Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Richard

À première vue, «Dans sa bulle» de Suzanne Myre est un livre rigolo, amusant, écrit dans un style particulier, «le style Suzanne Myre», très distrayant. À chaque page on rit ou on sourit. L’auteure nous entraîne dans un tourbillon deDans sa bulle comparaisons amusantes, de petites colères souriantes, de commentaires cyniques et parfois acerbes.

Mais attention ! «Dans sa bulle» n’est pas qu’un roman distrayant; il est un des plus beaux romans sur la solitude, sur l’humain, seul au milieu de tout le monde. Ce roman est aussi le roman de l’amitié et de l’amour, l’expression du malaise et de la difficulté d’entrer en relation avec l’autre. Il est aussi une belle histoire d’amour paternel, l’expression criante de cet amour silencieux ou pour certains, absent. Ce récit est aussi une peinture réaliste de notre système de santé et un portrait à vif  de la situation des personnes âgées, délaissées par leur famille dans des conditions parfois inquiétantes.

Comme vous l’aurez compris, la lecture de ce premier roman de Suzanne Myre (elle a déjà publié 5 recueils de nouvelles) peut demeurer au premier niveau et le lecteur peut en ressortir avec la satisfaction d’un livre agréable qui l’a diverti pendant 400 pages. Mais ce serait une erreur d’en rester là. L’auteure réussit, superbement bien, à nous faire réfléchir sur l’amour et l’amitié par le biais de cette solitude qui habite chacun des personnages, celle qui les entoure de leur propre bulle.

L’hôpital est le théâtre où se jouent toutes ces solitudes: lieu de la maladie mais aussi de la guérison. Le lecteur accompagne une série de personnages qui habitent chacun à côté de la solitude de l’autre. Relations superficielles, envie, jalousie, ragots, amours et sexe, voilà ce qui pimentent le quotidien de ce petit village en pleine ville.

Mélisse Leblanc est préposée aux bénéficiaires et fait preuve d’une grande compassion auprès de ses patients. Fine observatrice, elle porte un regard cynique sur son entourage, commente allègrement leurs comportements et attitudes et pose un regard acerbe sur leur vie personnelle. Ses réparties les plus drôles, elle les garde pour elle mais les partage généreusement avec le lecteur.


Son entourage semble assez restreint. Michel, son ancien amant, tout juste sorti  d’une relation où il n’y a jamais eu de relations «... il est passé d’ex à extension de moi»  et Pénélope, la belle blonde en manque d’affection qui fait l’amour avec tout l’hôpital ou presque. «Si cette fille n’existait pas, est-ce que j’aurais envie de l’inventer?». Et viennent s’ajouter une série de personnages, transportant chacun sa propre bulle, à la recherche d’un contact pour partager l’espace de leurs bulles, ne serait-ce qu’un seul petit moment !


Au fil de l’histoire, vous rencontrerez le beau docteur Henry, gériatre qui arrive de la Côte-Nord. Pourquoi donc aurait-il quitté cette vie tranquille ? Personne ne le sait, au grand déplaisir de la machine à ragots !

 

David, le beau journalier au corps d’athlète qui lit un livre par semaine et qui tente de séduire Mélisse. Monsieur Gouin que tout le monde appelle le pingouin, ce patient qui n’est pas toujours charmant.

 

Une infirmière-chef, Mireille Vazin, un peu acariâtre et pas très sympathique qui attend sa retraite avec beaucoup d’impatience.

 

Et Moby Dick, l’homme-baleine qui hante les couloirs de la piscine de l’hôpital; et des poissons rouges dans le département des soins prolongés qui «observent ce qui se passe, c’est-à-dire rien.».

Et ce n’est pas tout, vous assisterez, entre autres,  à une scène sexuelle où le doigt  est à l’honneur, à une tentative de meurtre avec un épluche-patates, à la rencontre d’un plombier-joaillier mais surtout, à la rencontre de personnes qui vivent toutes les difficultés de leur misère humaine. Et vous tomberez en amour avec un chien qui se nomme Jacqueline et qui connaît les rudiments liturgiques de la messe dominicale.

Voici quelques extraits qui illustrent le style très personnel de Suzanne Myre:


«Quand la bouche délicieuse de Mélisse formait des phrases, il pouvait voir une bulle se former devant ses lèvres et les mots s’y déposer l’un après l’autre, calligraphiés par une main invisible. Ses paroles s’écrivaient dans des phylactères.»

«On s’endort, enlacés comme des nouilles trop cuites, collées par l’amidon.»

«Personne. Personne ne m’a éduquée. Je me suis bâtie effrontée comme ça toute seule. Trouvez-moi chanceuse de ne pas avoir sombré dans la délinquance, la prostitution ou la fabrication de prothèses dentaires.»


«Son pantalon de cuir usé et ajusté, qui moulait ses fesses de 40 ans, leur donnait l’apparence de vieux ballons de football bottés à profusion.»


« ... leur entreprise de rénovation épidermique.»


Cependant, on ne doit pas passer à côté du talent extraordinaire de cette écrivaine pour décrire les émotions de ses personnages. La preuve, les derniers chapitres vous saisiront émotivement et vous vous rendrez compte de l’immense talent de cette auteure.


«Le mépris de l’autre passe nécessairement par le mépris de soi.»

«Bizarre à quel point son absence me laisse seule et déstabilisée, alors que souvent, j’avais tendance à négliger son existence.»

Et je vous laisse sur cette très belle phrase: «Se vautrer dans sa petite bulle d’individualiste, ça finit par assécher l’âme.»



Je vous ai déjà parlé de Suzanne Myre, la nouvelliste (Voir la chronique sur Mises à mort), je vous invite à ne pas rater la découverte d'une très bonne romancière ...

 

Bonnes lectures !

Dans sa bulle


Suzanne Myre


Éditions Marchand de Feuilles


2010


411 pages

Commenter cet article

Canel 15/08/2010 15:42


Cette adorable couverture m'attire depuis un certain temps sur ton blog (dans ta colonne de droite), et ton avis donne envie de découvrir cet ouvrage, donc je note, merci !! :-)


Richard 15/08/2010 15:50



Et dire que certaines personnes n'aiment pas cette couverture !


Tu ne le regretteras pas ... Suzanne Myre, une auteure à découvrir ...



Floria 12/08/2010 09:28


et un de plus!!!! meme si je ne suis pas d'accord avec cette phrase:"le mépris de l'autre passe necessairement par le mepris de soi" on peut se mpriser,se devaloriser mais n'absolument pas penser
la meme chose pour les autres....et justement c'esr encore pire!
mais ces histoires de solitude...il y en aura de plus en plus....on en parlait justement hier soir....


Richard 12/08/2010 11:46



Tu verras, "Dans sa bulle" est quand même un très bon livre sur l'amitié et l'amour ...



Gwenaelle 08/08/2010 21:28


Un livre qui a l'air à la fois distrayant et intéressant. J'aime bien la citation "on s'endort, enlacés comme des nouilles trop cuites"... ça me fait penser, au choix, à mon fils et sa chérie ou à
une meute de beagles! :-)


Richard 08/08/2010 21:31



Tu adorerais ce livre ... truffé de ce genre d'expressions et d'images très habilement écrites ... dans un climat d'émotions et de sentiments.



christiana 07/08/2010 15:18


Les amis de mes amis sont mes amis...
Je vous ai lu chez Edith et par curiosité, me voici chez vous... Bien, je cherche justement une idée de lecture pour la plage!


Richard 07/08/2010 21:51



Merci de ta visite ... J'espère que tu reviendras ...


J'ai quelques suggestions qui vont bien avec la plage, le sable et la mer ... !!!


Bonnes vacances et au plaisir de relire tes commentaires!



*.:。✿*Fleur de soleil*✿。:.* 04/08/2010 11:12


La couverture me fait penser à un livre pour enfants, comme quoi...
Amitiés


Richard 04/08/2010 11:51



Les apparences sont souvent trompeuses ...!



La ruelle bleue 03/08/2010 09:59


«Bizarre à quel point son absence me laisse seule et déstabilisée, alors que souvent, j’avais tendance à négliger son existence.»

A méditer...


Richard 03/08/2010 13:13



Oui, tu as raison ! En amour et en amitié, aussi ...



Suzanne 03/08/2010 04:31


Déjà en main et sera lu bientôt.merci de ce très beau commentaire.


Richard 03/08/2010 13:14



Donne m'en des nouvelles !



LAURA 02/08/2010 23:42


La couverture du livre m'aurait plutôt enlevé l'envie de l'acheter mais tu en fais un papier qui me laisse penser que j'aurais tort !!


Richard 02/08/2010 23:56



Et voilà la preuve, chère Laura, qu'il ne faut pas se fier aux apparences ...


Mais je pense que le contenu, lui, fait l'unanimité de ce côté-ci de l'Atlantique ! Un excellent roman !


 



Mimi des Plaisirs 02/08/2010 22:58


Merci de ces précisions, Richard. Excuse ma lenteur sur FB ou ma rapidité excessive mais cela a donné des phrases assez cocasses à certains moments ...style gag.Un sourire de ma part en tout cas!


Richard 02/08/2010 23:02



Tout le plaisir est pour moi !


Bonne soirée, Mimi !



Mimi des Plaisirs 02/08/2010 22:21


Un roman bien sympathique et un thème fort. Sais-tu dans quelles conditions elle a écrit ce roman? S'est-elle immergée dans la vie quotidienne de l'hôpital? Y a-t-elle été patiente quelque temps?
Extrapolations à partir d'instantanés lors de visites?


Richard 02/08/2010 22:29



Bonjour Mimi,


Suzanne Myre travaille à temps plein dans un hôpital de la ville de Montréal (l'hôpital où je suis né !); elle travaille comme préposée à la centrale des messagers ... donc à tous les jours, elle
véhicule des malades à travers les nombreux corridors de cette petite ville de la santé.


Voilà pourquoi, on sent de façon concrète la réalité du quotidien d'un hôpital ... en plein travail!


Bonne lecture chère amie !



Allie 02/08/2010 20:11


J'ai une sainte horreur des hôpitaux! Je ne sais pas si je lirai celui-là, cependant la plume de Suzanne Myre est très intéressante. J'avais lu et aimé "Le peignoir" du même auteur.


Richard 02/08/2010 20:19



N'aie pas de crainte, Allie, ce roman ne sent pas l'éther, ni l'hôpital ...


Si tu as aimé "Le peignoir", tu aimeras aussi "Dans sa bulle" !