Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Richard

L'homme du jeudiJean Lemieux évoque pour moi les paysages spectaculaires des Îles-de-la-Madeleine, des plages exceptionnelles, le vent qui frappe les dunes, l’odeur du varech et la lumière des pieds-de-vent que les Madelinots ont su, par la magie de leur terroir, transformer en fromage.

«L’homme du jeudi» est la troisième enquête du sergent détective André Surprenant. Comme annoncé dans son deuxième roman, Surprenant travaille maintenant dans les bureaux de la Sureté du Québec du Lac-Beauport.

On retrouve donc, André Surprenant, déménagé à Québec avec sa Geneviève, son ancienne collègue et nouvelle conjointe. Ils vivent leur installation sur la «Grand’terre». Au travail,  le policier apprend à connaître ses collègues ... et aussi son patron.

Le récit débute en octobre 2003. On retrouve le cadavre d’un jeune garçon sur le bord de la rivière Jacques-Cartier. Ce corps est celui du jeune Jonathan Gagnon, disparu, il y a trois jours.

L’enquête débute et on découvre que le petit Jonathan a été frappé par une auto quand il roulait à bicyclette sur la route de Fossambeault. Le conducteur pourrait probablement  être le meurtrier qui, pour effacer les traces de son méfait, a transporté le corps du petit dans la rivière.

Quand Surprenant annonce la triste nouvelle à la mère, une sympathie particulière commence à se développer entre les deux personnes.

Finalement, faute d’indices, faute de preuves concluantes, faute de témoins, l’enquête est suspendue, fermée. Ce crime restera impuni.

Deux ans plus tard, un événement anodin met le sergent Surprenant sur une nouvelle piste. Le nouvel amant (un cardiologue) de Diane, la mère de Jonathan, roule dans une automobile semblable à celle qui a frappé le petit. Pour tous, ce n’est qu’une coïncidence; pour Surprenant, c’est presqu’une évidence.

Commence alors une nouvelle enquête; tout d’abord, en solo pour Surprenant, contre vents et marées ... puis après un revirement inattendu, il est rejoint par l’ensemble du corps policier. L’enquête devient alors passionnante, une tension s’installe, le lecteur devient le témoin de scènes terrifiantes, dans un climat de tension insoutenable. 

Dans cette troisième aventure du sergent André Surprenant, Jean Lemieux maîtrise  bien les ficelles de l’enquête, surtout dans la deuxième partie du roman, plus tassée, mieux aboutie. La trame romanesque est bien menée. Le revirement, imprévu et ma foi, assez peu prévisible, relance une intrigue qui commençait à s’essouffler, dans un crescendo qui nous tient en haleine. Le lecteur est happé par ce qui se passe au fond de cette forêt.

Ce qui est surprenant (sans jeu de mots) dans ce roman, c’est que le lecteur s’attache à l’ensemble des personnages, et ce, à des degrés divers et pour des raisons différentes. Le sergent Surprenant perd un peu de sa poésie, loin des rivages du Golfe du Saint-Laurent mais il est quand même toujours aussi attachant. Mais là où le roman est particulièrement bien réussi, c’est dans la construction des deux personnages qui s’opposent, dans un climat d’amour et de vengeance. Jean Lemieux réussit à merveille à nous attacher à ce couple singulier, des personnages bien campés qui parsèment l’intrigue de cailloux pour nous amener au fond de cette forêt où tout le drame se joue.

En ce qui me concerne, j’aime le style d’écriture de Jean Lemieux. Une écriture fluide, des phrases dépouillées de tout lyrisme inutile mais qui transportent les émotions  et les sensations des personnages et des situations dans lesquelles ils se trouvent.

«L’homme du jeudi» n’est pas un roman qui va transcender le genre. Mais à sa lecture, vous passerez un très bon moment, un plaisir de lecture. Sans rien enlever à la qualité du roman, j’ai quand même eu une petite nostalgie des Îles-de-la-Madeleine.

Quelques extraits:

« Surprenant se laissait guider par ses intuitions et cherchait chez tout suspect la faille, le défaut dans l’armure qui lui permettrait, en plus de résoudre son affaire, d’approfondir sa connaissance de l’âme humaine et, accessoirement, de combattre ses propres démons.»

« Il pleuvait. Il avait gardé son ciré, comme un bâbordais qu’un grain pouvait convoquer sur le pont.»

Et comme l’auteur a truffé son texte d’extraits de chansons, je ne peux faire autrement que de citer un extrait de la chanson de Beau Dommage, 23 décembre:
«J’ai dans la tête un vieux sapin, une crèche en dessous
Un saint Joseph avec une canne en caoutchouc.»
Personnellement, j’adore ces romans où l’auteur nous parle de la musique qui accompagne les personnages.

Et un paragraphe que j’ai beaucoup aimé :
«Elle improvisa une sauce aux tomates. Après un repas funéraire, ils s’assirent côte à côte sur le vieux divan, face aux fenêtres où se reflétait la lueur de la lampe à l’huile. Il lui demanda d’éteindre la lampe. La carabine reposait sur la tablette supérieure d’un vaisselier aux carreaux ternis. La lune apparut brièvement entre les nuages. À l’intérieur, les portes vitrées du poêle laissaient filtrer des lueurs orangées.»


Je vous recommande donc "L'homme du jeudi" mais vous pourriez peut-être commencer par les deux premiers romans de la série ... "On finit toujours par payer" et "La mort du chemin des Arsène" . Les trois romans sont édités à La Courte Échelle.

 

 

Bonne lecture !


L’homme du jeudi
Jean Lemieux
La Courte Échelle
2012
293 pages

 

L'avis de mon amie Morgane sur Carnets Noirs

 

Et le site de l'auteur: Jean Lemieux

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lystig 02/07/2012 06:33

gniark gniark !!!!!

Richard 02/07/2012 12:47



Sourires !!!



Lystig 01/07/2012 19:46

merci ! j'ai fait glouglou maps !!!!!

Richard 02/07/2012 03:36



Il ne te manque que Fesse Bouc !!



Lystig 01/07/2012 16:43

du dépaysant... je vais aller voir sur une carte où est-ce situer !
je vais continuer ma découverte d'auteurs canadiens !

Richard 01/07/2012 18:48


Regarde dans l'estuaire du Saint-Laurent ...


Mimi des Plaisirs 27/04/2012 23:30

Bon, tu nous allèches avec ton évocation du Québec, et après tu nous dit que finalement...les îles de la Madeleine, il n'y en a guère ici dans ce roman...
Mais l'histoire a l'air pas mal ficelée et comme d'habitude, tu nous titilles avec ta chronique!

Richard 29/04/2012 23:24


Chère Mimi, Tu m'excuser mais overblog a perdu ma réponse à ton commentaire. Je te disais donc que je te conseillais la lecture des deux premiers romans de cette série. Tu y trouveras tout le
charme des Îles tout en ayant un bon moment de lecture. En toute amitié. Bonne soirée


sophie 25/04/2012 22:47

si j'ai bien compris, tu as été séduit par l'histoire d'amour; mais tu ne dis pas pourquoi! alors, oui, pourquoi donc?

Richard 26/04/2012 01:28



Et bien, tu es curieuse, mon amie !


Je n'ai pas été séduit par cette histoire d'amour .... car elle est bien particulière ... je dirais même qu'elle est ... antinomique !!


Bonne lecture et bonne soirée



zazy 23/04/2012 19:06

Les îles de la Madeleine seraient-elle ta madeleine ????

Richard 24/04/2012 03:56



Sûrement que Proust aurait aimé y écrire ...


Bonne lecture



Alex-Mot-à-Mots 23/04/2012 18:48

Tu n'as pas pu t'empêcher de faire un jeu de mot. Qui a dit Surprenant ?!

Richard 24/04/2012 03:54



Tu sais Alex, je m'amuse de plus en plus à écrire mes chroniques !!


Et j,espère que les lecteurs, aussi !!


Amitiés



christine Roy 23/04/2012 16:46

Amoureuse des îles de notre bonne vieille terre, de ces petits trésors à protéger, première tentation ! Pieds-de-vent, nom de fromage qui invite à la dégustation. certainement un bon livre à lire
au coin du feu, le vent soufflant et sifflant entre les interstices d'une vieille fenêtre de la maison en bois près du rivage, le bruit des vagues, arrivant jusqu'aux oreilles, un morceau de
pieds-de-vent qui ne laisse désiré, s'avachissant sous la chaleur du feu. Un bon verre de vin rouge..... Allez, je crois que je vais l'embarquer à bord de mon vieux bon bateau en bois.

Richard 24/04/2012 03:53



Et bien, mon amie, vous avez la recette pour bien déguster ce roman !


Les Îles-de-la-Madeleine sont un endroit enchanteur qui se marie bien aux plaisirs de la table.



norbert spehner 23/04/2012 14:07

"le lecteur devient le témoin de scènes terrifiantes, dans un climat de tension insoutenable.".... hum... là je trouve que tu y vas peut-être un peu fort ! Lemieux, c'est pas du Stephen King. Mais
bon, l'enthousiasme... Tu verra dans la Presse que nos appréciations se rejoignent passez (le lyrisme en moins, of course :-). Une de mes réserves concerne la fin qui ne me paraît pas très
crédible, notamment cette fusillade hollywoodienne un peu étrange dans les circonstances.
Pour paraphraser le policier qui a tiré: "Je ne comprends pas trop ce qui se passe".

Richard 24/04/2012 03:50



Et bien, tu commences à me connaître !!! J'aime bien en "beurrer épais" !!! Ça ne peut pas faire de tort à nos auteurs qui ont bien besoin d'un peu d,encouragement ...


Et en plus, je me serais senti terrifié ... accroché à la corde à linge.


Et "L'homme du jeudi" mérite bien d'être acheté tous les autres jours de la semaine.


Amitiés



pichenette 23/04/2012 09:59

Le plus surprenant est que tu deviennes un vrai poète! Il n'y a qu'à lire ton premier paragraphe.
Quand te mets-tu à l'écriture?

Richard 23/04/2012 11:11



Je consacre toutes mes énergies et ma poésie à mes lecteurs et lectrices de mon blogue ...


Et ça me suffit, amplement !


Merci Pichenette !


Amitiés



Lystig 23/04/2012 06:51

mais nous sommes lundi !

mmmmm, tu donnes envie ! je note cet auteur, pour découvrir une autre partie de la Belle Province, après Louise Penny (j'ai réussi à coincer son premier livre : truffé de références québécoises :
plats, plantes, piques contres les "Anglos",...)

Bises à mon Cousin !

Richard 23/04/2012 11:10



Jean Lemieux pourra sûrement te plaire...


Commence par les deux premiers, tu découvriras les merveilles des Îles-de-la-Madeleine.


Bon lundi, chère cousine



Carnets Noirs 23/04/2012 03:00

Nous avons encore une fois un peu le même sentiment. Ah, les Îles-de-la-Madeleine!
Cela reste tout de même un bon moment de lecture même si je me fais un peu plus critique que toi :-)

Richard 23/04/2012 03:24



Tout à fait !


Comme je le disais à Éliane, l'escapade "amoureuse" de nos deux tourtereaux étant assez prenante, elle me semble sauver l'enquête de Surprenant !


Oui, j'ai bien aimé ... en ajoutant peut-être une petite plage de sable !



Éliane 23/04/2012 01:32

C'est la semaine Lemieux! Notre amie Morgane a été moins indulgente que toi, mais on a tous beaucoup d'affection pour Jean Lemieux.

Quant à moi, je me réserve pour le Club!

Tu as eu un bon Salon?

Richard 23/04/2012 03:06



En effet, je suis d'accord avec Morgane que le charme des Îles nous manquen dans cette troisième enquête de Surprenant ... Pour l'enquête, c'est une question d'opinion mais la relation entre les
deux "amoureux" étaient trop fortes pour laisser de la place à Surprenant !!!


Mais, ça se discute !!


Oui le Salon était bien mais comme j'y étais le vendredi après-midi, ça manqué un peu d'action !


Merci mon amie !!


 



Anne 23/04/2012 00:39

C'est amusant parce que le nom Lemeux me fait penser à MArie-Nicole Lemieux, superbe alto québecquoise qui a remporté le Concours Reine Elisabeth de chant en Belgique il y a quelques années et qui
a une voix et un tempérament superbes !

Richard 23/04/2012 03:00



Il ne semble pas qu'il y ait un lien de parenté !!


Bonne journée et bonne lecture !