Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Richard

Le-monde-a-l-endroit.jpg 

"C'est en gardant le silence alors qu’ils devraient protester, que les hommes deviennent des lâches" Abraham Lincoln

 

Abraham LINCOLN, père fondateur des Etats Unis n’aurait pas renié Travis SHELTON, 17 ans, enfant d’Amérique, tout aussi épris de liberté qu’il en est effrayé.

 

Travis, lointain descendant de David SHELTON, 12 ans, massacré avec douze autres membres de sa famille par les troupes confédérées, à Shelton LAUREL, dans le Bloody Madison, ce jour de neige du 18 janvier 1863.

 

Il a pourtant supplié, promis du haut de ses douze rudes hivers d'Appalaches, qu’il pouvait « encore guérir, encore pardonner ».

 

Pardonner la mort de son père et de ses frères, pourvu qu’on le laisse vivre, revoir sa mère et ses sœurs.

 

Mais les confédérés ont fait un autre choix, celui de tirer sur cet enfant désarmé, celui de ne pas protester, celui d’obéir, celui de devenir des lâches.

 

Parmi eux, Joshua Candler, membre du 64ème régiment, médecin.

 

Celui-là même qui, en 1859, avait prodigué les soins à David, atteint de scarlatine.

 

Le Dr Candler qui consigna, jusqu’à son dernier jour, la litanie des noms des malades visités, le détail des soins et des médicaments, la longue liste des fantômes nés de ses mains.

 

Jusqu’à ce jour du 17 juin 1863 où il inscrira la dernière entrée à son registre :

 

«  Joshua Candler – Blessé au bas ventre-

Forte douleur car Dieu est juste. Refuse analgésiques. Veux esprit clair pour prier pour mon âme, demander pardon pour ce qui ne peut être caché à mon Créateur. In articule Mortis. »

 

Dans l’Amérique des années 1970, un siècle plus tard, son arrière arrière petit fils, Léonard, prof déchu, lit et relit ces registres, espérant trouver là une justification, une raison de penser « (qu’)une lente (ne) se transforme (pas) toujours en poux ».

 

C’est bien de cela dont il est question tout au long de ces 280 pages : d’héritage, de  destin, de ces vies que l’on choisit ou que l’on se laisse imposer, et peut être aussi de rédemption.

 

Travis, adolescent des années 70, en conflit avec son père, cultivateur de tabac, qui lui reproche de «commencer à penser qu’(il) est trop bien pour avoir de la terre sous les ongles », n’est pas du genre à se laisser imposer des choix, quitte à faire les mauvais.

 

Lorsqu’il tombe nez à nez avec une plantation de cannabis, caché au détour d’une rivière, au creux de la forêt, il décide : il coupe les plants et va les vendre à Léonard, trafiquant à la petite semaine d’herbe, d’alcool et de cachets en tout genre.

 

Le filon est trop tentant, et malgré les risques et les mises en garde, il choisit de revenir et de revenir encore, jusqu’à ce que « le sol cèd(e) un peu sous son pied droit. Il enten(d) un déclic, puis le bruit sourd du métal qui heurte l’os. La douleur s’enflamm(e) et remont(e) le long de sa jambe comme une mèche, consum(e) son corps tout entier. Le soleil s’enfonc(e) à l’oblique, le sol s’inclin(e) à son tour et vi(e)nt taper contre le côté de son visage. »

 

Les Roomey (père et fils) cultivateurs d’herbe paradisiaque ne sont pas du genre à tolérer les arrangements avec la sacro-sainte propriété privée.

 

Et comme le héros grec qu’il aurait pu être, Travis paiera le prix de ses errances par  la mutilation sadique et  symbolique de son tendon d’Achille : qu'il n'oublie jamais d'où vient sa faiblesse …

 

Il ne suppliera pas comme son trisaïeul David, pour qu’on épargne sa vie.

 

Pourtant il s’en sortira un peu plus vivant mais avec la promesse de se taire ou de périr.

 

Et qu’il ne compte pas sur son père pour compatir.

 

A l’issue d’une ultime rebuffade il quittera le foyer la joue meurtrie par la main paternelle et l’orgueil blessé par la sentence définitive du Père : «  t’as pas l’étoffe d’un homme pour t’en tirer tout seul ».

 

Mais Travis ne sera pas seul et comprendra bientôt que « ce qui peut être dit est déjà mort dans le cœur »

 

Léonard, chez qui « ce garçon avait remué au fond de lui plein de trucs qu’il avait cru bien enfermés dans le passé », va l’accueillir malgré lui et commencer, avec lui, sa rédemption.

 

Payer sa dette, et celle de son ancêtre ;  qui sait ?

 

Si le péché originel se transmet de génération en génération, peut être en est-il de même pour la rédemption,

 

Peut être que « le temps pass(e) moins qu'il ne se dépos(e) sur les choses en couches successives, comme si sous la surface du monde, le passé continuait à se dérouler »

 

Peut être qu'un homme peut  racheter les fautes de ses ancêtres et gagner ce paradis où tout le monde veut une place, même si, comme dans les chansons de Johnny  CASH, « everybody wants to go to Heaven, but nobody wants to die ».

 

Léonard va transcender son héritage et sa nature de « poux », lui qui a toujours été incapable de faire quoi que ce soit « dont il puisse être tenu pour responsable », incapable de faire un choix,

 

Lui qui vit, aux côtés, et non avec, Dena par peur de vivre seul, et non par volonté délibérée,

 

Mais faire de Travis un homme libre, capable de « lire un livre et démonter ce livre comme si c’était un moteur pour voir comment il fonctionn(e) », ne suffira pas,

 

Lorsque Travis fera le choix ultime de ne pas se taire, de ne pas laisser Dena aux mains de ses bourreaux,

 

Lorsque Travis, navire quittant le port en brûlant la carte du retour,  choisira d'être un homme,

 

Lorsque  « l'heure (sera) venue de pisser sur le feu et de rentrer les chiens »,

 

Léonard fera pour unique choix, un ultime geste : il refermera sa main sur le poignet du fils ROOMEY et emmènera avec lui dans l'abîme deux générations de bourreaux, libérant Tavis et Dena d'une vie de servitude.

 

Alors peut être que dans son paradis il y aura « des étoiles sur sa couronne »,

 

Alors peut être que ce monde sera enfin un peu moins « déglingué »,  enfin « un monde à l'endroit ».

 

Le monde à l'endroit

Ron Rash

Éditions du Seuil

2012

 

 


 

 

Commenter cet article

l'or des chambres 05/11/2012 13:37

Un pied au paradis et celui ci me tente beaucoup, un auteur que j'ai vraiment envie de découvrir... Mais il y en a beaucoup d'autres et le temps manque malheureusement, surtout que les heures a
consacré à la lecture ne sont pas extensible (dommage :0)

Attila 05/11/2012 14:39



C'était mon premier Ron Rash. J'ai Serena quelque part dans une pile ....c'est vrai que tant de livres nous appellent ...il faut choisir.



keisha 11/10/2012 17:41

Lire? Tu es pardonnée...
Serena est plus glaçant, je préfère Un pied au paradis.

keisha 11/10/2012 07:04

Ah, mon commentaire a disparu? Bah j'ai du ne pas cliquer ou il fallait.
Juste pour dire qu'Un pied au paradis est TB

Attila 11/10/2012 09:45



non, non, j'avais juste du retard dans mes réponses ...... je lisais .....



keisha 10/10/2012 14:08

J'avais adoré Un pied au paradis, alors je signe pour celui ci!

Richard 11/10/2012 09:44



mais ça ne m'étonne pas !! pas d'ours dans celui ci (oui oui, ta réputation est faite : chaque fois que j'aperçois un plantigrade au détour d'une phrase : je pense immédiatement KEISHA !)


mais tu assisteras à quelques séances de pêche à la mouche, truites arc en ciel et mouchetées traversent les pages .....


au delà de ces paysages et scènes magnifiques, c'est un très beau livre, très touchant. Le style de Rash traduit très bien, je trouve, la brutalité et la beauté des paysages et de la vie dans les
Appalaches.


j'ai adoré ! et hier je me suis offert Serena en poche ....Un pied au Paradis viendra après.


Salut, ami des ours



Sophie 10/10/2012 10:59

Bonjour Attila, comment vas-tu chère coccinelle?

j'écoute ce superbe requiem tout en rédigeant mon commentaire...

les non-dits, les mensonges, les fautes, les névroses et folies diverses, transmis de génération en génération, voilà décidément un thème qui ne tarira jamais...et qui remplit les cabinets des
psys!

est-ce que tu as lu Un secret, de Philippe Grimbert (qui est justement psychanalyste), un livre beau et simple sur les boulets que nos pères et nos mères nous font parfois porter?

j'aime beaucoup la citation que tu nous offre sur le temps qui "passe moins qu'il ne se dépose sur les choses en couches successives"...

bon mercredi et merci pour m'avoir encore une fois parlé d'un auteur que je connaissais pas!

Attila 10/10/2012 11:30



Chère Sophie,


j'écoute moi aussi ce Requiem qui m'émeut toujours autant... et je pourrais presque jurer l'avoir entendu en refermant ce superbe livre de Ron Rash.


C'était mon premier essai avec cet auteur américain contemporain qui commence à être traduit en France.


C'est son troisième roman traduit mais il est antérieur aux autres déjà publiés en France.


j'ai beaucoup aimé ce roman, les thèmes du choix et du destin, de la rédemption me parlent toujours beaucoup.... et l'écriture de Ron Rash est très émouvante et profonde, l'air de rien.


une écriture millefeuille, comme je les aime, chacun peut trouver ce qu'il accepte de voir et peut aller aussi profond qu'il le souhaite ou non.


Assurément, un auteur intelligent qui n'éprouve pas le besoin de le montrer.... rare, n'est-ce pas ?


je vais probablement me procurer les deux autres romans traduits en français.... histoire de continuer la ballade dans les appalaches, c'est si beau à l'automne .... et en plus avec le Requiem de
Fauré entre les oreilles ..... que demande le peuple ?????


à très bientôt représentante de la lignée de Zarafa !


PS : tu connais la fable de la girafe et la coccinelle ?????