Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Richard

Alexi Vassilkov ou la vie tumultueuse du fils de Maupassant

Oh que j’ai aimé ce livre !

Juste le titre m’aurait incité à me le procurer (car c’est bien un roman ?).

Et quand, Gérard Collard de la librairie Griffe Noire en a parlé à son émission de télé, je n’ai pas pu résister.

MAIS !

Et oui, un gros MAIS car ce roman n’est pas disponible au Québec !

Alors, comme je suis débrouillard (merci aux éditions Bayard), j’ai contacté l’auteur et dans sa grande gentillesse, Bernard Prou m’a fait parvenir un exemplaire de son roman … dédicacé !

Voilà ! J’ai reçu le bouquin et l’ai lu pendant les vacances.

Je vous le dis, mes efforts en valaient la peine.

« Alexi Vassilkov ou la vie tumultueuse du fils de Maupassant » est un roman inclassable et même si je le voulais, je n’arriverais pas à lui trouver une case. Et c’est tant mieux ! Après ma lecture, je me suis posé quelques questions qui heureusement sont restées sans réponse. Est-ce une biographie ? Une biographie romancée ? Une fiction basée sur des faits véritables ?

Comme je le dis souvent : je n’en ai aucune idée !

Tout ce que je sais, c’est que j’ai eu beaucoup de plaisir à lire ce récit.

Lançons-nous donc dans l’histoire.

1891. À travers son œuvre, une jeune femme tombe en amour avec l’écrivain qu’elle admire. Liouba Vassilkov décide de lui avouer son admiration et commence alors une relation épistolaire passionnée entre elle et Guy de Maupassant. Faisant fi des ragots ou des racontars, elle décide de lui rendre une visite ; elle cogne à sa porte, à l’improviste. L’accueil est chaleureux et très rapidement cette relation épistolaire devient une relation, tout court.

Grâce à son talent de peintre, Loubia devient vite la coqueluche du monde artistique de Paris tout en continuant à fréquenter l’écrivain vieillissant. Maupassant devient de plus en plus malade et la fin approche. Ravagé par la maladie, il apprend la nouvelle : Loubia est enceinte. Un enfant de lui.

En septembre 1892, Alexis Vassilkov voit le jour pendant que son père s’enfonce de plus en plus dans les ténèbres de la mort. Moins d’un an plus tard, Guy de Maupassant meurt et laisse un héritage substantiel à son amour et à son fils.

Et c’est ce fils que nous suivrons dans son voyage à travers le XXe siècle. Élevé par sa mère en Russie, Alexis ne sait rien de son père. Il fait des études en médecine, devient par la suite psychiatre et sera remarqué par Staline qui l’engage comme médecin personnel. Sa position privilégiée (?) fait en sorte qu’il connaît mieux le vieil ours que lui-même. Il sait pertinemment qu’un jour, victime de la paranoïa de son unique patient, il subira ses foudres, accusé de trahison.

Sa prédiction devient réalité en juillet 1936, lorsqu’il est arrêté à Leningrad et déporté au Goulag, condamné à l’exil pour une période indéterminée. L’auteur nous guide alors, à travers les yeux de son personnage, dans l’horreur des convois vers l’est de la Russie, dans le monde violent de la Sibérie, au milieu des horreurs du Goulag jusqu’au périple de son héros vers la liberté. Enfin, en mai 1940, en pleine tourmente de l’invasion allemande, Alexis et sa famille débarquent à Marseille, en route vers Paris.

Finalement, abordant une autre partie de sa vie, le lecteur verra Alexis, reprendre sa nationalité française et retrouver ses racines grâce aux tableaux de sa mère et il partagera ces informations avec son fils Amagät.

Je vous le dis, ce roman est passionnant ! Je ne sais pas si tout est vrai (Gérard dit que oui …), mais cette lecture dépasse grandement la simple biographie. L’histoire de ce personnage est digne des meilleurs romans d’aventures, à la hauteur des très bons romans d’histoire et aussi prenante que les meilleurs « road books » ! Vous ne vivrez aucun moment d’ennui à vous (faire ?) balader dans la Russie d’avant la Révolution, dans les loges mystérieuses de la Franc-Maçonnerie, dans les officines de Staline, dans le goulag de l’URSS et aussi, dans les recoins de la résistance française de la Seconde Guerre mondiale.

Et, en plus, ce qui ne gâche rien, Bernard Prou nous raconte cette histoire avec un style très agréable, parfois cru, mais toujours en cohérence avec le récit.

Mais, car il y a un mais … je vous disais en début de chronique que ce roman n’était pas disponible au Québec. Et bien, il semblerait qu’il est tout aussi difficile de mettre la main sur ce livre en France ! Si j’ai réussi à vous convaincre de lire ce roman, je vous invite à contacter la maison d’édition en envoyant un courriel à cette adresse :

brouette.editions@free.fr

ou

bernard.polignac@gmail.com

Ainsi, comme moi, vous pourrez partir à la découverte de cet homme fascinant et le suivre dans ses aventures rocambolesques à travers l’histoire du XXe siècle.

Et je profite de cette chronique pour remercier Bernard Prou pour cet excellent roman, mais aussi de m’avoir facilité la tâche et de m’avoir fait parvenir le livre … par-delà l’Atlantique. Je me permets de citer la dédicace de monsieur Prou: « Je suis très fier d’être votre premier lecteur canadien. »

Quelques extraits :

En parlant de la faim qui régnait en Sibérie : « On aurait bouffé le cuir de nos bottes, si on en avait eu ! »

« Sur cette terre de nulle part, sur cette île de naufragés médusés dans un océan de solitude, les corps abdiquaient et les esprits divaguaient, au cours des jours inachevés et des nuits avortées. »

Et la magnifique invective que voici : « Par la bite du Christ ! Que Dieu vous encule tous ! »

« Ce fut un insigne morceau d’anthropologie, une de ces scènes qui égayent les mornes études notariales de province. »

Bonne lecture !

Alexis Vassilkov ou la vie tumultueuse du fils de Maupassant

Bernard Prou

Brouette éditions

2014

360 pages

La chronique de Gérard Collard

Commenter cet article

Nikita 29/08/2016 09:32

Je demande pardon pour l'imprécision : Galina Vishnevskaya est née à 1926. Mais ça change rien, ça reste une absurdité.

Nikita 29/08/2016 09:05

Quand j'ai vu, que la mère de Liouba Vasilkov est Galina Vishnevskaya (c'est impossible car elle est née à 1928), j'ai compris tout de suite, que toute l'histoire est une pure fiction. Je trouve bizzare de publier des faux lettres de Maupassant. Déjà première lettre datée le 23 octobre 1891 est intierment imaginé. Même l'écriture de Maupassant est faux : il n'a jamais écrit «je suis entré dans la vie comme une météore»… vrai citation est «je suis entré dans la vie littéraire comme une météore», est il n'y a pas la moindre liaison avec «Liouba»… je ne suis pas contre la fiction, mais je suis contre l'approche qui prétend être une histoire vraie…

RIVES daniele 29/06/2016 11:17

Contrairement à ce qui est dit,on peut trouver facilement ce livre .Ne le voyant pas dans ma librairie habituelle,je l'ai commandé et obtenu rapidement,l
Je l'ai lu aussitôt avec délice! Depuis je l'ai fait découvrir autour de moi et le plaisir de cette découverte ne s'est pas démenti...

Richard 29/06/2016 13:33

Vous avez raison ! Depuis sa sortie en livre de poche, ce roman est maintenant facilement accessible ... même ici au Québec !

Cécile 01/03/2016 15:02

Un immense merci pour cette belle chronique, j'adore Maupassant, mes grands-parents et ma maman viennent de la même région que sa maman (la Manche) je vais donc essayer de me le procurer! Belle journée!

Richard 01/03/2016 15:50

Rejoignez l'auteur, il se fera un plaisir de vous aider ! Bonne lecture !

Les Belles lectures 28/01/2016 14:00

L'ami Gerard Collard l'a très bien "vendu" dans ses vidéos, et ta chronique ne fait que me confirmer ce que je pense ... Je dois le lire !

Richard 28/01/2016 17:04

Moi, je suis un fan de ce libraire engagé ! J'essaie de le faire connaitre, ici au Québec; il mérite toute ma reconnaissance. Je suis même allé passer une journée à Saint-Maur, lors du festival, en juin dernier.

Christine C de V 14/01/2016 16:49

Bonjour Richard, Je note immédiatement. Fan absolue de Guy de Maupassant et de tout ce qui touche pour de vrai ou pour de faux à cet auteur fabuleux et son entourage, je fais un appel public: Il me faut ce livre ! Merci pour ton excellente chronique.

Richard 14/01/2016 17:01

Alors, Christine, mets-toi en contact avec l'auteur. Il est très gentil !
Bonne lecture !

zazy 14/01/2016 16:06

Rien que le titre me plait... Alors, je note bien vite ce livre. J'espère qu'il sera en bibliothèque un jour ou l'autre

Richard 14/01/2016 16:09

Je l'espère pour toi ! Bonne lecture !

Alex-Mot-à-Mots 13/01/2016 09:44

Je suis comme toi : peu importe que les faits soient vrais ou pas, ce qui compte, c'est le plaisir de lecture.

Richard 13/01/2016 16:22

Nous sommes souvent d'accord !