Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Richard

Les anges sacrifiés

Sous la canicule, au bord de votre piscine ou bien assis sur une plage de sable chaud, vous cherchez un livre pour vous détendre, ressentir quelques frissons intérieurs et combattre la chaleur extérieure ? Vous rédigez votre liste d’achats pour le 12 aout et vous désirez ajouter un bon roman policier écrit au Québec par une auteure d’ici ? Ou tout comme moi, vous êtes un admirateur de Sylvie-Catherine de Vailly et vous attendez toujours la sortie de la prochaine enquête de Jeanne Laberge ? Toutes les réponses sont bonnes si vous vous procurez « Les anges sacrifiés », son dernier roman, paru un peu plus tôt.

Efficacité, imagination, personnages attachants et complexes, une excellente histoire très bien racontée, voici les premiers commentaires qui me viennent à l’esprit en terminant ma lecture. Sylvie-Catherine de Vailly sait écrire et elle le prouve à chaque roman. Et ce qui est aussi important, l’auteure, n’ayant pas choisi la facilité, elle situe son personnage dans les années 70. Comme première inspectrice de police au Québec, Jeanne Laberge porte discrètement l’étendard de l’émancipation de la femme, sans slogan, sans violence. Juste par sa compétence, sa passion et son acharnement.

Jeanne est enceinte et son patron lui offre de continuer à diriger son équipe, mais en restant à son bureau. Comme nous tous qui la connaissons, il sait pertinemment que ce sera une bien grosse commande pour notre héroïne. Elle est donc de retour après les incidents de sa dernière enquête et elle est reçue avec beaucoup de chaleur par son équipe. Mais un membre est absent ! James Nixon, son fidèle adjoint a demandé son transfert dans une autre équipe. Voilà donc un premier mystère à élucider pour Jeanne, très affectée par cette nouvelle.

Cependant, un crime crapuleux vient troubler le retour de Jeanne. Un cadavre a été retrouvé dans les conteneurs de déchets, dans la ruelle derrière un restaurant. Le corps est celui d’un jeune homme en position fœtale. L’analyse du pathologiste judiciaire révélera que l’assassin a retiré les yeux, le foie et le cœur de sa victime.

Dès les premiers moments de l’enquête, on découvre des similitudes avec une série de meurtres semblables qui ont eu lieu en 1968 : trois jeunes garçons d’une quinzaine d’années ont été retrouvés avec les mêmes caractéristiques macabres que celles du cadavre trouvé. Il faudra donc faire appel à l’inspecteur Gaétan Longpré qui était responsable de ce dossier non résolu. Huit ans séparent les crimes ; a-t-on affaire au même meurtrier ? Pourquoi aurait-il arrêté pendant toutes ces années ? Pire encore, va-t-il récidiver pour répéter la séquence de trois meurtres ? Toutes ces questions alimentent le sentiment d’urgence pour résoudre l’énigme.

L’enquête piétine un peu, Jeanne vit des moments difficiles avec son conjoint David et cherche toujours la raison de l’abandon de Nixon. Et tout cela part en vrille, dans un tourbillon, jusqu’à la finale. Une fin qui nous frappe en pleine figure et qui nous fait dire :

« Vous êtes diabolique, madame de Vailly ! En plus de nous maintenir dans le doute pendant toute notre lecture, vous commencez maintenant, à cultiver la tension entre vos livres ? Vous êtes démoniaque ! Mais quelque part, c’est ce qu’on appelle le talent. Et c’est pour cela que nous vous aimons »

Alors, lecteurs de polars, n’hésitez pas à vous plonger dans le monde de Jeanne Laberge et de sa créatrice, Sylvie-Catherine de Vailly. Un plaisir de lecture assuré !

Deux extraits …juste pour vous mettre l’eau à la bouche :

« La dernière chose qu’il vit avant de basculer dans l’obscurité totale et définitive fut une lumière blanche, aveuglante.

Et toujours cette musique et ces chants.

Sa dernière pensée fut pour sa mère. C’était celle d’un regret. »

« - Vous m’croyez pas quand j’vous dis que c’est l’diable, hein, mais chus pas folle ! Satan y a pas toujours des cornes pis des sabots, des fois il prend l’apparence de quelqu’un qui a l’air ben smatte. »

Bonne lecture !

Les anges sacrifiés

Sylvie-Catherine de Vailly

Recto-Verso

2016

222 pages

Commenter cet article