Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Richard

 

La Turquie, un pays inconnu ou presque. Le génocide arménien, le massacre d’un peuple si peu connu (j’avais lu il y a quelques années un roman passionnant sur cette triste page d’histoire, Un été sans aube : roman / Agop J. Hacikyan, Jean-Yves Soucy. Publication, [Paris] : Presses de la cité, 1992).


La-batarde-d-Istanbul.jpg

« La bâtarde d’Istanbul » est un roman magnifique, un beau prétexte pour apprendre, pour s’émouvoir, pour comprendre. Elif Sharaf nous transporte de l’Arizona jusqu’à Istanbul, en passant par San Francisco pour nous faire découvrir toute la douleur qu’à laisser l’histoire de ce peuple arménien. En même temps, elle nous plonge dans le conflit moral entre les exigences de la religion et le modernisme de ces pratiquants ainsi qu'au coeur de la rébellion de ceux qui la renient.


Le roman nous fait partager le vie de deux familles qui cachent, chacun dans leur placard, des histoires que l’on doit peut-être occultées à jamais. Une famille turque vivant à Istanbul (avec quelques membres ayant émigrés en Amérique) et une famille arménienne émigrée aux Etats-Unis au début du XX e siècle.


Les deux clans se verront réunis par le biais de leur fille respective, toutes deux, à la recherche de leurs origines.


 

Ce roman est tout à fait adorable. On découvre ces cultures, à travers tous les sens. Et surtout, la culture gastronomique (ce qui n'est rien pour me déplaire ...) qui occupe une grande place dans cette œuvre. Tous les chapitres portent le nom d’un aliment, d’une épice, d’un fruit, etc. C’est une grande partie savoureuse de découvertes culinaires.


Ce roman est également historique. Madame Shafak nous raconte, par bribes, les horreurs de ce génocide qui  a tant marqué certains personnages. Une scène de clavardage entre des jeunes arméniens vivant aux USA et une jeune turque à Istanbul, est chargée de toute une gamme d’émotions qui nous font vibrer. Cette scène est un petit bijou d’écriture et de passion.


« La bâtarde d’Istanbul » est aussi un roman psychologique. La qualité des personnages, leur réaction, les interactions, leurs façons de traiter des sujets un peu « tabous » (comme les filles-mères, l’avortement, le traitement de l’Histoire, etc), tout cela nous permet de découvrir des personnages surprenants, attachants, typiques … Et malgré tout, malgré l’écart de culture, on peut facilement faire des rapprochements avec la société québécoise et les membres de nos familles, accomodements raisonnables ou non !!!


 La bâtarde d’Istanbul » est un bon moment de lecture et d’apprentissage.


De plus, pour le plaisir de vos porte-monnaie, il est maintenant publié en livre de poche !!!



Elif Shafak est définitivement une auteure à surveiller. Deux nouveaux romans sont sortis depuis ce temps: Bonbon Palace et Lait noir, tous deux publiés chez Phebus.

 


La bâtarde d’Istanbul 

Elif Shafak

Phébus

2007

320 pages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Anne 04/01/2011 23:22


Eh bien me voilà déjà (un petit retour en arrière dans tes articles). J'ai appris le mot clavardage ce soir !! Et j'ai goûté ton billet, en espérant découvrir d'autres livres aussi bons de madame
Shafak ! A bientôt, Richard


Richard 05/01/2011 04:31



Bonsoir Anne,


Bienvenue dans mes lectures passées ... et dans la découverte des mots québécois ...


Au plaisir


Amitiés


 



l'or des chambres 22/04/2010 12:27


Il m'attend sur ma PAL celui là (ainsi que "lait noir" tu me donnes très très envie de le lire...


Richard 22/04/2010 12:41



Un coup de coeur, en ce qui me concerne ...


Merci pour tes commentaires !!!


Au plaisir



mimi des plaisirs 02/04/2010 20:50


Je pense pouvoir te faire confiance quand tu dis qu'un livre est intéressant si j'en juge par le livre de Ledesma.Au départ je l'avais choisi pour Barcelone qui me fascine, mais j'y ai trouvé autre
chose:je l'ai écrit dans mon blog.
Je me suis aperçue que j'avais fait une erreur dans le titre lors de mon premier message concernant le livre: j'avais écrit "éternelle" au lieu d'"intemporelle".C'était confondre deux notions
différentes et à la limite, lire à contresens le livre.
Tu as lu les livres dont j'ai parlé?
Amicalement. Mimi


Richard 02/04/2010 22:24



Bonjour Mimi,


Ça fait toujours palisir de savoir qu'une de nos recomandations a plu à quelqu'un qui est passé sur notre blogue.


Les lectures que tu proposes viennent enrichir ma liste de livres à acheter ... le seul que je connaissais, c'était Ken Follett. Mais j,avoue que tu m'as beaucoup intrigué avec Maud Lethieulleux.
Je ne la connais pas du tout mais, à ma prochaine visite à la librairie, elle fera partie de mes achats.


Merci


Au plaisir de parler livres et littérature....!!!!



Callophrys 02/04/2010 16:45


gourmand...! dans ce domaine ,si tu aimes les epices,"la maitresse des epices" est un petit bijou et se rapproche un peu de ce livre dans l'esprit sinon dans l'histoire

http://decoupsdecoeurenpassions.over-blog.com/article-12105996.html

tu m'interesses avec ce livre mais pas seulement à cause de la cuisine..lol!le genocide armenien est une page d'histoire si longtemps meconnue et non reconnue aussi...et la Turquie ,à l'heure où
l'on parle de la faire entrer dans l'Europe...Donc...tu m'alleches.
heu...clavardage....je me doute bien de ce que ça veut dire lol!!! mais il n'y a pas que des Quebecquois qui viennent te lire !!! tu devrais faire un petit dico des mots que tu employes pour aider
à la comprehension!!! cela dit c'est tres imagé...On devrait meme l'employer au lieu de chatter qui est un terme horriblement laid....
bises


Richard 02/04/2010 19:51



Je suis entièrement d'accord avec toi...


Si le génocide arménien t'intéresse, essaie de mettre la main sur le livre dont je parle dans ma chronique !!


Alors, bon clavardage ... c'est tellement plus agréable que chatter !!!!