Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Richard

"L'Archange du chaos" de Dominique Sylvain

D’entrée de jeu, je vous le dis, sans ambiguïté et tout de go … je suis un fan de Dominique Sylvain. Et je serais très heureux qu’elle soit plus connue de ce côté-ci de l’Atlantique. Écrivaine de talent, créatrice de personnages extraordinaires, un style tout en finesse et un humour fin, la lecture de ses romans nous fait du bien.

Depuis le début de sa carrière de romancière, Dominique Sylvain a écrit des séries de romans où elle nous présentait des enquêteurs très attachants. Bien sûr, jamais je n’oublierai le sublime duo d’Ingrid Diesel et de Lola Jost, deux personnages que tout oppose mais que rien ne réussit à désunir. La commissaire ronchonneuse à la retraite et la grande stripteaseuse américaine ont fourni à Dominique, l’occasion de dialogues savoureux et de situations émouvantes pour le lecteur.

Aussi, au fil des ans, j’ai su apprécier Louise Morvan, la privée passionnée, obstinément indépendante et amoureuse. Et il y a un peu plus longtemps, les deux romans d’Alex Bruce.

Mais aujourd’hui avec « L’Archange du chaos », Dominique Sylvain nous présente une toute nouvelle équipe autour du bourru commandant Bastien Carat, véritable sosie de Lino Ventura. Autour de lui, une équipe aux improbables succès :

« Une équipe recomposée. Bergerin, Garut, Kehlmann. Un démotivé, un pépère et une novice. »

Et c’est tout ce qu’il faut à l’imagination de l’auteure pour nous pondre un roman excellent et nous accrocher avec cette drôle de brigade qui nous sera de plus en plus sympathique. Ne soyez pas surpris qu’avant même la moitié du roman, vous vous mettiez à souhaiter un autre récit mettant en scène Carat et Franka Kehlmann.

"L'Archange du chaos" est en même temps un roman sur une équipe, sur l'apprentissage d'un travail en groupe et aussi, un roman de famille ... Pas d'une saga familial, mais des histoires de familles qui déteignent sur la vie de tous les jours.

"L'Archange du chaos", c'est aussi un meurtrier bien particulier, préoccupé par le sort de la planète et par la morale de ses habitants.

Un médecin est retrouvé mort, dans un sous-sol sordide, enchainé, torturé, la langue sectionnée et le bras brûlé. En analysant la scène de crime, les enquêteurs se rendent compte que le meurtrier a soigné les blessures du cadavre et qu’ensuite, il a disposé son cadavre comme un gisant du Moyen Âge.

D’autres meurtres sont perpétrés selon le même mode opératoire. L’enquête se complique, chacun se sent particulièrement ébranlé par des éléments personnels qui compliquent le travail et qui pavent le chemin à une remise en question du processus judiciaire. Et par-dessus tout, la présomption de plus en plus évidente que le meurtrier se donne le droit divin de pratiquer la justice sur les principes des ordalies.

L’enquête est passionnante ! Chaque élément, chaque interrogatoire, nous ouvre la porte vers une plus grande intimité avec chacun des enquêteurs ; au fur et à mesure, on en apprend un petit peu plus sur leur passé, sur leur vie présente, sur leurs préoccupations et sur leurs difficultés. Et nous nous attachons encore un petit peu plus. Les personnages secondaires du début deviennent vite des personnages centraux dans notre univers de lecteur.

Dominique Sylvain a réussi à surmonter le terrible défi de me faire oublier Ingrid et Lola, en me présentant Bastien Carat et la très attachante Franka Kehlmann. Plus encore, Dominique réussit le pari de nous présenter une galerie de personnages aussi sympathiques que ceux qui peuplent son imaginaire du Passage du désir ou qui dînent au bistro « Les belles de jour comme de nuit ».

Évidemment, on retrouve avec plaisir le style de Dominique Sylvain, une écriture toute en finesse, où le lecteur se laisse emporter par des scènes sombres et horribles, écrites avec une poésie urbaine aux accents de tendresse et de violence. Au détour d’une page, le lecteur se délectera d’un dialogue teinté d’humour et même de quelques phrases choc qui le feront sourire … Et même parfois, réfléchir !

On ne lit pas du Dominique Sylvain, on se laisse imprégner par son récit, on apprend à aimer ses personnages et on s’y attache et on se retrouve, à la fin, avec une histoire qui nous a charmé et un goût de « revenez-y » incessant. Voici le seul élément négatif pour un amateur des romans de Dominique Sylvain : l’attente du prochain.

Quelques extraits pour illustrer mon propos admiratif sur le style de l’auteure … :

« - Les cinglés vont rappliquer comme une ruée de mouches sur le cul d’une vache. Avec le ciel qui nous shampouine à tout va, trop d’excités tournent en rond entre leurs quatre murs. »

« Le Roumain avait beau être défoncé et convalescent, il avait oublié d’être idiot. »

« Exigu, rouge sombre, empestant le tabac froid, encombré de livres en piles sauvages, le salon provoquait un sentiment immédiat de claustrophobie. Heureusement, la fenêtre ouverte laissait entrer la danse odorante de la pluie. Leur hôte avait un sens particulier de la décoration. Décapitations, éviscérations, pal, pilori, écartèlements, victimes écorchées vives, des visions horrifiques couvraient un mur : les trois autres accueillaient une extraordinaire bibliothèque. »

Et certaines des plus belles pages du roman sont celles où le tueur parle de lui, de ses œuvres, de ses pensées profondes, de ses motivations :

« Tuer, c’est comme aimer.

Tu entres dans le corps de l’autre. Tu lui offres une part de toi. Cet instant de vérité. Intimité.

Le sang lave tout.

Et nous délivre. Eux, et moi, même si je ne suis pas comme eux. »

Et je m’arrête car j’en avais des dizaines d’autres …

Bonne lecture !

L’Archange du chaos

Dominique Sylvain

Les éditions Viviane Hamy

2015

330 pages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Wistiti 01/09/2016 08:55

Assez bon polar, mais rien d'exceptionnel. Confus, disparate, trop de personnages.
Finalement conventionnel avec le piège de la plongée dans ce qui fait tendance (les signes, le mal, la rédemption).
Écriture correcte sans plus.

Cotation : 6,5/10

Clara Sombrio 29/03/2015 22:07

J'ai bien aimé Passage du désir ; je crois que je vais me laisser tenter par un autre roman. "Tuer c'est comme aimer."; et bien ça promet...;-)

Richard 30/03/2015 03:30

Laissez-vous tenter Clara ! En ce qui me concerne, Dominique Sylvain ne m'a jamais déçu. Bonne lecture !

Oncle Paul 26/03/2015 14:06

Bonjour Richard
Nous sommes d'accord sur la forme et sur le fond.
Je te rajoute à mon article
Amitiés

Richard 26/03/2015 14:26

Merci Paul !

Alex-Mot-à-Mots 25/03/2015 20:45

Je ne peux pas dire que je n'avais pas aimé Guerre sale. Du coup, j'hésite à lire son nouveau roman.

Richard 26/03/2015 03:00

Je manque surement d'objectivité tellement j'aime cette auteure ...
Mais tous les goûts sont dans la nature ... Et chacun aime ce qui lui plait !
Amités

Pierre FAVEROLLE 23/03/2015 20:52

Salut Richard, un bel article pour un roman que j'ai beaucoup aimé. Mon avis paraitra mercredi et est très proche du tien. Forcément, nous sommes tous deux fans ! Amitiés

Richard 23/03/2015 20:59

Excellent !
J'ai bien hâte de te lire ...
Amités