Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Christophe

Un procès  et des  hommes de l’ombre

Par Christophe Rodriguez

Plus qu’un roman policier, ou mieux encore de procédure policière, rien ne vaut un bon procès raconté par un journaliste qui connait bien «  le milieu ». Dans ma modeste bibliothèque, j’ai conservé certains textes du journaliste Rodolphe Morrissette, de Jean–Pierre Charbonneau, ce qui a donné naissance à son inestimable Filière canadienne sans oublier les écrits du maitre des prétoires : Jean-Marc Théolleyre qui couvrit le procès Barbie ainsi que celui des anciens de l’OAS.

Raconter les affres de la justice, donner de la couleur aux plaidoiries, dresser le portait des accusés, ou des juges est un art subtil qui évite de sombrer dans le voyeurisme . Jimmy Breslin (1928-2017) fut donc journaliste., chroniqueur judiciaire à ses heures, romancier, condisciple en quelque sorte de Hunter. s Thompson et de Truman Capote (In Cold Blood). Né dans le Queens, il connaissait fort bien la mafia new-yorkaise, ses habitudes, ce qui lui valut de nombreuses attaques et pas seulement verbales !

Le procès et la balance

Le 14 mars 2006, dans le District est de New York, s’ouvrait le procès de deux policiers corrompus, avec comme témoin vedette : Burton Kaplan. Cet ancien gangster qui venait d’écoper de neuf ans de prison connaissait très bien le fonctionnement des grandes familles et, sentant que le «  tapis lui glisse » sous les pieds, il va témoigner contre ses employeurs et amis de très longue date. Un autre procès me direz -vous, pas tout à fait. 

Jimmy Breslin nous raconte par tableaux, l’histoire de cette Cosa Nostra, à la manière des Affranchis, teintant ci et là, les interrogatoires de souvenirs, passes d’armes entre le juge fédéral Jack. B. Weinstein «  le virtuose du verdict »   et les trois avocats de la défense qui ont décidé d’en découdre. Borsalino, costumes rayés, blanchiment d’argent sale à haute dose, tout est présent et ce procès sous la plume de Breslin devient du grand art, tout en nous éclairant sous les dessous pas très enviables d’une certaine société.

Bonne lecture !

 

 

La balance

Jimmy Breslin

Harper & Collins /Noir

283 p

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article