre j'adore le titre !!!


Richard 18/08/2011 12:48



Ce sera pour la prochaine fois !!!


Bonne lecture !



pyrausta 18/08/2011 08:10


heu...en te lisant je vois des cercles de couleurs s'entrelacer,se mélanger et exploser en une gerbe infinie de petits cœurs...C'est grave docteur?
là je crois que cette fois là je ne vais pas te suivre...Un peu trop psychédélique pour moi,là.
Bises Richard


Richard 18/08/2011 12:44



Pas de problème, c'est une douce maladie !!


Peut-être que le prochain réussira à te tenter !!!


Bises



Lystig 18/08/2011 06:30


aucune drogue, même pas de café ????


Richard 18/08/2011 12:42



Un peu de café ... Mais oui ! Et la meilleure des drogues, un bon cappuccino ... avec des biscottis !