Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Florence Meney

Dans le roman noir, le psychopathe représente une figure omniprésente, multiforme, chérie de l’écrivain pourrait-on presque dire en ce qu’elle s’apparente un peu à la Miss univers du méchant, la matière première absolue du polar, le bois d’essence rare de l’ébéniste. Du pain béni qui est parfois le prétexte à des intrigues faciles et au développement de personnages schématiques. On ne sait pas trop qui est le tueur ? Allez crack, on sort un bon psychopathe de derrière les fagots,  et l’affaire est ketchup !

 

Le neuvième roman de l’auteur français Jacques Saussey, "Ne prononcez jamais leurs noms" (que nous avons eu le plaisir de rencontrer au festival du polar les Printemps meurtriers en mai dernier) montre que le contraire est tout aussi vrai et que rien n’est plus prenant  et efficace qu’un vrai bon méchant sans âme, quand il nait sous une plume experte, en tous les cas ; et que lorsque le travail acharné, pointilleux du romancier se conjugue à l’art, le résultat est à l’avenant, produisant un visage du Mal si crédible et si terrifiant qu’il en vient à ressembler à faire peur à certaines forces qui nous entourent. 

 

Au coeur de cette sixième enquête de Daniel Magne et de Lisa Heslin, en effet, le Mal est incarné en la personne d’un psychopathe, un homme qui, au-delà de l’horreur de ses actes, se révèle graduellement au lecteur au fil des chapitres en un personnage complexe et meurtri en même temps que totalement démoniaque, digne fils spirituel de toute la lignée des tueurs de masse de l’histoire et dont il ne faut jamais prononcer le nom, sous peine d’en conjurer les forces mortifères.

 

Par un procédé narratif élaboré à trois voix qui se relaient et se mêlent habilement, Jacques Saussey nous plonge dans l’histoire actuelle et prenante d’un attentat sordide campé dans le sud de la France. Un colis piégé explose dans un train,  tuant bon nombre d’innocents. La poursuite de l’auteur de ce geste horrible entrainera le commandant Magne, un enquêteur mis sur la touche, dans l’antre du diable. Tout comme ce diable lui-même, les autres personnages de ce costaud roman de près de 500 pages (jamais indigeste) captiveront le lecteur par leur humanité, leurs failles et leurs émotions.

 

Ceux qui connaissent déjà les protagonistes de Jacques Saussey retrouveront avec plaisir des références aux aventures antérieures de ses sympathiques enquêteurs et suivront avidement leur course à obstacles pour tenter de retrouver un semblant de normalité dans leurs vies tumultueuses.

 

Jacques Saussey se révèle une fois de plus un romancier chevronné qui parvient à allier la rigueur de la construction de l’intrigue à la sensibilité. Son style dépouillé parvient non seulement à ne pas occulter la profondeur des personnages et de leurs rapports, mais plutôt à les mettre en relief. Celui qui écrit au quotidien dans le train que le mène et le ramène du travail et qui a développé une méthode savante pour sauvegarder les multiples versions de ses manuscrits afin de pouvoir mieux les parfaire prouve ici encore qu’il a sa place parmi les romanciers noirs confirmés.

 

 

Dans les mots de Jacques Saussey (source: site de l’auteur):

Né en 1961, j'écris des nouvelles durant de longues années, entre 1988 et 2007. Après le premier prix au concours Alfred Jarry, cette année-là, je quitte l'écriture des nouvelles et j'entame mon premier thriller, "La mante sauvage", achevé en 2008. Ce thriller paraîtra le 3 janvier 2013 sous le titre "Colère Noire".

C'est le second, "De sinistre mémoire", écrit en 2009, qui a connu le premier les joies des rayons des libraires en septembre 2010.

 

Jacques Saussey

Ne prononcez jamais leurs noms

Toucan noir

Octobre 2016

 

Information importante

de Richard Migneault

Comme Jacques Saussey est amoureux du Québec, qu'il est le plus Québécois des auteurs français, son roman, "Ne prononcez jamais leurs noms" est disponible dès à présent dans les différentes librairies du Québec et au Salon du livre de Montréal.

Les lecteurs français devront attendre janvier 2017 pour retrouver Daniel Magne et Lisa Heslin.

Merci à Jacques et à son éditeur pour ce privilège que nous apprécions. 

Bon retour chez nous !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Coin Alexandra 09/11/2016 21:26

Très sympathique chronique. Vous en avez de la chance les Québécois ! Amicalement. Alexandra

Richard 15/11/2016 13:50

Ah oui ! J'aimerais bien lire ton roman, Alexandra !

Richard 15/11/2016 13:47

Merci Alexandra !
Oui, pour une fois, nous pouvons lire un roman avant vous ....!
Bonne lecture !