Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Richard

« Il transportait le nouveau cauchemar de l’humanité. »

Furie Divine

Furie Divine

Est-ce qu’un jour, la réalité dépassera la fiction ? Ou, est-ce déjà arrivé ? En suivant l’actualité des derniers mois, on peut se demander si l’horreur que l’on n’ose même pas imaginer n’est pas en train de s’écrire dans le grand livre de l’Histoire de notre pauvre planète bleue.

J. R. Dos Santos a publié « Furie divine » en 2009. En lisant ce roman en 2016, on peut se demander quelle vision prémonitoire a pu frapper cet auteur portugais. Se lancer dans la « Furie Divine » ce n’est pas seulement passer au travers un récit haletant qui vous fera frissonner de plaisir, mais c’est aussi regarder en face l’actualité, comprendre toutes les motivations qui sous-tendent l’intégrisme religieux et avoir accès aux principales sourates de ce Coran interprété de multiples façons et qui divisent le monde musulman.

En même temps, j’ai découvert un écrivain extraordinaire, sachant manier le vrai et la fiction pour nous donner des romans haletants, des thrillers très instructifs et des moments de réflexion intense.

L’histoire commence en Russie où un commando tchétchène réussit à voler une cargaison d’uranium enrichi. Rien pour rassurer les services secrets de tous les pays occidentaux !

Tomas Noronha est un professeur d’histoire, spécialiste en cryptologie à l’université de Coimbra au Portugal. Il est contacté par les services secrets américains qui ont eu vent d’une menace terroriste nucléaire de la part d’Al-Qaïda. L’organisme américain chargé de surveiller les armes atomiques lui demande de décrypter un message pouvant contenir des informations importantes sur un éventuel attentat nucléaire. Tomas est alors jumelé avec une agente du NEST (Nuclear Emergency Search Team), Rebecca Scott, elle-même spécialiste du montage et du démontage d’arsenal nucléaire.

Quelques dizaines d’années plus tôt, Ahmed, un jeune Égyptien vivait tranquillement son enfance. À sept ans, il est formé à l’islamisme par un cheik modéré. Puis à l’école, il rencontre un nouveau professeur de religion qui voit en lui, une terre fertile à la radicalisation. Il franchira donc toutes les étapes du processus l’amenant vers l’inéluctable. Le lecteur l’accompagne avec un sentiment d’horreur, anticipant ce qui transformera sa foi en actes inhumains.

La structure du roman est assez simple : l’auteur alterne les histoires d’un chapitre à l’autre. On suit Tomas et Rébecca dans leur recherche pour comprendre le message qui dit qu’Al-Qaïda prévoit un attentat nucléaire. Dans les autres chapitres, on assiste au développement du jeune Ahmed, enfant innocent dans une tranquille famille égyptienne et qui se dirige vers la radicalisation, alimenté par les enseignements de son mentor. Absolument passionnant et fort instructif !

J. R. Dos Santos, avec son talent de conteur, nous plonge dans l’univers du terrible processus d’apprentissage des jeunes Arabes, qui devrait les mener aux 72 vierges promises. Il s’infiltre dans la tête de ce futur djihadiste et nous guide dans les méandres de cette « formation » intense, de la salle de classe à la cellule d’une prison, jusqu’au camp Khaldan de formation du Djihad, en Afghanistan après un détour par la faculté de génie de Lisbonne pour se spécialiser comme ingénieur. Sa route passerait-elle par la grotte où vivait le grand cheik, Oussama Ben Laden ?

Tout ce parcours, l’auteur nous le présente sans jamais tomber dans la didactique. On reçoit beaucoup d’informations et on apprend beaucoup de choses. Sans devenir expert en Coran, je démêle maintenant beaucoup mieux les enjeux et les façons de penser de ces fous d’Allah qui sont préparés minutieusement à se faire exploser pour la gloire de leur croyance. Et ce, dans un thriller haletant plein de rebondissements où à chaque chapitre, il se passe des choses hors de l’ordinaire et qui alimentent l’histoire.

Le seul petit bémol que je pourrais ajouter à cette chronique, c’est le cliché du professeur d’université, axé sur l’ouverture et la science à qui on jumelle inévitablement, la bombe féminine (pour ne pas dire la « Bond girl »), belle à faire damner le plus stoïque des moines bouddhistes, sculptée avec des courbes aussi harmonieuses que la Vénus de Milo et sans peur comme WonderWoman. Le lecteur attend juste le chapitre où enfin, le scientifique et la jolie femme se retrouveront au lit pour une séance torride de galipettes. (Chers lecteurs, en relisant ce paragraphe, je me suis dit … mais si ce jeu de séduction n’était pas là, ce roman aurait-il été aussi intéressant ? À chacun sa réponse !)

Je le conseille donc à tout le monde, car on ne s’ennuie pas à la lecture de « Furie divine », bien au contraire. Il mérite amplement sa qualité de « page turner » et celle, plus rare de « polar que l’on ne peut pas laisser avant la fin ». Et comme c’est le premier livre que je lis de cet auteur, j’ai appris que le personnage de Tomas est récurrent et qu’il apparait dans ses romans précédents. Je me permettrai donc une prochaine incursion dans « La formule de Dieu ».

Enfin, juste une petite précision avant de vous offrir un extrait. Le roman de Dos Santos est tellement d’actualité et est si proche d’une certaine réalité, qu’à la fin de ma lecture, je me suis posé beaucoup de questions sur la possibilité d’une attaque nucléaire par l’État islamique (Daesh) ou toute autre faction née d’Al-Qaïda. J’avoue que ce n’est pas une avenue très réjouissante quand on regarde ce qui se passe, actuellement, dans notre monde. Cependant, ce que j’ai retenu de ce roman est extrêmement enrichissant pour comprendre ces actes de barbarie et les truands qui les font. Je dis « bien comprendre » et non pas accepter ou approuver.

En espérant que cette terrible histoire reste dans le domaine de la fiction. C’est la grâce que je nous souhaite !

Un extrait …avec deux définitions de mon cru :

« Il est du devoir de l’islam de lutter pour la liberté de l’homme jusqu’à ce que tous se soumettent à la Loi divine. L’islam s’adresse à l’ensemble de l’humanité et son champ d’action est la planète tout entière. Soit les kafirun se convertissent, soit ils paient la djizia. Tels sont les ordres d’Allah et c’est pour ça que le Djihad existe.

-Oui, mon frère.

Ayman s’adossa au banc et regarda le firmament.

-Si les kafirun ne le font pas, alors il faudra les tuer. »

Les kafirun, ce sont les infidèles. C’est-à-dire, vous et moi !

La djizia, c’est un impôt annuel que les non-musulmans doivent payer dans les espaces soumis à l’islamisme (à l’heure actuelle, seulement imposé dans les territoires conquis par Daesh).

Bonne lecture !

Furie Divine

José Rodriguez Dos Santos

HC éditions

2016

543 pages

L'auteur nous présente son roman.

Commenter cet article

Bernieshoot 29/07/2016 19:32

cet auteur m'est aussi inconnu, je vais essayer de reternir son nom et titre

Richard 29/07/2016 20:43

Je viens de le découvrir ... et je te le conseille !